France-Rwanda : une diplomatie parallèle toujours en action ?

Kouchner- Kagame /photo diplomatie gov fr
Kouchner- Kagame /photo diplomatie gov fr

Kouchner- Kagame /photo diplomatie gov fr

Des mois après son départ du Quai d’Orsay, l’ancien ministre des Affaires étrangères de France Bernard Kouchner continuerait de diriger la diplomatie française, du moins en ce qui concerne le Rwanda. En effet, nous apprenons par la presse (le quotidien pro-gouvernemental de Kigali « The New Times » du 8 avril, AFP, …) que le 7 avril 2011, il était l’hôte d’honneur français lors de la commémoration du 17° anniversaire du génocide rwandais à Kigali. Il était aux côtés de Laurent Contini actuel ambassadeur de France au Rwanda. Rappelons que ce dernier a été nommé par Bernard Kouchner lui-même et qu’il est l’un de ses proches puisqu’il fut membre de son cabinet.

Quelques jours plus tard, à savoir le 17 avril 2011, nous apprendrons sous la plume de Jean François Dupaquier, un des plus zélés défenseurs du dictateur Paul Kagame et pourfendeur de l’action de la France au Rwanda dans les milieux de la presse, que l’ambassadeur Laurent Contini, encadré par son mentor Bernard Kouchner, a officiellement fustigé l’action des armées françaises au Rwanda en 1994, se mettant ainsi en porte à faux avec la position de l’actuel ministre des Affaires étrangères Alain Juppé pour qui les soldats français ont fait leur devoir et qu’en aucun cas leur honneur ne peut être sali.

Sous un titre sans équivoque, Jean François Dupaquier écrit en effet sur le site Africarabia que « l’ambassadeur de France jette un pavé dans la mare ». Et de rapporter les propos que Laurent Contini a prononcé dans l’enceinte de l’ambassade de France à Kigali le 9 avril 2011 et tendant à affirmer qu’en 1994, les soldats français ont refusé d’évacuer les Tutsi alors qu’ils en avaient reçu l’ordre.

Ces déclarations d’un représentant de la France au Rwanda faites au moment où un ancien ministre des Affaires étrangères de France se trouve dans ce pays, ne pourront que choquer les militaires français qui ont servi au Rwanda en 1994 et qui, depuis des années, sont la cible des milieux politiques et de la presse qui n’ont d’autres marchandises à vendre au dictateur Kagame que l’honneur des soldats français. Ces derniers sont cependant prêts à se battre avec la dernière énergie pour préserver l’honneur de la France et de ses soldats comme en témoignent les quelques publications que d’ailleurs nous recommandons vivement.

Cet épisode laisse l’impression que Bernard Kouchner reste bien le ministre des Affaires étrangères « pour le Rwanda » et que donc l’ambassadeur Laurent Contini qu’il a envoyé à Kigali peut continuer à exprimer des vues même diamétralement opposées à celles de la diplomatie officielle du gouvernement français et qui mettent même injustement en cause l’armée française. Si cela n’est pas ce qui s’appelle « diplomatie parallèle », qu’on nous dise ce que c’est !

Emmanuel Neretse
Echos d’Afrique

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Les partis au pouvoir, protecteurs et opposants des présidents africains
A la Une
0 partages39 vues
A la Une
0 partages39 vues

Les partis au pouvoir, protecteurs et opposants des présidents africains

Carole Kouassi - 20 février 2018

Les présidents africains sont-ils inoxydables comme s'en est convaincue l'imagerie populaire ? Les développements de ces derniers mois prouvent que derrière la toute-puissance présumée de certains chefs…

GÉNOCIDE DES TUTSI : HOLD UP DÉCISIONNEL À L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ONU!
A la Une
0 partages70 vues
A la Une
0 partages70 vues

GÉNOCIDE DES TUTSI : HOLD UP DÉCISIONNEL À L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ONU!

Echos d'Afrique - 18 février 2018

L’ONU a décidé de faire du 07 avril une « Journée internationale de réflexion sur le génocide des Tutsis au Rwanda en 1994 », sans qu’aucun consensus ne se…

Rwanda. Impunité et traitement spécial pour le régime du FPR de Paul Kagame
A la Une
0 partages2522 vues
A la Une
0 partages2522 vues

Rwanda. Impunité et traitement spécial pour le régime du FPR de Paul Kagame

Emmanuel Neretse - 13 février 2018

La « communauté internationale » s’autoculpabilise, non pas pour avoir abandonné les Tutsi, mais bien pour avoir permis qu’une catastrophe annoncée s’abatte sur le pays et le peuple rwandais.…

Les plus populaires de cette catégorie