Une mère veut donner son utérus à sa fille de 25 ans

Une mere veut donner son uterus a sa fille de 25 ansL’amour maternel est sans limite. Pour permettre à sa fille de 25 ans, née sans utérus, d’enfanter, Eva Ottoson, 56 ans, envisage de lui faire don de son propre utérus. Loin d’être une lubie surréaliste, ce type de transplantation est tout à fait d’actualité. L’équipe du docteur Mats Bränström, à l’hôpital universitaire Sahlgrenska de Göteborg en Suède, travaille sur le sujet depuis dix ans. « Nous sommes parvenus à un point (dans nos recherches) où nous commençons à prévoir une transplantation humaine et nous étudions dix couples, dont la plupart sont des mères avec leur fille », explique Mats Bränström. Une situation idéale si l’on en croit le médecin : le don d’organe d’une mère à sa fille n’aurait en effet « que des avantages car elles ont des tissus plus similaires et il y a donc moins de risques de rejet ».

Une greffe l’année prochaine ?

Pourtant, impossible de ne pas trouver cette situation étrange. Pour la première fois, une femme porterait son enfant dans l’utérus dans lequel elle s’est elle-même développée. Eva Ottoson, elle, n’est pas choquée. « C’est juste un organe, comme un rein ou autre chose. Elle en a besoin, j’en ai un. Et moi je n’en ai plus besoin », explique-t-elle à la BBC. Eva, qui vit en Angleterre, et sa fille Sara, vivant actuellement en Suède, espèrent être sélectionnées par l’équipe médicale pour une première greffe qui devrait avoir lieu « dans la première moitié de l’année prochaine », selon Mats Bränström.

Fécondation in vitro

Une fois la transplantation réalisée, la patiente suivra bien entendu un traitement pour éviter le rejet de l’utérus. Les médecins prévoient ensuite de procéder à une fécondation in vitro. Si la grossesse arrive à terme, l’accouchement se fera alors par césarienne. Au bout de deux ou trois ans, il faudra alors procéder au retrait de l’utérus, pour éviter les complications. Jusqu’à présent, la greffe d’utérus n’a été tentée qu’une seule fois en 2002, en Arabie Saoudite. Elle impliquait deux femmes sans aucun lien de parenté et s’était soldée par un échec. Après 14 semaines, les chirurgiens avaient en effet été obligés de retirer l’organe transplanté en raison de caillots de sang.

A.S.Le 16/06/2011
Elle

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Rwanda. Accueil des migrants : hospitalité ou trafic d’êtres humains ?
A la Une
0 partages322 vues
A la Une
0 partages322 vues

Rwanda. Accueil des migrants : hospitalité ou trafic d’êtres humains ?

Emmanuel Neretse - 11 août 2019

Ces derniers jours, la presse de Kigali a révélé timidement que le Rwanda aurait conclu un accord avec la Libye sous les auspices du HCR et de…

Héritage africain « négligé » en matière de gestion des conflits
A la Une
0 partages62 vues
A la Une
0 partages62 vues

Héritage africain « négligé » en matière de gestion des conflits

Gaspard Musabyimana - 10 août 2019

Il est souvent déconcertant de lire certains écrits des premiers missionnaires, anthropologues et autres sur l’organisation sociale et le maintien de l’équilibre social dans les sociétés africaines…

Rwanda. L’ouverture intempestive de nouvelles ambassades cache mal la multiplication des postes de commandement des escadrons de la mort du FPR
A la Une
0 partages248 vues
A la Une
0 partages248 vues

Rwanda. L’ouverture intempestive de nouvelles ambassades cache mal la multiplication des postes de commandement des escadrons de la mort du FPR

Emmanuel Neretse - 31 juillet 2019

Le 15 juillet 2019, la presse officielle du Rwanda a rendu public un décret présidentiel dans lequel Paul Kagame affectait QUINZE ambassadeurs pour représenter le Rwanda dans…

Les plus populaires de cette catégorie