L’armée française accusée de viols collectifs au Rwanda : François Fillon outré

Armée française/défilé du 14 juillet 2010-photo fickr

Après les déclarations de la crypto-cosmopolito-gauchiste candidate écologiste à l’élection présidentielle Eva Joly et les attaques des talibans, l’armée française est une nouvelle fois dans la ligne de mire de l’anti-France. En effet, des femmes tutsies accusent aujourd’hui des militaires français de la force Turquoise déployée en 1994 au Rwanda pour observer le génocide alors en marche de les avoir violées dans des camps de réfugiés. Des accusations prises aux sérieux puisque trois des supposées victimes ont été reçues par un juge d’instruction du Tribunal aux armées de Paris.

Cette affaire gênante laisse le gouvernement dubitatif et l’on s’étonne bien sûr à l’Élysée que, malgré les réformes engagées depuis 2007, il existe encore en France des juges laxistes aptes à lancer en toute indépendance des instructions : « Pour qui allons-nous passer, si le premier juge venu commence à enquêter sans en avoir reçu l’ordre ? Ce n’est pas pour cela que le présidentissime Sarkozy a été élu. Son bilan en la matière le prouve et il ne faudrait pas que de tels cas isolés viennent remettre en cause le travail effectué depuis quatre ans », s’indigne en aparté, auprès de la presse désinformée, le cardinal Guaino. Michel Mercier, ministre de la justice aux ordres, devrait s’expliquer de ces carences lors du prochain conseil de classe des ministres.

De son côté, François Fillon qui, d’après certaines sources désinformées, occuperait un poste au gouvernement s’est déclaré « outré » des paroles d’une des supposées victimes, Odile N’Dubonchoix (« Ils venaient tous ensemble, une dizaine, tous les jours, pour nous violer. C’était un véritable défilé militaire ») dont il pense que « elle n’a pas une culture très ancienne des valeurs françaises ».

Espérons que cette lamentable histoire prendra vite fin et que la justice française retrouvera rapidement la raison. Tout comme la communauté internationale qui n’a jamais eu l’outrecuidance de remettre en cause le travail efficace de la Force Turquoise au Rwanda par ailleurs plébiscité par l’ensemble de la communauté hutue.

Source : desinformations.com

A lire aussi

Rwanda : l’armée française accusée de viols collectifs (Nouvel Observateur)

 

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

« Rwanda, la vérité sur l’Opération Turquoise » : un livre qui pose de bonnes questions sur la tragédie rwandaise
A la Une
0 partages79 vues
A la Une
0 partages79 vues

« Rwanda, la vérité sur l’Opération Turquoise » : un livre qui pose de bonnes questions sur la tragédie rwandaise

Charles Onana - 21 novembre 2019

Ce texte est tiré de la conclusion du livre de Charles Onana, Rwanda, la vérité sur l’Opération Turquoise, Paris, Editions l’Artilleur 2019, pp. 621-626. Le titre de…

Analyse de la thèse de doctorat de Jean Damascène Bizimana, secrétaire exécutif du CNLG
A la Une
0 partages110 vues
A la Une
0 partages110 vues

Analyse de la thèse de doctorat de Jean Damascène Bizimana, secrétaire exécutif du CNLG

Laurien Uwizeyimana - 16 novembre 2019

Monsieur BIZIMANA Jean Damascène est connu pour ses propos extrémistes, outranciers, voire racistes, sur la société rwandaise. Pourrait-on dès lors lire les prémisses de tels débordements dans…

Vient de paraître : « Face aux coups de l’adversité. Une autobiographie », un livre du prof. Dr Stanislas Bucyalimwe Mararo
A la Une
0 partages73 vues
A la Une
0 partages73 vues

Vient de paraître : « Face aux coups de l’adversité. Une autobiographie », un livre du prof. Dr Stanislas Bucyalimwe Mararo

Echos d'Afrique - 15 novembre 2019

Stanislas Bucyalimwe Mararo alias Mbarimo Mbazi (Bilingos pour les intimes) : l’homme, un destin. De Kibabi à Anvers, en passant par Rugari, Buhimba, Murhesa, Kinshasa, Lubumbashi, Bukavu, Buffalo, Bloomington, Bukavu, New…

Les plus populaires de cette catégorie