Simone Gbagbo auditionnée par la justice ivoirienne

Gbagbo et Simone

Jeuneafrique.com. Comme son mari, Simone Gbagbo a été entendue sans ses avocats par le procureur d’Abidjan, dans le cadre d’une enquête préliminaire de la justice ivoirienne. Les auditions d’autres responsables de l’ancien régime doivent se poursuivre à Katiola.

Le procureur de la République d’Abidjan, Simplice Kouadio Koffi a auditionné Simone Gbagbo à Odienné, dans le nord-est de la Côte d’Ivoire, où elle est assignée à résidence. Mais rien ne permet d’affirmer que celle-ci, qui a trouvé refuge dans la prière depuis l’arrestation de son mari, le 11 avril dernier, s’est exprimée. « Elle a été entendue aujourd’hui, sans la présence de ses avocats », a simplement déclaré le procureur.

Lesdits avocats, Mes Jacques Vergès et Marcel Ceccaldi, avaient été refoulés vendredi à l’aéroport d’Abidjan, faute de visas en règle. Ils n’ont donc pas pu assister non plus à l’audition de Laurent Gbagbo samedi à Korhogo (nord), où il se trouve en résidence surveillée. Et ne se sont pas privés de dénoncer un « piège » et une « violation des droits de la défense » à leur retour à Paris vendredi soir, demandant un report de l’audition jusqu’à leur arrivée. Mais Simplice Kouadio Koffi avait indiqué que « la présence des avocats, si elle est souhaitable, n’est pas obligatoire ».

Le procureur à Katiola

L’ex-couple présidentiel a été entendu dans le cadre d’une enquête préliminaire portant sur la crise née de la contestation du scrutin présidentiel du 28 novembre 2010, au cours de laquelle 3 000 personnes ont trouvé la mort, selon les autorités. Des accusations d’exactions, de concussion et d’appels à la haine pèsent notamment contre les Gbagbo.

Le procureur devait se rendre lundi à Katiola (centre), où sont assignées en résidence plusieurs personnalités de l’ancien régime. Au total, quelque 200 personnes doivent être entendues, d’ici la fin du mois de juin, selon le ministère de la Justice. (avec AFP)

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Simone Gbagbo auditionnée par la justice ivoirienne | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

DJIBOUTI : Trente ans après, « l’attentat du Café de Paris ». La terreur et la mort utilisées comme une arme d’outil de gestion sociale… Un crime d’État.
A la Une
0 partages26 vues
A la Une
0 partages26 vues

DJIBOUTI : Trente ans après, « l’attentat du Café de Paris ». La terreur et la mort utilisées comme une arme d’outil de gestion sociale… Un crime d’État.

Mohamed Qayaad - 20 septembre 2020

Le Jeudi 27 Septembre 1990, à 22h45, un attentat a été commis par quatre hommes arrivés à bord d’un taxi contre deux cafés de la place du…

Padre Nahimana, ou l’éloge de la médiocrité de nos élites
A la Une
0 partages3021 vues
A la Une
0 partages3021 vues

Padre Nahimana, ou l’éloge de la médiocrité de nos élites

Sylvestre Nsengiyumva - 17 septembre 2020

Un billet d'humeur de Sylvestre Nsengiyumva La rumeur saugrenue de la mort de Paul Kagame a pris naissance dans la cervelle en délire d'un prêtre rwandais "défroqué"…

Les sept raisons du fiasco du mini-sommet avorté de Goma
A la Une
0 partages696 vues
A la Une
0 partages696 vues

Les sept raisons du fiasco du mini-sommet avorté de Goma

Jean-Jacques Wondo - 14 septembre 2020

Annoncé en grande pompe par la Présidence congolaise, ses organes de presse et de communication, ainsi que les médias congolais, le mini-sommet des chefs d’Etat de la…

Les plus populaires de cette catégorie