Génocide rwandais : «Tu es vivant, donc tu es coupable !»

Attentat contre l'avion du président Habyarimana le 06/04/1994
Attentat contre l'avion du président Habyarimana le 06/04/1994

Attentat contre l'avion du président Habyarimana le 06/04/1994

Alors que les Rwandais commémorent, au cours de ce mois d’Avril, le 17ème anniversaire du génocide rwandais, la justice canadienne vient de se prononcer sur le dossier de Jean-Léonard Teganya, un Montréalais d’origine rwandaise, qui fait face à des accusations de « complicité par association » dans le contexte du génocide rwandais. Selon le verdict de culpabilité prononcé à son encontre, M. Teganya serait coupable puisqu’ « il est sorti indemne » des délirantes tueries de 1994 qui ont culminé en génocide au Rwanda.

Le Canada a, dès le lendemain du tsunami social que fut le génocide rwandais, apporté une contribution substantielle au gouvernement du Front patriotique rwandais (FPR) de Paul Kagame qui avait fait le pari de relever un défi titanesque de redresser le Rwanda et de l’engager sur la voie de la justice  pour mieux amorcer le chantier de la réconciliation des Rwandais.

Ce fut particulièrement vrai dans le domaine de la justice. À cet égard, le Canada s’est distingué parmi les acteurs internationaux partenaires du Rwanda. Des procès ont été intentés, d’autres suivent leur « bonhomme  de chemin », contre des ressortissants rwandais au sujet desquels le gouvernement du Canada a eu des raisons de croire qu’ils avaient été complices de crimes contre l’humanité durant la sombre histoire du Rwanda des années 90.

Mais le cas de Jean-Léonard Teganya est quelque peu particulier. Rappelons brièvement les faits : M. Teganya est arrivé au Canada en novembre 1999. En 1994, il était étudiant à la faculté de médecine de l’Université nationale du Rwanda, à Butare (sud du pays). À cette époque, le Rwanda était à feu et à sang. Aucun coin du pays n’était un havre de paix. Un état d’urgence et un couvre-feu avaient été décrétés par les autorités. M. Teganya n’a donc pas pu fuir Butare et est resté à l’hôpital, auprès de ses malades.  À son arrivée au Canada, il a soumis une demande de statut de réfugié. Son cas fut entendu pour la première fois en 2002. Sa demande fut rejetée en vertu de la Loi sur  l’immigration et la protection des réfugiés. Depuis lors, les multiples tentatives qu’il a faites pour renverser la vapeur se sont avérées vaines. Il risque  aujourd’hui l’extradition puisque Citoyenneté et Immigration Canada a conclu que M. Teganya était exclu de l’application de la définition de réfugié au sens de la « Convention  des Nations unies relative au statut des réfugiés ». Et le juge de s’interroger dans un verdict sans appel : « En laissant vivant [c’est nous qui soulignons] le demandeur qui n’est pas Tutsi, n’est-il pas raisonnable de penser que les Hutus extrémistes avaient toutes les raisons de croire que le demandeur n’était pas un Hutu modéré et qu’il partageait le même dessein soit celui d’éliminer les Tutsis et les Hutus modérés? ».

C’est comme si, un jour, un citoyen ivoirien, actuellement « coincé » à Abidjan, en Côte d’Ivoire, – une région du monde qui a été, au cours des dernières semaines, en proie à une guerre sans merci -, devait plus tard payer de sa « complicité » des crimes éventuels  contre l’humanité qui se commettraient lors des combats en cours dans la capitale ivoirienne.

Est-ce à dire que la jurisprudence pourrait s’étendre à tout individu qui était au Rwanda en 1994,  qui est resté en vie,  qui n’a pas pu s’exfiltrer  de la zone des crimes et qui, plus tard, après avoir tout laissé derrière pour avoir la vie sauve, a trouvé protection au Canada?

Augustin Baziramwabo,
Président
Communauté des immigrants rwandais de la région d’Ottawa-Gatineau (CIRO)
Gatineau, Québec, Canada

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Rwanda-Mapping Report : le régime du FPR/APR dévoile sa stratégie de défense
A la Une
0 partages2328 vues
A la Une
0 partages2328 vues

Rwanda-Mapping Report : le régime du FPR/APR dévoile sa stratégie de défense

Emmanuel Neretse - 26 novembre 2020

Le rapport produit par les experts des Nations Unies sur les crimes au Zaïre et en RDC entre 1993 et 2003 fut publié en 2010 sous l'appellation…

L’autocrate a-t-il vraiment des leçons de démocratie à donner ?
A la Une
0 partages360 vues
A la Une
0 partages360 vues

L’autocrate a-t-il vraiment des leçons de démocratie à donner ?

Mohamed Qayaad - 22 novembre 2020

« Ici, les prêches sont contrôlés par l’État. La France serait bien inspirée de nous imiter » dixit l'impitoyable prédateur IOG (paru dans Jeune Afrique no 3095).…

Le MoDeL n’est ni au Canada ni à Bruxelles ni en Turquie mais présent à Djibouti !
A la Une
0 partages446 vues
A la Une
0 partages446 vues

Le MoDeL n’est ni au Canada ni à Bruxelles ni en Turquie mais présent à Djibouti !

Kadar Abdi Ibrahim - 20 novembre 2020

Suite à l’interview du Président de la République de Djibouti, Ismael Omar Guelleh, dans le journal Jeune Afrique, le secrétaire général du MoDeL et défenseur des droits…

Les plus populaires de cette catégorie