Le « modèle rwandais » est un leurre

une femme dans un abri de fortune
une femme dans un abri de fortune

Sa maison détruite, cette mère de famille est devant son abri de fortune / photo igitondo.com

Le journaliste François Soudan de l’hebdomadaire « Jeune Afrique » a fait une interview au président du Rwanda Paul Kagame, mise en ligne le 11 mai 2011. Le journaliste y présente le Rwanda comme « une autre Afrique », « une Afrique où il n’y a ni toits de chaume, ni sachets en plastique, ni mendiants, ni sandales aux pieds » ; un modèle et ajoute qu’« on comprend mieux pourquoi, du Gabon, du Togo, du Bénin, du Burundi, du Burkina ou d’ailleurs, les délégations d’officiels venus étudier le « modèle » rwandais se succèdent à Kigali ». Il y loue les performances de l’économie de ce pays : « Un taux de croissance de 8 %, une autosuffisance alimentaire désormais assurée » ; …

Quiconque suit ce qui se passe au Rwanda ne peut qu’être interloqué par cette présentation. Dans quel domaine le Rwanda peut-il servir de modèle aux autres pays africains jusqu’à ce qu’ils se bousculent à sa porte ?

Sur le plan humain, les autorités rwandaises ont en aversion leur propre population. Ils la malmènent à longueur de journée. A-t-on vu un autre pays africain qui a planifié la stérilisation des hommes, à grande échelle, soi-disant pour juguler la croissance de la population ?

A-t-on jamais vu un pays africain qui interdit à ses habitants de se déplacer librement parce qu’ils ne portent pas de chaussures. Dans bon nombre de pays africains, la population paysanne marche pieds nus. Une éducation populaire devrait à la longue faire prendre conscience du bienfait du port de chaussures. Mais l’imposer est un non-sens. Au Rwanda les va-nu-pieds ne peuvent aller ni au marché, ni dans les bureaux communaux pour des papiers, ni dans les hôpitaux pour des soins de santé,…

Les pays africains veulent-ils aller copier le modus operandi d’une dictature implacable qui pèse sur la population rwandaise. Ce pays est géré comme une propriété privée du président Kagame et d’une clique militaro-civile qui lui voue une soumission aveugle. Ce groupe se lève et bannit le français dans les écoles. L’exécution est immédiate. Il décrète, après des pourparlers douteux avec des géants de l’industrie pharmaceutique, que des centaines d’adolescentes rwandaises doivent subir un vaccin contre le cancer du col utérin. L’avis de ces « victimes » ne compte pas et les jeunes filles sont assaillies dans la cour de récréation, mises en ligne et injectées sur le champ, sans autre explication. Des observateurs pensent que ces pauvres vont servir de cobayes pour des études cliniques du vaccin.

Le Rwanda, une Afrique « sans toits de chaume ».  Cette politique s’est traduite par la destruction des maisons couvertes de paille. Des bataillons militaires ont été déployés sur tout le territoire national avec la mission de raser toutes les maisons couvertes de paille. Plus de 100.000 habitations ont été mises à terre.

Les dégâts sont considérables. Actuellement la population sinistrée dort à la belle étoile. Les images mises en ligne par igitondo.com, un site web des étudiants de l’Université nationale du Rwanda, font frémir : une femme avec son enfant, sous un arbre qui lui sert de refuge avec des plastics ramassés dans les décharges pour couvrir son abri de fortune,…. Est-ce cela un modèle que d’autres pays africains peuvent envier ?

Le Rwanda est le seul pays africain où, en temps de paix, un président a poussé à l’exil plus de 100 de ses ministres et cadres militaires dont les dernières défections concernent son chef d’Etat-major de l’armée, son chef de services de renseignements extérieurs et son Conseiller spécial. Avant eux, c’étaient ses deux anciens premiers ministres et le président du Parlement. Sans parler des ambassadeurs (Pays-Bas, France, USA) en poste qui ont demandé asile dans les pays dans lesquels ils étaient accrédités car le régime leur demandait de se livrer aux activités incompatibles avec leur qualité de diplomate. Selon The Independent, le MI5, le service de renseignements britannique a averti l’ambassadeur du Rwanda en Grande Bretagne que Londres pourrait retirer son aide au développement au Rwanda si la campagne de harcèlement visant la diaspora rwandaise au Royaume-Uni n’était pas stoppée.

Sur le même registre, début mars 2011, le président Paul Kagame a giflé un ambassadeur, séance tenante, lors d’une réunion publique, lui reprochant de ne pas sévir contre les opposants au régime installés en Afrique du Sud pays dans lequel il était accrédité. Il a été tout de suite suspendu de ses fonctions. Est-ce un modèle à envier ? Le président a demandé au ministre des Affaires étrangères de démettre le diplomate, ce qui fut fait tout de suite avant la fin de la réunion.

