Synthèse de l’actualité de la RDC:Semaine du 23 au 29/04/2011

Guerriers de la tribu Kole à Mandombe en Equateur/Cliché Musée Congo belge 1958
Guerriers de la tribu Kole à Mandombe en Equateur/Cliché Musée Congo belge 1958

Guerriers de la tribu Kole à Mandombe en Equateur/Cliché Musée Congo belge 1958

En RDC, la campagne électorale a virtuellement débuté, opposition et majorité présidentielle s’affrontant sur le bilan présidentiel tandis qu’Etienne Tshisekedi un grand meeting à l’occasion de la commémoration du 21er anniversaire de la naissance du multipartisme en RDC, meeting au cours duquel il a évoqué une « révolution » sur le modèle nord-africain si l’élection présidentielle n’était pas organisée dans le délai constitutionnel : la Voix des Sans Voix s’est félicitée de l’absence de perturbations au cours d’un meeting qui a rassemblée plus de 50.000 personnes. De son côté, le parti du candidat Kamerhe, l’UNC, qui connaît quelques remous avec  la démission forcée d’un de ses secrétaires fédéraux, dénonce l’intolérance et la répression contre ses membres, alors qu’à Bruxelles, une manifestation de Congolais a réclamé le départ de Joseph Kabila. Par ailleurs, certaines difficultés continuent à se produire dans l’enregistrement des électeurs : si la CENI se déclare satisfaite du travail d’enrôlement au Sud Kivu, elle dénonce l’absence de témoins des partis politiques dans les centres d’inscription de Kisangani tandis que, dans la même province, la société civile de Wamba fait état de retard dans l’enrôlement. On signalera aussi qu’à Lodja (Sankuru), le gouverneur a suspendu l’administrateur du territoire accusé de « distiller la discrimination tribale » au sein de la CENI et de la population et que la société civile de Beni et Lubero proteste contre l’adhésion déclarée de chefs coutumiers à la majorité présidentielle. Du côté des bailleurs de fonds, ces derniers se sont réunis pour faire le point sur l’enregistrement des électeurs : on notera à ce propos que le rôle de la MONUSCO dans ses élections n’est pas encore clairement établi et que des parlementaires de l’UE ont écrit à la Haute Représentante des affaires étrangères pour qu’une mission d’observation électorale ne soit pas envoyée en RDC, les élections étant d’ores et déjà tronquées.

Toujours dans le domaine politique, on signalera qu’une délégation du gouvernement et de l’assemblée provinciale katangaise a plaidé une fois encore pour plaider une révision de la rétrocession due au Katanga : le Premier ministre a donné son accord de principe à cette révision.

En matière de sécurité, les otages libérés par le FDLR en territoire de Mwenga au Sud Kivu sont dans une situation déplorable. Dans la même province, des pillages ont eu lieu à Minova en territoire de Kalehe par des hommes armés. Au Nord Kivu, où plus de 50.000 personnes sont toujours déplacées dans des camps près de Masisi, des éléments de la police nationale ont été attaqués par des présumés FDLR sur l’axe Goma – Walikale, tandis que deux véhicules ont été attaqués sur la route Goma – Rutshuru. Toujours au Nord Kivu, on signalera que la MONUSCO a facilité la mission de cinq parlementaires au sud du territoire de Lubero pour tenter de calmer la tension entre les ethnies Nande, Hutu et Tutsi dans la région. En Province Orientale, les FARDC ont salué l’interposition de la MONUC dans des affrontements entre milices et armée en Ituri. Enfin dans la province de l’Equateur, les FARDC et la police nationale se sont déployées à Mbandaka pour prévenir une possible attaque des Enyele dont un des chefs a été arrêté à Dongo accusé d’avoir été responsable du regroupement de ces Enyele au Congo Brazzaville.

