Un diplomate rwandais encense l’armée du FPR

militaires fpr gabiro dec 2010

militaires fpr gabiro dec 2010

militaires rwandais à Gabiro (Est du pays) en décembre 2010

Olivier Nduhungirehe est un diplomate rwandais à New York. Il écrit sur les fora rwandais sous le pseudonyme de Théoneste Rwemalika. Il a réagi à l’article d’Emmanuel Neretse qui montrait que l’armée rwandaise actuelle ne pouvait être un modèle pour l’Afrique. Dans sa réponse, Emmanuel Neretse, qui  est un ancien officier BEM  des Forces Armées Rwandaises défaites en 1994, a démontré, une fois de plus et avec des éléments de la science militaire,  que cette armée est tout sauf un modèle pour les autres armées africaines.

 

 


_______________________________________________________________________________________________________________

Bonjour Monsieur Emmanuel Neretse,

Que vous contestiez le professionnalisme et l’exemplarité des Forces Rwandaises de Défense (RDF), qualités aujourd’hui reconnues en Afrique et dans le monde, cela ne peut étonner personne. C’est sans doute l’amertume d’un ancien officier supérieur d’une armée défaite par ces mêmes RDF, qui nous parle.

Ceci dit, dans votre charge contre les RDF, vous vous basez sur quatre arguments : (1) l’ « hypertrophie », (2) l’ « américanisation », (3) le « caractère monoethnique » et (4) le « lourd passé ». Ici, je suis désolé de vous dire qu’aucun de ces « arguments » ne tient la route et n’est de nature à remettre en cause le professionnalisme internationalement reconnu des RDF. N’uwanga urukwavu yemera ko ruzi kwiruka.

Hypertrophie

Vous affirmez ceci : « Proportionnellement à sa superficie et à sa population, le Rwanda est le pays le plus militarisé d’Afrique. Il doit entretenir 100.000 hommes en armes : les loger, les nourrir et surtout les occuper ».

Monsieur Neretse, un intellectuel comme vous ne doit pas se contenter de balancer des chiffres mais doit aussi nous en fournir la source. Pouvez-vous donc nous dire sur quels documents vous vous basez pour affirmer que (1) les RDF sont composées de plus de 100.000 hommes et que (2) le Rwanda est le pays « le plus militarisé d’Afrique […] proportionnellement à sa superficie et à sa population » ?

Pour ma part, je vous fournis simplement deux chiffres, qui mettent a mal votre affirmation:

(1)      Dans le budget 2010-2011 (984 milliards Frw), le budget du MINADEF est le septième budget en ordre d’importance, avec 44 millions, soit 4.47% du budget total. Il suit le budget du MININFRA (165,2 milliards), du MINECOFIN (162,9 milliards), du MINALOC (91,9 milliards), du MINISANTE (77,8 milliards), du MINEDUC (76,3 milliards) et du MINAGRI (67 milliards) ;

(2)      Dans le CIA World Factbook, le Rwanda est classé 48ème pays dans le monde, en termes de pourcentage des dépenses militaires par rapport au PIB, avec 2,9%. Dans le même temps, il se classe 16ème pays africain, derrière l’Erythrée, le Burundi, la Mauritanie, le Maroc, le Swaziland, la Libye, le Zimbabwe, Djibouti, la Namibie, l’Angola, l’Egypte, l’Algérie, le Botswana, la Guinée Bissau et le Soudan.

Il est donc extrêmement difficile qu’un pays avec de telles statistiques soit « le plus militarisé d’Afrique […] proportionnellement à sa superficie et à sa population ».

Américanisation

Vous affirmez ceci : « Les observateurs sont abasourdis en constatant comment les officiers rwandais sont « drillés » à l’américaine, que les Américains sont les véritables « patrons » des Etat-majors, que tout l’équipement, du transport aérien jusqu’à au treillis en passant par le matériel de communication, sont fournis par les USA ».

Ici, vous utilisez sans doute le bon vieil argument en miroir, car si ma mémoire est bonne, c’est plutôt les FAR qui étaient « « drillés » à la française, que les français étaient les véritables « patrons » des Etats-majors », au point que l’armée française intervienne au secours des FAR dès l’attaque du 1er octobre 1990, pour combattre à leurs côtés, et ne quitter le Rwanda qu’à l’arrivée des casques bleus de la MINUAR !

Quant à dire que les RDF sont « américanisées » puisqu’ils reçoivent de l’équipement militaire venant des Etats-Unis, je trouve cet argument complètement ridicule car, à suivre cette logique,  aucune armée du tiers monde (y compris les FAR) ne serait « nationale » ; ayant, d’une manière ou d’une autre, signé des accords de coopération militaire avec de grandes puissances militaires.

