Le Rwanda dans la première guerre mondiale

Le roi Musinga en tenue militaire allemande
Le roi Musinga en tenue militaire allemande

Le roi Musinga en tenue militaire allemande

Lors de la conférence de Berlin (15 novembre 1884-26 février 1885) sur la colonisation de l’Afrique, la région comprenant le Tanganyika, le Rwanda et le Burundi fut attribuée à l’Allemagne. En janvier 1891, le Tanganyika, le Rwanda et le Burundi devinrent des protectorats allemands.

Vers la fin 1893, le lieutenant Gustave Adolf, Comte von Götzen gouverneur de l’Afrique Orientale, séjourna au Rwanda pendant quelques temps et rencontra le roi Kigeri Rwabugiri. Le capitaine Werner von Grawert devint, à partir de 1906, résident militaire du Rwanda et du Burundi.

Le docteur Kandt sera le premier résident à s’installer à Kigali. Le colonisateur allemand, tout en occupant le pays, laissa en place les structures du pouvoir aux indigènes. C’est-à-dire que le roi et ses chefs gardèrent leurs pouvoirs. C’est ce qu’on appela l’administration indirecte.

Le colonisateur étendra le pouvoir tutsi sur les régions du Nord en soumettant les rois hutu malgré la résistance de la population. C’est dans ce contexte que les missionnaires seront amenés à agir dans la ligne de cette politique du pouvoir sur les indigènes. L’incident dans lequel le Père Loupias trouva la mort en est une parfaite illustration. En effet en avril 1910, le père allemand Loupias surnommé « Rugigana », c’est-à-dire le bagarreur, fut tué alors qu’il voulait imposer de force à Rukara, un Hutu, le règlement d’un différend qui opposait ce dernier à un Tutsi. Rukara sera condamné et exécuté suite à cet assassinat tandis que des militaires allemands feront des actes terribles de représailles sur la population.

En ce qui concerne le Rwanda, le colonisateur allemand exploita l’ambition du roi Musinga qui comptait sur la guerre contre le Congo pour étendre ses possessions territoriales. Aussi n’hésita-il pas à laisser combattre ses milices aux côtés des troupes allemandes. De ce fait la tâche de recrutement de combattants sera d’autant plus facile qu’on ne devra pas recourir à la chasse à l’homme comme sous la traite des noirs. Les chefs tutsi vont recruter les Hutu pour l’armée allemande.

Quand la première guerre mondiale éclata, les Belges, qui occupaient le Congo, décidèrent de combattre les Allemands au Rwanda. Le gouvernement belge mit en place 5000 hommes chargés d’attaquer l’Afrique orientale entre Rutshuru et Uvira, et désigna le col BEM Charles Tombeur Commandant en chef. Il avait pour objectif final, l’occupation de la ligne Kigali- Nyanza.

Les troupes allemandes étaient composées de 216 européens, d’environ 2500 soldats indigènes « askaris », et d’« indugaruga », c’est-à-dire des milices indigènes en partie armés et aidés du point de vue logistique par les Allemands.

Au Nord de Goma, les milices du roi soutenu par les « askaris » multiplieront des actes de pillages en territoire congolais. Les autorités belges pour la défense de la frontière orientale du Congo belge confièrent cette mission au Commissaire Général Josué Henry. Le front s’étendait de Rutshuru au Nord jusqu’au lac Tanganyika au Sud. Il établit des positions fortifiées à Rutshuru, l’île Ijwi et à Bukavu. Il livra les premiers engagements sur Gisenyi en représailles des actes de pillage des « askaris » en territoire congolais dans les débuts de 1914. Ces derniers lui opposèrent une forte résistance et les Belges durent se replier en laissant de nombreux morts sur le terrain. Le Commissaire général fut obligé de demander des renforts qui n’arrivèrent qu’en octobre 1914. Dans la suite, il repoussa à plusieurs reprises des tentatives de débarquements allemands sur les rives occidentales des lacs Kivu et Tanganyika jusque fin 1914.

Les positions fortifiées allemandes étaient sur la rivière Sebeya (Gisenyi), Rubengera (Kibuye), Cyangugu, Ruhengeri et Gatsibo (Byumba) au Nord-Est tandis que le commandement était à Kigali.

Le col BEM Charles Tombeur Commandant en chef des opérations belges dans la région, divisa le théâtre d’opération en trois secteurs : la Brigade Nord sous le commandement du Colonel BEM Molitor ; la Brigade Sud sous le commandement du Lieutenant Colonel Olsem ; le groupement Tanganyika commandé par le Lieutenant Colonel Moulaert ; un corps d’occupation sous le commandement du Major Stevens.
Le 28 mai 1915, le Commissaire général décida d’attaquer Gisenyi pour en déloger les Allemands et parvint à stabiliser le front de Nyundo (Rwanda) à Kabale (Ouganda). Les Allemands dont le commandant des troupes sur place était le capitaine Witings tiendront cependant sur leur position très fortifiée sur la rivière Sebeya.

Les Belges menèrent la manœuvre de contournement en pénétrant au Rwanda par Byumba et occupèrent Gatsibo. De là, une colonne conquit Kigali le 6 mai 1916 et l’autre contourna le lac Muhazi et fit la jonction le 9 mai 1916. Entre-temps, des éléments de la brigade Sud poursuivirent les Allemands qui remontèrent vers Nyanza afin de porter renfort aux troupes stationnées à Kigali. Les troupes belges laissées à Gisenyi sous le commandement de Rouling pour fixer les Allemands reçurent l’ordre d’aller couper la retraite des Allemands à Nyanza en suivant l’axe Shyira, Muramba, Gatumba. Elles atteignirent Nyanza le 19 mai 1916 et les Allemands se dirigèrent vers le Burundi, pendant que ceux de Kigali se replièrent également sur le Bugesera. Le Rwanda fut conquis militairement par les Belges.

Le traité de Versailles du 28 juin 1919 mit fin à la première guerre mondiale et pénalisa l’Allemagne en le dépouillant de ses colonies. Il attribua le Rwanda à la Belgique.

Echosdafriques.com

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Avec des services de sécurité américanisés, Paul Kagame bafoue les droits de l’homme à sa guise
A la Une
0 partages195 vues
A la Une
0 partages195 vues

Avec des services de sécurité américanisés, Paul Kagame bafoue les droits de l’homme à sa guise

Jean-Jacques Karamira - 27 septembre 2017

[caption id="attachment_5124" align="alignleft" width="431"] Préparatifs US Army-Rwanda Defense Forces[/caption] Paul Kagame, président du Rwanda, a misé sur le bon cheval en se mettant au service du pays…

Faut-il condamner la négation des génocides?
A la Une
0 partages185 vues
A la Une
0 partages185 vues

Faut-il condamner la négation des génocides?

Anne Staquet - 21 septembre 2017

Faut-il condamner la négation des génocides ? Anne Staquet Professeur de philosophie Université de Mons Le MR vient de déposer à la chambre un projet de loi…

La déportation de Munyakazi est un échec moral et une occasion qui conforte P. Kagame dans la chasse à ses opposants politiques
A la Une
0 partages189 vues
A la Une
0 partages189 vues

La déportation de Munyakazi est un échec moral et une occasion qui conforte P. Kagame dans la chasse à ses opposants politiques

Gaspard Musabyimana - 21 septembre 2017

    L’article ci-après a été rédigé à partir d’un billet de Bill Zlatos, un écrivain indépendant vivant à Ross, USA. Léopold Munyakazi était enseignant dans un…

Les plus populaires de cette catégorie