A-t-on jamais vu un président qui vocifère des insultes, à chaque discours, à ses opposants politiques et aux acteurs de la communauté internationale qui osent lui faire remarquer ses dérives ? Les opposants politiques, les journalistes très critiques envers régime,… sont dans les geôles et la justice, inféodée à lui, leur inflige de lourdes peines  pour le seul fait d’avoir exercé leurs droits politiques et d’opinion.

Par ailleurs, le président rwandais Paul Kagame reste le seul président africain à être sous le coup de la justice internationale : la justice française lui reproche d’avoir descendu l’avion de son prédécesseur Juvénal Habyarimana dans lequel a péri l’équipage français, tandis que la justice espagnole lui endosse l’assassinat de ses ressortissants qui étaient au service des ONG aux Rwanda. Cela est d’ailleurs tellement grave que le président Kagame, en Espagne pour une réunion des Objectifs du Millénium qu’il préside avec le premier ministre Zapatero, celui-ci n’a pas voulu lui serrer la main, une main de Kagame tâchée de sang des Espagnols.

Le Rwanda a une croissance de 8% ! D’où peut-elle surgir ? Le Rwanda n’a ni ressources minières, ni industrie de transformation. Les exportations du thé et du café sont faites à une petite échelle. Des mesures prises sont toujours motivées par l’appât du gain de la clique au pouvoir.

La croissance économique du Rwanda est un mirage. Elle est, depuis 1996, renflouée par le butin de guerre ramené de la République Démocratique du Congo par un pillage systématique des ressources naturelles de ce pays..

Le rapport du PNUD de 2007 faisait remarquer que 62% de la population rurale vivait dans la misère la plus abjecte alors que cette proportion n’était que de 50,3% en 1990. Le rapport place en outre le Rwanda parmi 15% les pays les plus inégalitaires au monde. Cette situation s’est aggravée depuis la crise économique qui a frappé tous les pays du monde. La montée des prix, dont ceux des produits vivriers et pétroliers est presque exponentielle au Rwanda. Cette économie dopée par les effets du vol et du pillage est-elle enviable ?

La propreté de la capitale du Rwanda est vantée par bon nombre de médias. Peut-il en être autrement puisque l’accès à la capitale est réglementé et tend à être réservé aux nantis avec des chaussures rutilantes. Des camps de concentration ont été érigés à l’Ile Iwawa du Lac Kivu où sont entassés tous les « sales gamins » de la capitale. Les quartiers pauvres de Kigali ont été rasés au bulldozers en provoquant des sans-abris suite aux expropriations sauvages qui n’ont pas permis aux expropriés de se recaser dans des coins reculés moins chers. La capitale est propre mais à quel prix ?

Non, les Africains ne devraient pas tomber sous le coup de la propagande. Le Rwanda ne peut servir de modèle ni démocratique, ni économique, ni social. C’est une dictature qui a sa population en aversion et qui fait tout pour l’abrutir.

Gaspard Musabyimana
EdA Press

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Vers l’effondrement de la RDC ?
A la Une
0 partages456 vues
A la Une
0 partages456 vues

Vers l’effondrement de la RDC ?

Echos d'Afrique - 7 juin 2017

L'article ci-après a été rédigé par Andrew Korybko, un  commentateur politique américain et publié sur le site Katehon.com. Sa traduction en français a été publiée sur lesakerfrancophone.fr. L'idée générale est que…

Kigali/Rwanda : des enfants de la rue brûlés vifs dans des égouts de la capitale
A la Une
0 partages20062 vues2
A la Une
0 partages20062 vues2

Kigali/Rwanda : des enfants de la rue brûlés vifs dans des égouts de la capitale

Emmanuel Neretse - 3 mai 2017

Rwanda. Horreur à Kigali, cynisme à Bruxelles [caption id="attachment_4875" align="alignleft" width="250"] Des restes effets personnels des enfants brûlés vifs[/caption] En date du 28 avril 2017, les services…

Niger : l’opposant Hama Amadou condamné à un an de prison ferme
A la Une
0 partages288 vues
A la Une
0 partages288 vues

Niger : l’opposant Hama Amadou condamné à un an de prison ferme

Echos d'Afrique - 24 avril 2017

Ancien candidat à la présidentielle du Niger, Hama Amadou a été condamné lundi 13 mars 2017 à un an de prison ferme pour une affaire de trafic d’enfants.…

Les plus populaires de cette catégorie