Survol de l’actualité de la RDC – Semaine du 9 au 15 avril 2011

Bukavu Inforcongo 1958

 

Bukavu Inforcongo 1958

Bukavu /photo Inforcongo 1958

En RDC, le timing et la préparation des élections qui doivent se tenir entre fin novembre 2011 et 2013 continuent à agiter la classe politique congolaise. Cette semaine, l’Assemblée nationale a rejeté pour des raisons de forme une proposition de loi déposée par un membre du parti présidentiel, proposition qui prévoit un scrutin mixte et surtout le dépôt de cautions électorales très importantes et très contestées. De son côté, l’opposition, dont un des partis, le MLC, apparaît divisé et connaît la défection de l’ancien gouverneur déchu de l’Equateur qui a créé son propre parti, condamne tout retard dans la tenue des élections et rejette l’idée de découplage de l’élection présidentielle et des législatives : le président du RCD, Azarias Ruberwa, déplore le retard dans la promulgation d’une loi qu’il juge inique et qui veut consacrer à l’avance l’élection de l’actuel président.

À propos du retard qui pourrait avoir lieu dans la tenue des élections, le président de l’association des constitutionnalistes congolais estime que ce retard entraînerait une situation d’illégitimité, mais pas d’illégalité après le 6 décembre 2011, date de la fin du mandat de Joseph Kabila. Par ailleurs, les opérations de révision du fichier électoral par la CENI connaissent un peu partout des retards et des problèmes techniques ou autres, alors que le président controversé de cette commission a organisé un colloque de deux jours à Kinshasa à l’issue duquel les partis et la société civile ont été invités « à respecter la constitution ».

Dans les autres nouvelles politiques, on signalera que l’Assemblée nationale a déclaré recevable un projet de loi sur la parité homme – femme et a débattu de la question de la non-exécution des recommandations du Parlement par le gouvernement. Du côté de la majorité présidentielle, l’AMP s’est officiellement mué en MP (Majorité présidentielle) dont les statuts prévoient des conditions rigoureuses pour en être membre. Enfin le chef de l’Etat a désigné un nouveau comité de gestion à la RTNC, une décision qui est rejetée par les agents et cadres de cette institution.

En matière de sécurité, des hommages très émouvants ont été rendus à Kinshasa et à Goma par les autorités de la MONUSCO aux victimes du crash du 4 avril dont les causes n’ont pas encore été établies. Au Sud Kivu, 5.000 déplacés ayant fui les combattants du FDLR sont toujours sans assistance sur les hauts plateaux, tandis qu’une voiture de MSF/Espagne est tombée dans une embuscade sur l’axe Bukavu – Uvira et que le bureau des affaires humanitaires, OCHA, signale une recrudescence d’embuscades des FDLR et de viols dans les territoires d’Uvira et de Fizi. Au Nord Kivu, une démonstration de colère populaire a eu lieu à Oicha près de Beni à la suite du meurtre d’un jeune homme de vingt ans, alors que trois bandits, qui avaient tendu une embuscade à deux chauffeurs de taxi, ont été arrêtés en territoire de Beni. En Province Orientale, une délégation s’est rendue à Mahagi pour se rendre compte de la situation créée par le saccage de bon nombre d’infrastructures par des manifestants qui avaient protesté la semaine passée contre le meurtre d’un agent des douanes. Par ailleurs, la LRA a attaqué un convoi humanitaire en territoire de Dungu, tandis qu’un groupe d’hommes armés non-identifiés s’est livré à des pillages près de Bunia. Enfin, au Katanga, une ONG dénonce l’insécurité dans le territoire de Kanyama où des bandits armés ont attaqué une ferme.

Dans le domaine de la justice, le procès Chebeya s’est poursuivi avec le réquisitoire de l’avocat général qui a requis la peine capitale pour tous les inculpés. Par ailleurs, le procès de plusieurs policiers prévenus de viols sur mineures a débuté en territoire de Mwenga.

Dans le domaine de l’enseignement supérieur, après un appel à la reprise des cours par le ministre compétent, appel d’abord boycotté par les membres de l’ESU, les professeurs de l’Université de Kinshasa ont suspendu leur grève.

En matière de relations extérieures, une rencontre entre des ministres du Congo-Brazzaville et de la RDC a eu lieu dans le cadre de l’affaire de la non-extradition du général congolais Munene et du chef des rebelles Enyele, toujours détenus à Brazzaville : les deux chefs d’Etat pourraient se rencontrer à ce sujet.

Kris Berwouts
EurAc

 

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Rwanda : quand un président se vante publiquement d’avoir été mercenaire!
A la Une
0 partages5619 vues
A la Une
0 partages5619 vues

Rwanda : quand un président se vante publiquement d’avoir été mercenaire!

Jean-Charles Murego - 3 novembre 2017

[caption id="attachment_5137" align="alignleft" width="658"] P. Kagame prononçant un discours à Unity Club le 27/10/2017 à Kigali (photo Youtube)[/caption]           Le général Paul Kagame…

Avec des services de sécurité américanisés, Paul Kagame bafoue les droits de l’homme à sa guise
A la Une
0 partages653 vues
A la Une
0 partages653 vues

Avec des services de sécurité américanisés, Paul Kagame bafoue les droits de l’homme à sa guise

Jean-Jacques Karamira - 27 septembre 2017

[caption id="attachment_5124" align="alignleft" width="431"] Préparatifs US Army-Rwanda Defense Forces[/caption] Paul Kagame, président du Rwanda, a misé sur le bon cheval en se mettant au service du pays…

Faut-il condamner la négation des génocides?
A la Une
0 partages512 vues
A la Une
0 partages512 vues

Faut-il condamner la négation des génocides?

Anne Staquet - 21 septembre 2017

Faut-il condamner la négation des génocides ? Anne Staquet Professeur de philosophie Université de Mons Le MR vient de déposer à la chambre un projet de loi…

Les plus populaires de cette catégorie