L’activisme des agents des services secrets rwandais en Belgique

Les services secrets étrangers en Belgique. En toute impunité ? par Kristof Clerix
Les services secrets étrangers en Belgique. En toute impunité ? par Kristof Clerix

Les services secrets étrangers en Belgique. En toute impunité ? par Kristof Clerix

Dans un livre au titre bien évocateur : « Les services secrets étrangers en Belgique. En toute impunité ? » (Bruxelles, Editions Racine 2008[i]), Kristof Clerix, journaliste d’investigation, a consacré un chapitre sur la présence des espions du régime de Paul Kagame en Belgique. Ils y sont envoyés pour suivre notamment les activités des partis politiques de la diaspora dans ce pays car, comme le dit Marina Rafti de l’Institut de recherche politique et de gestion du développement de l’université d’Anvers, citée par l’auteur : « Au Rwanda, l’opposition ne peut pas s’organiser ouvertement, elle doit le faire en secret. Ou à l’étranger ».

Sur l’action de ces agents secrets de Kigali en Belgique, Kristof Clerix cite encore son collègue Hoogsteyns, lui aussi journaliste d’investigation et qui a suivi l’avancée du FPR depuis 1991 jusqu’à sa prise de pouvoir en 1994. Il a rencontré sa femme, une Tutsi congolaise, sur le front. Ce dernier croise, à l’occasion, des agents secrets rwandais en Belgique qu’il a vus sur le front. Le régime de Kagame a même sollicité ses services : « Il y a quelques années, le Rwanda m’a demandé en direct de suivre en Belgique les Hutus du Mouvement républicain national pour la Démocratie et le Développement (MRNDD), le parti de l’ancien président Habyarimana. Ils m’avaient demandé cela suite à une série que j’avais publiée sur le financement du génocide et le meurtre de trois Belges durant le génocide. Ils voulaient tout savoir de ces gens : où ils habitent, où ils vont, ce qu’ils font, par qui ils sont payés, avec quels politiciens belges ils sont en contact et ainsi de suite. Pouvez-vous suivre ces hommes en tant que journaliste ? ». Mais j’ai refusé, je ne peux pas commencer dans ce jeu-là.  Il poursuit : « On sait généralement que des collaborateurs du service secret rwandais sont stationnés à l’ambassade rwandaise de Bruxelles. Ils sont chargés de tenir à l’œil l’ambassadeur, le personnel de l’ambassade et la communauté rwandaise, mais aussi de récolter des informations sur l’ennemi – le Congo et le Burundi. »

Kristof Clerix rapporte également des rumeurs selon lesquelles il y aurait même des escadrons de la mort envoyés par Kigali en Belgique. Ils seraient responsables de la mort suspecte Régine Uwamariya le 16 décembre 2000, sœur du colonel Théoneste Bagosora, en prison à Arusha et dont le frère avait déjà été assassiné au Cameroun le 14 février 1999. Dans ce même cadre, l’auteur cite également le cas de Juvénal Uwilingiyimana, ancien ministre sous le régime Habyarimana, réfugié en Belgique depuis 1998, et dont le cadavre a été découvert dans le canal de Bruxelles le 17 décembre 2005.

Par une présence considérable de Rwandais en Belgique et d’une multitude d’agents secrets chargés de les tenir à l’œil, Kristof Klerix considère Bruxelles comme la seconde capitale rwandaise.

echosdafrique.com
___________________________________

[i] Le livre est paru en néerlandais sous le titre : « Vrij spel. Buitenlandse geheine diensten in België » (Uitgeverij Manteau, 2006). Sa traduction en Français a été faite par Nathalie Buisseret et Emile Haquin (racine 2008)..

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Kigali/Rwanda : des enfants de la rue brûlés vifs dans des égouts de la capitale
A la Une
0 partages19487 vues2
A la Une
0 partages19487 vues2

Kigali/Rwanda : des enfants de la rue brûlés vifs dans des égouts de la capitale

Emmanuel Neretse - 3 mai 2017

Rwanda. Horreur à Kigali, cynisme à Bruxelles [caption id="attachment_4875" align="alignleft" width="250"] Des restes effets personnels des enfants brûlés vifs[/caption] En date du 28 avril 2017, les services…

Niger : l’opposant Hama Amadou condamné à un an de prison ferme
A la Une
0 partages209 vues
A la Une
0 partages209 vues

Niger : l’opposant Hama Amadou condamné à un an de prison ferme

Echos d'Afrique - 24 avril 2017

Ancien candidat à la présidentielle du Niger, Hama Amadou a été condamné lundi 13 mars 2017 à un an de prison ferme pour une affaire de trafic d’enfants.…

Par « excès de zèle » l’ambassadeur Olivier Nduhungirehe se rend coupable de « minimisation du génocide tutsi »
A la Une
0 partages1449 vues
A la Une
0 partages1449 vues

Par « excès de zèle » l’ambassadeur Olivier Nduhungirehe se rend coupable de « minimisation du génocide tutsi »

Emmanuel Neretse - 18 avril 2017

La période de commémoration du génocide rwandais offre l’occasion aux représentants du régime dictatorial de Paul Kagame à l’étranger d’exploiter honteusement ce drame dont il est le…

Les plus populaires de cette catégorie