Afrique: Deux événements, deux destins

laurent-gbagbo
laurent-gbagbo

Laurent-Gbagbo-photo !benin.com

Ce lundi 11 avril 2011 sera inoubliable dans l’histoire politique du continent africain. Deux pays ayant souffert de luttes sanglantes pour le pouvoir voient une porte de sortie.

D’une part, la Cote d’Ivoire s’en sort à l’irakienne par la capture de Laurent Gbagbo rendu à son challenger et tombeur Alassane Ouattara à l’hôtel du Golf à Abidjan en ce début d’après-midi. L’annonce de cette arrestation a été faite par l’ambassadeur français en Cote d’Ivoire, Jean-Marc Simon à 15h22 (heure de France). Selon l’AFP qui a répercuté l’information, « le rôle  exact des forces spéciales françaises, qui ont pilonné la résidence de Laurent Gbagbo…n’est pas encore très clair ».  Mais toujours est-il que le Président Français Nicolas Sarkozy a eu un long entretien téléphonique avec M.Alassane Ouattara.

Peu avant son arrestation (par les forces républicaines de Alassane Ouattara?) , l’entêté Président  Gbagbo avait dénoncé ce qu’il appelait une guerre coloniale menée par la France. Quoi qu’il en soit, la vérité est qu’il s’était refusé, depuis quatre mois, à accepter sa défaite politique lui infligée par les urnes et surtout par presque toute la communauté internationale. La leçon à en tirer est qu’il ne sert à rien de s’accrocher au pouvoir en sacrifiant des vies humaines innocentes.

Pendant ce temps, nous apprenons que du côté de Tripoli, le leader libyen Mouammar Kadhafi aurait accepté, hier 10 avril, la feuille de route de l’Union Africaine pour une issue pacifique à la guerre avec son opposition. Le vieux renard du désert est-il prêt à se soumettre à la sagesse pour mener son pays vers une transition démocratique? Attendons voir si tout le monde en Libye va s’y soumettre.

En tout état de cause, nous assistons là à deux événements presque semblables avec deux destins différents; et en attendant la véritocratie(lire plus bas), espérons que le monde politique africain dans son ensemble va en tirer des leçons qui s’imposent.

Aloys Rukebesha
11 avril 2011.

_____________________________________________________________________________

A quand la véritocratie en Afrique ?

Excusez-moi un néologisme brutalement fabriqué par mon cerveau fâché. Il y a quelques temps j’écrivais ici des lignes montrant mon inquiétude et ma grande déception face au refus de plusieurs leaders africains à donner ou à remettre  la démocratie et la paix à leurs peuples. Je donnais en exemple de déception Monsieur Laurent Gbagbo de Côte d’Ivoire. J’avais suivi avec intérêt son parcours vers le pouvoir.

Au début, il fut un opposant à un régime qui s’accrochait indéfiniment à la tête de l’état. Une fois parvenu sur le fauteuil  présidentiel, il échangea son costume de démocrate contre la carapace dictatoriale. Les élections du 28 novembre dernier l’ont une fois de plus démasqué. Son refus d’accepter la victoire de son challenger Alassane  Ouattara risque de plonger le pays dans une nouvelle guerre civile.

Mais le plus grand malheur est que le peuple soit manipulé par des ténors porteurs de messages mensongers. C’est pourquoi il faut plaider pour le pouvoir guidé par la vérité aussi bien pour le peuple ivoirien que pour tous les peuples d’Afrique. Ils ne méritent pas tout ce long cycle de violences, d’hypocrisie et d’égoïsme.

Aloys Rukebesha
04 décembre 2010

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Pourquoi il est illusoire de s’obstiner à continuer de croire qu’une « pacification des mémoires » avec l’Algérie et le Rwanda est possible
A la Une
0 partages136 vues
A la Une
0 partages136 vues

Pourquoi il est illusoire de s’obstiner à continuer de croire qu’une « pacification des mémoires » avec l’Algérie et le Rwanda est possible

Bernard Lugan - 17 avril 2021

Emmanuel Macron s’obstine à refuser de voir que la France, l’Algérie et le Rwanda ne parlent pas de la même chose quand est évoquée la question mémorielle.…

Relations France-Rwanda. La tête de Madame Agathe Kanziga la veuve du Président Juvénal Habyarimana proposée par Vincent Duclert  et Alain Gauthier comme monnaie d’échange.
A la Une
0 partages1217 vues
A la Une
0 partages1217 vues

Relations France-Rwanda. La tête de Madame Agathe Kanziga la veuve du Président Juvénal Habyarimana proposée par Vincent Duclert  et Alain Gauthier comme monnaie d’échange.

Emmanuel Neretse - 16 avril 2021

Depuis son accession au pouvoir en 2017, Emmanuel Macron a inscrit dans ses priorités l'amélioration des relations entre la France et le régime en place au Rwanda…

Les autres clés du Rapport Duclert – Étayant d’urgence à la fois le régime rwandais et le globalisme made in USA
A la Une
0 partages485 vues
A la Une
0 partages485 vues

Les autres clés du Rapport Duclert – Étayant d’urgence à la fois le régime rwandais et le globalisme made in USA

Joan Carrero - 13 avril 2021

L’objectif du rapport commandé à la commission présidée par Vincent Duclert semble clair. Selon les mots d’Emmanuel Macron lui-même, un “rapprochement” entre la France et le Rwanda…

Les plus populaires de cette catégorie