Burundi: Une enquête judiciaire sur une liste noire d’activistes des droits de l’Homme

Bujumbura, Burundi, 2011-05-10 (Afrique en Ligne)

Pana 10/05/2011

Ouverture d’une enquête judiciaire sur une „ liste noire « d’activistes des droits de l’Homme au Burundi – Le président de l’Observatoire de lutte contre la corruption, les malversations économiques (OLUCOME), Gabriel Rufyiri, a comparu lundi devant un magistrat instructeur du tribunal de grande instance de Bujumbura pour répondre de la divulgation d’une présumée „ liste noire « d’activistes des droits de l’Homme et opposants politiques qui seraient dans le collimateur du pouvoir en place au Burundi, apprend-on du prévenu. La liste comprendrait une quarantaine de membres influents de la Société civile, des journalistes et opposants politiques „ à abattre «.

Au sortir de l’audience, le président de l’OLUCOME a déclaré à la presse qu’il avait eu à répondre à trois „ simples questions « du magistrat, sans les préciser.

„Je reste disposé à collaborer mais la justice a été déjà mise sur la piste et c’est à elle maintenant de pousser encore plus loin les investigations pour en savoir plus sur le dossier «, a-t-il estimé.

Les membres du gouvernement burundais avaient éclairé l’opinion la semaine dernière sur les véritables „ ennemis publics « du moment dans le pays, en faisant surtout allusion à d’anciens chefs rebelles en exil qui œuvreraient à relancer la guerre civile dans le pays.

Le ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants, le général Pontien Gaciyubwenge, a accusé les anciens chefs rebelles, Léonard Nyangoma, du Conseil national pour la défense de la démocratie (CNDD) et Agathon Rwasa, des Forces nationales de libération (FNL) d’être à l’origine du regain d’insécurité, principalement dans Bujumbura-Rural, une province frontalière de la capitale burundaise et berceau de l’insurrection armée au Burundi.

Le chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza, a donné deux mois aux corps de défense et de sécurité pour étouffer dans l’oeuf toute velléité de relance des hostilités dans le pays au sortir de plus d’une décennie de guerre civile ayant fait au moins 300.000 morts et poussé à l’exil plus d’un million de Burundais.

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

« Kizito avait du génie, mais MIHIGO était beau »
A la Une
0 partages107 vues
A la Une
0 partages107 vues

« Kizito avait du génie, mais MIHIGO était beau »

Augustin Baziramwabo - 24 février 2020

Nous sommes nombreux dans ma génération à avoir été marqués par Kizito MIHIGO et son génie pour la chanson. Je n’ai pour autant jamais fait partie des…

After Assassination of Kizito Mihigo in Rwanda, there are worries for Fred Barafinda
A la Une
0 partages325 vues
A la Une
0 partages325 vues

After Assassination of Kizito Mihigo in Rwanda, there are worries for Fred Barafinda

Claude Gatebuke - 21 février 2020

Popular gospel musician Kizito Mihigo was murdered in Rwanda this past weekend after 4 days in the custody or Rwanda’s authorities. [video width="1280" height="720" mp4="http://www.echosdafrique.com/wp-content/uploads/2020/02/After-Assassination-of-Kizito-Mihigo-in-Rwanda-there-are-worries-for-Fred-Barafinda.mp4"][/video] Another popular…

Rwanda. Une étude de la Banque mondiale montre que 190 millions de dollars d’aide sont transférés vers des paradis fiscaux
A la Une
0 partages123 vues
A la Une
0 partages123 vues

Rwanda. Une étude de la Banque mondiale montre que 190 millions de dollars d’aide sont transférés vers des paradis fiscaux

Gaspard Musabyimana - 20 février 2020

Dans son édition du 19 février 2020, The chronicles publie un article montrant qu’une étude menée par des responsables de la Banque mondiale fait état de 190 millions de…

Les plus populaires de cette catégorie