Ellen Johnson-Sirleaf

Ellen_Johnson-Sirleaf/photo Wikipédia

Ellen_Johnson-Sirleaf/photo Wikipédia

Ellen Johnson-Sirleaf/photo Wikipédia

Ellen Johnson Sirleaf, née le 29 octobre 1938, est une femme politique libérienne. Présidente de la République depuis le 16 janvier 2006, cette économiste formée aux États-Unis est la première femme élue au suffrage universel à la tête d’un État africain.

Jeunesse

Deux de ses grands-parents étaient nés au Libéria ; son père, Jahmale Carney Johnson, est diplômé du College of West Africa (Monrovia), une université méthodiste. Elle effectua ses études aux États-Unis et reçut un BSC en comptabilité au Madison Business College, à Madison, Wisconsin, en 1964, un diplôme d’économie de l’université de Colorado en 1970, et un master en Administration publique de l’université Harvard en 1971. Elle est membre de Alpha Kappa Alpha Sorority, Incorporated, une organisation à action sociale, la première sororité bâtie par des femmes noires et leur étant destinée (elle est créée en 1908).

Carrière politique

Candidate à la présidence de la République du Liberia pour le Parti de l’unité, elle franchit le premier tour en octobre 2005 et se retrouve au second opposée à George Weah le 8 novembre.
Selon les résultats définitifs publiés le 23 novembre, l’ancienne ministre des Finances formée à Harvard a recueilli 59,4% des voix lors du second tour du 8 novembre contre l’ex-vedette internationale du football, George Weah qui a obtenu 40,6% des suffrages, à qui elle proposerait un poste dans son gouvernement, peut-être le ministère de la Jeunesse et des Sports.

Ellen Johnson Sirleaf et l’ambassadeur des États-Unis Donald E. Booth.

Ellen Johnson Sirleaf est déclarée présidente de la République, le 23 novembre 2005. Elle est la première femme élue à la présidence d’un pays africain.

Le 16 janvier 2006, elle a prêté serment devant le président de la Cour suprême Henry Reed Cooper, lors d’une cérémonie de prise de fonctions à laquelle ont assisté des milliers de civils ainsi que de nombreux dirigeants africains et diplomates étrangers. Son vice-président est Joseph Boakai.

Le 17 mars 2006, lors d’une séance publique du Conseil de sécurité des Nations unies, Ellen Johnson Sirleaf, demande la levée des sanctions sur les exportations de diamants et le maintien d’une présence de l’ONU dans le pays, indiquant que la stratégie du gouvernement en matière de maintien de la paix « repose sur quatre piliers : sécurité, primauté du droit et gouvernance, relance économique et reconstruction des infrastructures ».

Le 5 novembre 2007, le président des États-Unis Georges W. Bush lui a remis la médaille de la liberté.

Source : Wikipédia

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Djibouti : un Etat tortionnaire par excellence.
A la Une
0 partages300 vues
A la Une
0 partages300 vues

Djibouti : un Etat tortionnaire par excellence.

Mohamed Qayaad - 8 juillet 2020

Un état peut durer longtemps avec l’infidélité, mais durera point avec l’injustice. Ce combat, l’état dictatorial djiboutien l’a perdu depuis longtemps et il le sait d’où son…

Vient de paraître :  « Rwanda Violences et alternance démocratique »
A la Une
0 partages667 vues
A la Une
0 partages667 vues

Vient de paraître : « Rwanda Violences et alternance démocratique »

Echos d'Afrique - 2 juillet 2020

L’histoire politique du Rwanda est jalonnée de violences dont les répercussions ne cessent de se montrer au grand jour. Qu’il suffise de penser à la destitution de…

Rwanda : la liste des hautes personnalités les plus corrompues enfin dévoilée
A la Une
0 partages11827 vues
A la Une
0 partages11827 vues

Rwanda : la liste des hautes personnalités les plus corrompues enfin dévoilée

Jane Mugeni - 30 juin 2020

Le 26 juin 2020, le président Kagame a présidé une réunion des hauts cadres du Front Patriotique Rwandais (FPR, parti au pouvoir). Il a publiquement fustigé des…

Les plus populaires de cette catégorie