Burkina Faso : est-ce le début du « Printemps arabe » ?

photo Révolution Citoyenne
photo Révolution Citoyenne

photo /Révolution Citoyenne

La capitale du Burkina Faso a connu le samedi 16/4/2011 une mutinerie de l’armée. Des militaires mécontents ont pillé des magasins. A leur tour les commerçants agacés par ces pillages ont incendié des édifices publics en signe de protestation contre un pouvoir qui n’assure pas leur sécurité et celle de leurs biens.

Comment en est-on arrivé là ? A en croire «Révolution Citoyenne », le président Blaise Compaoré, avait conclu une entente avec les militaires leur garantissant des revenus substantiels et autres avantages sociaux. Mais cette entente n’aurait pas été respectée. Le malaise est plus profond car déjà au début du mois d’avril d’autres manifestations contre le régime  avaient eu lieu dans la capitale Ouagadougou et dans plusieurs villes de l’intérieur du pays

Pour mettre fin à ces révoltes d’hier, le pouvoir a réagi non seulement en instaurant un couvre-feu de 19h00 à 06h00, mais également en procédant à la dissolution du gouvernement et à la nomination d’un nouveau Premier ministre. De même, le chef d’Etat-major des armées a été limogé et des changements ont eu lieu à la tête de l’armée de terre, de l’air et de la gendarmerie.

Selon l’AFP, les incidents d’Ouagadougou ont fait 45 blessés dont certains par balle. Des cas de viols sont même signalés.

L’opposition est montée au créneau et a demandé au président de la république de procéder à de profondes réformes de son pouvoir et surtout à s’engager à ne pas  rempiler pour un nouveau mandat en 2015.

La révolte populaire au Burkina Faso serait-elle un signe avant-coureur d’un « printemps arabe » en Afrique de l’Ouest ? Des dictateurs dans des pays arabes sont en train de quitter le pouvoir sur pression de la rue, après plus de 30 ans à la magistrature suprême. Rien d’étonnant que la même chose se passe au Burkina Faso car Blaise Compaoré est au pouvoir depuis 24 ans.

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Kigali/Rwanda : des enfants de la rue brûlés vifs dans des égouts de la capitale
A la Une
0 partages19403 vues2
A la Une
0 partages19403 vues2

Kigali/Rwanda : des enfants de la rue brûlés vifs dans des égouts de la capitale

Emmanuel Neretse - 3 mai 2017

Rwanda. Horreur à Kigali, cynisme à Bruxelles [caption id="attachment_4875" align="alignleft" width="250"] Des restes effets personnels des enfants brûlés vifs[/caption] En date du 28 avril 2017, les services…

Niger : l’opposant Hama Amadou condamné à un an de prison ferme
A la Une
0 partages206 vues
A la Une
0 partages206 vues

Niger : l’opposant Hama Amadou condamné à un an de prison ferme

Echos d'Afrique - 24 avril 2017

Ancien candidat à la présidentielle du Niger, Hama Amadou a été condamné lundi 13 mars 2017 à un an de prison ferme pour une affaire de trafic d’enfants.…

Par « excès de zèle » l’ambassadeur Olivier Nduhungirehe se rend coupable de « minimisation du génocide tutsi »
A la Une
0 partages1438 vues
A la Une
0 partages1438 vues

Par « excès de zèle » l’ambassadeur Olivier Nduhungirehe se rend coupable de « minimisation du génocide tutsi »

Emmanuel Neretse - 18 avril 2017

La période de commémoration du génocide rwandais offre l’occasion aux représentants du régime dictatorial de Paul Kagame à l’étranger d’exploiter honteusement ce drame dont il est le…

Les plus populaires de cette catégorie