Burundi: Une enquête judiciaire sur une liste noire d’activistes des droits de l’Homme

Bujumbura, Burundi, 2011-05-10 (Afrique en Ligne)

Pana 10/05/2011

Ouverture d’une enquête judiciaire sur une „ liste noire « d’activistes des droits de l’Homme au Burundi – Le président de l’Observatoire de lutte contre la corruption, les malversations économiques (OLUCOME), Gabriel Rufyiri, a comparu lundi devant un magistrat instructeur du tribunal de grande instance de Bujumbura pour répondre de la divulgation d’une présumée „ liste noire « d’activistes des droits de l’Homme et opposants politiques qui seraient dans le collimateur du pouvoir en place au Burundi, apprend-on du prévenu. La liste comprendrait une quarantaine de membres influents de la Société civile, des journalistes et opposants politiques „ à abattre «.

Au sortir de l’audience, le président de l’OLUCOME a déclaré à la presse qu’il avait eu à répondre à trois „ simples questions « du magistrat, sans les préciser.

„Je reste disposé à collaborer mais la justice a été déjà mise sur la piste et c’est à elle maintenant de pousser encore plus loin les investigations pour en savoir plus sur le dossier «, a-t-il estimé.

Les membres du gouvernement burundais avaient éclairé l’opinion la semaine dernière sur les véritables „ ennemis publics « du moment dans le pays, en faisant surtout allusion à d’anciens chefs rebelles en exil qui œuvreraient à relancer la guerre civile dans le pays.

Le ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants, le général Pontien Gaciyubwenge, a accusé les anciens chefs rebelles, Léonard Nyangoma, du Conseil national pour la défense de la démocratie (CNDD) et Agathon Rwasa, des Forces nationales de libération (FNL) d’être à l’origine du regain d’insécurité, principalement dans Bujumbura-Rural, une province frontalière de la capitale burundaise et berceau de l’insurrection armée au Burundi.

Le chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza, a donné deux mois aux corps de défense et de sécurité pour étouffer dans l’oeuf toute velléité de relance des hostilités dans le pays au sortir de plus d’une décennie de guerre civile ayant fait au moins 300.000 morts et poussé à l’exil plus d’un million de Burundais.

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Qui, aujourd’hui, en France, pour dire à haute voix: « notre pays n’est pas un paillasson ».
A la Une
0 partages106 vues
A la Une
0 partages106 vues

Qui, aujourd’hui, en France, pour dire à haute voix: « notre pays n’est pas un paillasson ».

Lecpinfo - 17 mai 2021

Le grand contraste qui cerne la visite de Paul Kagame à Paris:   A bras ouverts, Emmanuel Macron accueille de nouveau Paul Kagame, un des hommes les plus…

Les actes que Paul Kagame a posés et pose encore au Rwanda mais qui sont inadmissibles et impensables ailleurs
A la Une
0 partages673 vues
A la Une
0 partages673 vues

Les actes que Paul Kagame a posés et pose encore au Rwanda mais qui sont inadmissibles et impensables ailleurs

Emmanuel Neretse - 15 mai 2021

Ce billet est le premier d'une série d’articles dont nous présentons les grandes lignes dans la présente publication introductive.   Introduction   Le Général Paul Kagame, un…

La presse djiboutienne dans un désert lugubre
A la Une
0 partages134 vues
A la Une
0 partages134 vues

La presse djiboutienne dans un désert lugubre

Kadar Abdi Ibrahim - 10 mai 2021

Reporters sans frontières (RSF) a rendu public, mardi 20 avril 2021, son rapport sur l’état de la liberté de la presse dans le monde. Un classement où…

Les plus populaires de cette catégorie