Le Rwanda veut empêcher le rapatriement de son citoyen !

Richard Uwimana/photo igihe.com

Selon le site bien connu et très consulté du FPR publié en Kinyarwanda IGIHE.com, les lobbies pro-Kagame au Canada et d’autres groupes encadrés et financés par l’Ambassade du Rwanda dans ce paye sont mobilisés pour faire annuler la décision prise par les autorités canadiennes de rapatrier un rwandais dont la demande d’asile politique a été refusée.

Nous apprenons en effet qu’un certain Richard Uwimana est arrivé au Canada en 2008. Il avait alors profité d’une mission officielle pour ne pas retourner au Rwanda et avait demandé l’asile au Canada. Pour justifier sa demande, il a déclaré qu’il craignait pour sa sécurité car il avait témoigné contre les « génocidaires » qui ont massacré sa famille en 1994 et que donc il craignait que s’il retournait ces « génocidaires » le tueraient. Les autorité canadiennes n’ont pas gobé ces balivernes estimant avec raisons que le pouvoir actuel de Kigali avait les moyens d’assurer la sécurité d’un rescapé comme Richard Uwimana, et que d’ailleurs cette sécurité a toujours été assurée à la satisfaction de l’intéressé tant qu’il n’était pas sorti du pays. Un groupuscule d’agents du régime Kagame installés à Toronto et se définissant comme « Communauté Rwandaise du Canada », celui-là même qui, il y a quelques semaines avait alerté l’opinion et relayé par un journal local « Toronto Sun » en affirmant sans sourciller avoir localisé l’ancien ministre Gaspard Ruhumuliza au Canada. Il se révèlera plus tard que Ruhumuliza n’avait jamais mis les pieds au Canada et qu’il vit le plus visiblement du monde en Suisse. C’est à travers ce même média que ce groupuscule entend faire passer des pressions dictées par Kigali pour que Richard Uwimana ne soit pas rapatrié alors que le même groupuscule s’active à accuser faussement les vrais réfugiés qui ont fui le régime dictatorial de Paul Kagame pour qu’ils lui soient livrés mains liées.

On comprend maintenant le cynisme et la duplicité du régime du général Kagame qui réclame des opposants qui l’ont fui pour les immoler et en même temps s’oppose au rapatriement de ses agents découverts ou des faux réfugiés qu’il envoie en masse en Occident. Paradoxalement ce sont ces pays occidentaux avec leur presse corrompue (Toronto Sun) qui mènent campagne en faveur de cette dictature sanguinaire.

Jane Mugeni
Echos d’Afrique

 

Vous pourriez être intéressé(e)

DJIBOUTI : Trente ans après, « l’attentat du Café de Paris ». La terreur et la mort utilisées comme une arme d’outil de gestion sociale… Un crime d’État.
A la Une
0 partages897 vues
A la Une
0 partages897 vues

DJIBOUTI : Trente ans après, « l’attentat du Café de Paris ». La terreur et la mort utilisées comme une arme d’outil de gestion sociale… Un crime d’État.

Mohamed Qayaad - 20 septembre 2020

Le Jeudi 27 Septembre 1990, à 22h45, un attentat a été commis par quatre hommes arrivés à bord d’un taxi contre deux cafés de la place du…

Padre Nahimana, ou l’éloge de la médiocrité de nos élites
A la Une
0 partages3353 vues
A la Une
0 partages3353 vues

Padre Nahimana, ou l’éloge de la médiocrité de nos élites

Sylvestre Nsengiyumva - 17 septembre 2020

Un billet d'humeur de Sylvestre Nsengiyumva La rumeur saugrenue de la mort de Paul Kagame a pris naissance dans la cervelle en délire d'un prêtre rwandais "défroqué"…

Les sept raisons du fiasco du mini-sommet avorté de Goma
A la Une
0 partages766 vues
A la Une
0 partages766 vues

Les sept raisons du fiasco du mini-sommet avorté de Goma

Jean-Jacques Wondo - 14 septembre 2020

Annoncé en grande pompe par la Présidence congolaise, ses organes de presse et de communication, ainsi que les médias congolais, le mini-sommet des chefs d’Etat de la…

Les plus populaires de cette catégorie