Le FMI est satisfait de la mise en œuvre des réformes financières au Burundi

vendredi 25 mars 2011 par Jean-Claude Mubisharukanywa

Bujumbura, le 24 mars 2011(www.presidence.bi) : Mark W.

enfants burundais-photo unicef.org

Plant, Directeur adjoint du département Afrique au Fonds monétaire international (FMI) a confirmé au Chef de l’Etat Burundais qui le recevait en audience ce matin de jeudi qu’il est satisfait de l’exécution des accords d’opérationnalisation des réformes des finances publiques et de la politique monétaire par le Burundi.

« Nous sommes satisfaits des progrès réalisés en matière de réformes des finances au Burundi » a affirmé à la presse M. Plant au terme de l’audience. Le directeur adjoint du département Afrique au FMI reconnaît toutefois qu’il reste beaucoup à faire et que son organisation reste disposer à appuyer le pays dans cette direction.

« Les besoins sont énormes alors que les moyens internes sont limités » constate Monsieur Plant. « La contribution de notre institution s’avère indispensable » ajoute-t-il avant d’annoncer le développement d’un pays comme le Burundi qui vient de sortir des crises répétitives nécessite des efforts de plusieurs partenaires.

M. Plant a également indiqué que des questions de bonne gouvernance, de hausse du prix de carburant dans le monde, de reconstruction du pays et d’appui budgétaire ont été abordées au cours des échanges avec le Président burundais.

Le Président Nkurunziza a également reçu ce même jeudi l’Ombudsman d’Angola, Paulo Tjipilica qui était venu lui faire part de son vif souhaite de voir le Burundi devenir membre de l’association des Ombudsmans africains(AOMA), une association dont il est lui-même président.

« Nous souhaitons ardemment que l’institution d’ombudsman dernièrement mise en place dans votre pays fasse partie de notre association » a déclaré Monsieur Tjiipilica en demandant au Numéro Un Burundi de plaider en faveur de ladite association auprès des autres pays de l’Afrique de l’est.

Source : burundi-info.com

 

Vous pourriez être intéressé(e)

DJIBOUTI : Trente ans après, « l’attentat du Café de Paris ». La terreur et la mort utilisées comme une arme d’outil de gestion sociale… Un crime d’État.
A la Une
0 partages22 vues
A la Une
0 partages22 vues

DJIBOUTI : Trente ans après, « l’attentat du Café de Paris ». La terreur et la mort utilisées comme une arme d’outil de gestion sociale… Un crime d’État.

Mohamed Qayaad - 20 septembre 2020

Le Jeudi 27 Septembre 1990, à 22h45, un attentat a été commis par quatre hommes arrivés à bord d’un taxi contre deux cafés de la place du…

Padre Nahimana, ou l’éloge de la médiocrité de nos élites
A la Une
0 partages3014 vues
A la Une
0 partages3014 vues

Padre Nahimana, ou l’éloge de la médiocrité de nos élites

Sylvestre Nsengiyumva - 17 septembre 2020

Un billet d'humeur de Sylvestre Nsengiyumva La rumeur saugrenue de la mort de Paul Kagame a pris naissance dans la cervelle en délire d'un prêtre rwandais "défroqué"…

Les sept raisons du fiasco du mini-sommet avorté de Goma
A la Une
0 partages694 vues
A la Une
0 partages694 vues

Les sept raisons du fiasco du mini-sommet avorté de Goma

Jean-Jacques Wondo - 14 septembre 2020

Annoncé en grande pompe par la Présidence congolaise, ses organes de presse et de communication, ainsi que les médias congolais, le mini-sommet des chefs d’Etat de la…

Les plus populaires de cette catégorie