Au demeurant, je trouve assez cocasse d’affirmer, d’un coté, que « l’armée rwandaise actuelle semble plutôt à un bon « Corps d’Armée de l’US Army déployé dans la région des Grands-lacs » qu’à une armée d’un petit pays africain », mais d’un autre coté, d’accuser les RDF, y compris auprès du Gouvernement américain, d’avoir commis un génocide au Congo, de demander des sanctions politiques, économiques et judiciaires, au lieu de directement accuser l’US Army ! Un minimum de cohérence s’impose !

Caractère monoethnique

Ici non plus, cette accusation ne tient pas la route. Alors que les FAR auxquelles vous apparteniez étaient une véritable armée monoethnique, ne recrutant que dans une ethnie voire dans une région du pays, on ne peut dire la même chose pour les RDF. En effet, il vous souviendra que les Forces Rwandaises de Défense sont issues de l’Armée Patriotique Rwandaise (APR), composée d’anciens refugiés rwandais, surtout installés en Ouganda.

Or, l’on sait que ces refugiés étaient principalement tutsis, puisque le pouvoir ethniste qui les a chassés du pays en a voulu ainsi. Ces anciens refugiés ne peuvent donc être tenus responsables de la « composition ethnique » de l’armée qu’ils ont créée pour faire valoir leurs droits.

Et tant que militaire, vous devez certainement savoir que la formation d’un officier supérieur ne se décrète pas. Un civil ne peut être nommé officier d’une armée du jour au lendemain. Il doit avoir suivi une longue formation militaire et justifier d’une expérience certaine pour être un jour nommé Major, Colonel ou Général. Tous les officiers des RDF étaient donc, soit déjà dans l’APR avant 1994, soit des ex-FAR ou des ex-FDLR qui ont été intégrés dans la nouvelle armée, en signe d’unité nationale.

Et d’ailleurs, vous savez bien que le souci du Gouvernement rwandais depuis 1994 était plus de démobiliser que de recruter, de sorte qu’on ne peut en même temps l’accuser d’avoir une armée « hypertrophiée » (sic) et de sous-entendre qu’il aurait dû massivement recruter des hutus pour rééquilibrer cette armée.

Une armée avec un lourd passé

Ceci est un argument qui ne peut non plus être retenu. Car cela veut dire que l’armée américaine, l’armée britannique et l’armée française ne peuvent être qualifiées d’ « armées professionnelles » pour le simple fait que certains de leurs membres ont commis des bavures ou des crimes de guerre au Vietnam, en Corée, en Algérie, en Afghanistan, en Irak, en Bosnie ou en Libye !

Soit dit en passant, je voudrais vous faire remarquer que l’APR de 1994-1995 n’est certainement pas les RDF d’aujourd’hui. D’anciens rebelles dont beaucoup de recrues n’étaient pas des militaires professionnels, malgré la victoire contre une armée génocidaire, ils sont devenus une véritable armée professionnelle saluée partout dans le monde.

Il suffit d’ailleurs de voir son comportement exemplaire au Darfour, où les RDF font l’unanimité, que ce soit auprès du Gouvernement soudanais, des rebelles, des collègues casques bleus et du Département des Operations de Maintien de la Paix (DOMP/DPKO), pour s’en convaincre. Souvenez-vous d’ailleurs de la panique des Nations Unies et du DPKO lors de notre réaction à la sortie du Mapping Report.

La panique était certes de voir le Rwanda retirer ses 3.500 troupes du Darfour mais elle était surtout de trouver un autre pays africain (Bachir ne veut pas de troupes extérieures à l’Afrique) ayant une armée aussi professionnelle, aussi expérimentée, aussi disciplinée et aussi appréciée par des populations locales, que le Rwanda. Renseignez-vous au Soudan (vous devez bien avoir des amis là-bas) au sujet de la réputation de nos soldats par rapport à celle de leurs autres collègues casques bleus et vous comprendrez pourquoi.

Bonnes fêtes de Pâques.

Rwemalika Théoneste

___________________________________________________________________________________________________

Monsieur Olivier Nduhungirehe

Après avoir pris connaissance de votre réaction à mon article publié sur le site www.echosdafrique.com le 23 avril 2011 sous le titre : « NON, l’Armée Rwandaise ne peut pas être un modèle pour l’Afrique », permettez- moi de confirmer ce que j’avais affirmé à cette occasion et réfuter les allégations que vous exposez. Vous prétendez que les quatre motifs que j’ai fournis et qui discréditent l’armée actuelle du Rwanda ne sont pas valables. Je voudrais vous le réaffirmer en fournissant des réponses aux questions que vous vous posez pour savoir comment je suis arrivé à mes conclusions.

