Rwanda : exemple de punition à une fille enceinte

Traditionnellement, la virginité était exigée à une fille qui allait se marier. Les relations sexuelles  hors mariage était interdites pour les filles. Voici une des punitions qui pouvait être infligée à une fille enceinte:

« La sœur du chef B., de la région du Bwishaza, se trouvait dans cette condition. La grossesse devenue apparente, le chef décida de faire disparaître sa sœur, afin de parer, selon la croyance d’alors, aux grands malheurs qui n’auraient pas manqué de s’abattre sur le pays tout entier. De plus, ne pas agir, c’était braver le courroux du Prince régnant qui aurait sévi contre la famille de la coupable. On fit donc venir les Pygmées porteurs habituels des hamacs et hommes à tout faire. La jeune femme prit place dans un hamac et le cortège se mit en route comme un voyage ordinaire, zigzaguant vers la colline Gitega, où l’intéressée devait attendre sa délivrance. Mais, oh ! Stupeur, on passa outre, les Pygmées ne lui ménageant pas leurs sarcasmes, insensibles aux pleurs et aux supplications de l’infortunée qui s’apercevait, hélas trop tard, de la supercherie. Déjà, on descendait vers le bord du lac. A Kibuye, elle fut déposée dans une pirogue pour voguer en direction de l’îlot Kabakobwa, battu des vagues, dont le nom rappelle bien l’usage qu’on en faisait : l’îlot aux jeunes filles ou abakobwa. L’abandonnant à son triste sort, les Pygmées s’en retournèrent rapporter à leur maître les malédictions proférées par sa sœur contre lui. Et c’est ainsi qu’après deux jours d’angoisse et de souffrances, la malheureuse vit s’approcher une pirogue, croyant sans doute qu’elle venait en libératrice ; mais vaine espérance, car c’était pour hâter sa fin ».

tiré de : A. Lestrade , La médecine indigène au Ruanda et Lexique des termes médicaux français-urunyarwanda, Bruxelles, Académie Royale des Sciences Coloniales, 1955, p. 134.

 

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

DJIBOUTI : Trente ans après, « l’attentat du Café de Paris ». La terreur et la mort utilisées comme une arme d’outil de gestion sociale… Un crime d’État.
A la Une
0 partages817 vues
A la Une
0 partages817 vues

DJIBOUTI : Trente ans après, « l’attentat du Café de Paris ». La terreur et la mort utilisées comme une arme d’outil de gestion sociale… Un crime d’État.

Mohamed Qayaad - 20 septembre 2020

Le Jeudi 27 Septembre 1990, à 22h45, un attentat a été commis par quatre hommes arrivés à bord d’un taxi contre deux cafés de la place du…

Padre Nahimana, ou l’éloge de la médiocrité de nos élites
A la Une
0 partages3301 vues
A la Une
0 partages3301 vues

Padre Nahimana, ou l’éloge de la médiocrité de nos élites

Sylvestre Nsengiyumva - 17 septembre 2020

Un billet d'humeur de Sylvestre Nsengiyumva La rumeur saugrenue de la mort de Paul Kagame a pris naissance dans la cervelle en délire d'un prêtre rwandais "défroqué"…

Les sept raisons du fiasco du mini-sommet avorté de Goma
A la Une
0 partages748 vues
A la Une
0 partages748 vues

Les sept raisons du fiasco du mini-sommet avorté de Goma

Jean-Jacques Wondo - 14 septembre 2020

Annoncé en grande pompe par la Présidence congolaise, ses organes de presse et de communication, ainsi que les médias congolais, le mini-sommet des chefs d’Etat de la…

Les plus populaires de cette catégorie