Nelson Mandela

Nelson_Mandela-2008

Nelson_Mandela-2008

 

Nelson Rolihlahla Mandela (« Madiba », de son nom tribal), né le 18 juillet 1918 à Mvezo en Afrique du Sud est un homme politique et un chef d’Etat d’Afrique du Sud qui fut l’un des dirigeants historiques de la lutte contre le système politique d’apartheid avant de devenir président de la République d’Afrique du Sud de 1994 à 1999, à la suite des premières élections nationales non raciales de l’histoire du pays.

Nelson Mandela intègre le Congrès national africain (ANC) en 1944, afin de lutter contre la domination politique de la minorité blanche et la ségrégation raciale menée par celle-ci. Devenu avocat, il participe à la lutte non violente contre les lois de l’apartheid, qui commencent à être mises en place par le gouvernement du Parti national en 1948. L’ANC est interdit en 1960, et la lutte pacifique ne donnant pas de résultats tangibles, Mandela fonde et dirige la branche militaire de l’ANC, Umkhonto we Sizwe, en 1961, qui mène une campagne de sabotage contre des installations publiques et militaire. Arrêté par le gouvernement sud-africain, avec la collaboration de la CIA, il est condamné lors du procès de Rivonia à la prison et aux travaux forcés à perpétuité. Il devient au cours des années une célébrité bénéficiant d’un soutien international, symbole de la lutte pour l’égalité raciale.

Après vingt-sept années d’emprisonnement dans des conditions souvent très dures, Mandela est relâché le 11 février 1990, et soutient la réconciliation et la négociation avec le gouvernement du président Frederik de Klerk. En 1993, il reçoit conjointement avec ce dernier le prix Nobel de la paix pour leurs actions en faveur de la fin pacifique du régime d’apartheid et pour avoir jeté les bases d’une nouvelle Afrique du Sud démocratique1.

Après une transition difficile où de Klerk et lui évitent une guerre civile entre les partisans de l’apartheid, ceux de l’ANC et ceux de l’Inkhata à dominante zoulou, Nelson Mandela devient le premier président noir d’Afrique du Sud en 1994. Il mène avec succès une politique de réconciliation nationale entre Blancs et Noirs et de lutte contre les inégalités économiques, mais néglige la lutte contre le sida, en pleine expansion en Afrique du Sud. Après un unique mandat, il se retire de la vie politique active mais continue à soutenir publiquement le Congrès national africain tout en condamnant ses dérives.

Il continue la lutte contre la pauvreté mais aussi de la lutte contre le sida au travers de plusieurs associations, surtout après la mort de l’un de ses fils suite à cette maladie. Il est une personnalité mondialement écoutée au sujet des droits de l’homme et est salué comme le père d’une Afrique du Sud multiraciale et pleinement démocratique, qualifiée de « nation arc-en-ciel », même si le pays rencontre toujours de graves problèmes d’inégalités économiques, de mixité sociale et de replis communautaires.

Source : Wikipédia

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Les partis au pouvoir, protecteurs et opposants des présidents africains
A la Une
0 partages39 vues
A la Une
0 partages39 vues

Les partis au pouvoir, protecteurs et opposants des présidents africains

Carole Kouassi - 20 février 2018

Les présidents africains sont-ils inoxydables comme s'en est convaincue l'imagerie populaire ? Les développements de ces derniers mois prouvent que derrière la toute-puissance présumée de certains chefs…

GÉNOCIDE DES TUTSI : HOLD UP DÉCISIONNEL À L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ONU!
A la Une
0 partages70 vues
A la Une
0 partages70 vues

GÉNOCIDE DES TUTSI : HOLD UP DÉCISIONNEL À L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ONU!

Echos d'Afrique - 18 février 2018

L’ONU a décidé de faire du 07 avril une « Journée internationale de réflexion sur le génocide des Tutsis au Rwanda en 1994 », sans qu’aucun consensus ne se…

Rwanda. Impunité et traitement spécial pour le régime du FPR de Paul Kagame
A la Une
0 partages2522 vues
A la Une
0 partages2522 vues

Rwanda. Impunité et traitement spécial pour le régime du FPR de Paul Kagame

Emmanuel Neretse - 13 février 2018

La « communauté internationale » s’autoculpabilise, non pas pour avoir abandonné les Tutsi, mais bien pour avoir permis qu’une catastrophe annoncée s’abatte sur le pays et le peuple rwandais.…

Les plus populaires de cette catégorie