Hypertrophie de l’Armée actuelle du Rwanda

Vous prétendez que j’aurais exagéré en indiquant que les Forces de Défense et de Sécurité du Rwanda peuvent être estimées à plus de 100.000 hommes. Vous me reprochez entre autres de ne pas fournir les sources de chiffres que j’avance.

Monsieur Olivier Nduhungirehe, sachez que l’organisation actuelle des RDF du moins son déploiement territorial est d’ordre public. A partir de là, il ne faut pas nécessairement être Breveté d’Etat-Major pour estimer les effectifs. Il est connu que l’organisation des RDF, en ce qui concerne la Force Terrestre, épouse le découpage administratif du pays. Ainsi, à chaque Province correspond une « Division ». Et pour la capitale Kigali, il faut compter aussi les unités de « Réserve générale » (à ne pas confondre avec la Force de Réserve qui est une des composantes des RDF mais non active) et des Forces « Spéciales » comme : la Garde Républicaine, les Bataillons blindés, l’Artillerie lourde, les unités du Génie militaire, les unités et services administratifs (Police Militaire, Musique, Médicales, l’Auditorat et la Justice miliraire,…) . Si l’on tient compte de ce qu’une division d’infanterie compte de 12 à 15.000 hommes, cela nous faits déjà 60.000 hommes. Si on ajoute à tout cela, la Police et la « Local Defence Force», on verra que le chiffre de 100.000 hommes que j’ai avancé constitue la plus petite limite courte dans l’estimation des effectifs de l’armée du FPR. Il faudrait en effet y ajouter les effectifs de la Force Aérienne et de la Marine dont les effectifs peuvent être estimés à plus de 5.000.

Pour ne pas reconnaître l’hypertrophie de l’armée de Kagame vous étalez les statistiques relatives aux dépenses de la défense. Vous oubliez d’indiquer que plus de la moitié des gens en armes au Rwanda n’émergent pas du budget de la défense et que cela a été décidé en connaissance de cause : la Police émerge sur le budget du Ministère de la Sécurité tandis que les LDF sont sur celui du ministère de l’Administration territoriale. Pourtant ce sont des militaires en armes et leurs chefs sont des cadres du FPR /APR. Bien plus, au moins une brigade (quatre bataillons) soit près de 5.000 militaires, est prise entièrement en charges par l’ONU dans le cadre de la MINUAD (Mission au Darfour soudanais). Vous en conviendrez avec moi que dans ces conditions, les statistiques du budget du Ministère de la Défense n’ont aucun sens et ne peuvent fournir aucune indication sur les vrais effectifs des personnes en armes au Rwanda.

Le caractère monethnique de l’actuelle armée rwandaise

Monsieur Olivier Nduhungirehe, je n’avais nullement demandé qu’on me fournisse ce qui justifie cet état de chose. Je tenais seulement à souligner ce fait : l’armée actuelle du Rwanda est monoethnique du moins au niveau de son commandement. D’ailleurs, vous en convenez avec moi que l’hiérarchie de l’armée de Paul Kagame est exclusivement tutsi. Inutile de vous étaler dans des tentatives de le justifier par l’histoire. Moi je ne faisais que faire le constat que par ailleurs vous approuvez.

Je maintiens donc mon propos : l’armée du Rwanda actuelle ne peut être considérée comme un modèle pour l’Afrique. Elle en est plutôt un contre-modèle.

Emmanuel Neretse
25/04/2011


 

Vous pourriez être intéressé(e)

Vers l’effondrement de la RDC ?
A la Une
0 partages456 vues
A la Une
0 partages456 vues

Vers l’effondrement de la RDC ?

Echos d'Afrique - 7 juin 2017

L'article ci-après a été rédigé par Andrew Korybko, un  commentateur politique américain et publié sur le site Katehon.com. Sa traduction en français a été publiée sur lesakerfrancophone.fr. L'idée générale est que…

Kigali/Rwanda : des enfants de la rue brûlés vifs dans des égouts de la capitale
A la Une
0 partages20063 vues2
A la Une
0 partages20063 vues2

Kigali/Rwanda : des enfants de la rue brûlés vifs dans des égouts de la capitale

Emmanuel Neretse - 3 mai 2017

Rwanda. Horreur à Kigali, cynisme à Bruxelles [caption id="attachment_4875" align="alignleft" width="250"] Des restes effets personnels des enfants brûlés vifs[/caption] En date du 28 avril 2017, les services…

Niger : l’opposant Hama Amadou condamné à un an de prison ferme
A la Une
0 partages288 vues
A la Une
0 partages288 vues

Niger : l’opposant Hama Amadou condamné à un an de prison ferme

Echos d'Afrique - 24 avril 2017

Ancien candidat à la présidentielle du Niger, Hama Amadou a été condamné lundi 13 mars 2017 à un an de prison ferme pour une affaire de trafic d’enfants.…

Les plus populaires de cette catégorie