Dans le domaine de la justice, le ministère public a surpris la défense des inculpés dans l’affaire Chebeya en réclamant, en plus de la peine de mort, d’autres peines aux prévenus, tandis que la défense des prévenus soutient que les faits à leur encontre ne sont pas établis. Tandis que la défense plaidait l’acquittement d’un des prévenus, le Colonel Mukalayi, ce dernier est par ailleurs accusé d’être impliqué dans un autre procès, celui de Firmin Yangambi auquel il aurait fourni des armes dans le cadre de la tentative d’insurrection dont ce dernier est accusé. Dans l’affaire de la récente révocation pour détournement du ministre du Développement rural, la défense a plaidé l’acquittement. De son côté, le Conseil supérieur de la Justice a réhabilité, pour une question de non-respect de formes par l’assemblée provinciale, le gouverneur du Bandundu, ce qui a entraîné de violentes manifestations et les protestations des élus provinciaux. Dans le domaine de la justice militaire, quatre soldats des FARDC ont été condamnés à vingt ans de prison pour viols commis en territoire de Djugu, tandis que le procès des insurgés Enyele a débuté au tribunal militaire de Kinshasa. Enfin, dans le domaine des droits humains, 80 ONG se sont réunies pour évaluer la situation des droits de l’homme à l’approche des élections : elles y ont réclamé des élections apaisées.

Dans le domaine économique, le gouverneur du Katanga a offert 14 millions d’hectares aux fermiers pour le développement de l’agriculture dans cette province essentiellement minière. Toujours dans cette province, la cité minière est prise d’assaut part des exploitants miniers venus d’autres provinces pour y exploiter la cassitérite, tandis que, dans le cadre d’un conflit entre deux petites entreprises minières, la police a expulsé des environs de Likasi des agents de l’une des deux sociétés. Par ailleurs, la Banque mondiale a annoncé l’octroi d’un financement de 218 millions $ à la SNCC, tandis que les Etats-Unis ont annoncé l’annulation totale de la dette publique du Congo à leur égard.

Dans le domaine de l’enseignement, le gouvernement a offert 1.400 véhicules aux professeurs de l’Université de Kinshasa à travers leur association, l’APUKIN, qui réclame de pouvoir gérer elle-même ce don. Dans cette même université, des échauffourées, qui ont causé la mort d’un homme, ont eu lieu entre la police et les étudiants qui réclament la baisse des frais d’enrôlement, tandis qu’à l’Université de Lubumbashi, des incidents violents ont eu lieu entre étudiants et occupants d’habitations construites à l’intérieur du site universitaire.

Dans le domaine des relations extérieures, on signalera que l’agence européenne des frontières (FRONTEX) a expulsé de Bruxelles une soixantaine de Congolais illégaux ou déboutés du droit d’asile aux Pays-Bas, en Grande-Bretagne, en Suède et en Irlande, une expulsion que « regrette » le gouvernement congolais qui se réserve le droit de réciprocité si nécessaire

Eurac

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Rwanda : quand un président se vante publiquement d’avoir été mercenaire!
A la Une
0 partages5459 vues
A la Une
0 partages5459 vues

Rwanda : quand un président se vante publiquement d’avoir été mercenaire!

Jean-Charles Murego - 3 novembre 2017

[caption id="attachment_5137" align="alignleft" width="658"] P. Kagame prononçant un discours à Unity Club le 27/10/2017 à Kigali (photo Youtube)[/caption]           Le général Paul Kagame…

Avec des services de sécurité américanisés, Paul Kagame bafoue les droits de l’homme à sa guise
A la Une
0 partages571 vues
A la Une
0 partages571 vues

Avec des services de sécurité américanisés, Paul Kagame bafoue les droits de l’homme à sa guise

Jean-Jacques Karamira - 27 septembre 2017

[caption id="attachment_5124" align="alignleft" width="431"] Préparatifs US Army-Rwanda Defense Forces[/caption] Paul Kagame, président du Rwanda, a misé sur le bon cheval en se mettant au service du pays…

Faut-il condamner la négation des génocides?
A la Une
0 partages439 vues
A la Une
0 partages439 vues

Faut-il condamner la négation des génocides?

Anne Staquet - 21 septembre 2017

Faut-il condamner la négation des génocides ? Anne Staquet Professeur de philosophie Université de Mons Le MR vient de déposer à la chambre un projet de loi…

Les plus populaires de cette catégorie