Actualités des Grands-Lacs – Semaine du 20 au 26 août 2011

Mbusa Nyamwinshi (RDC), Emmanuel Ndahiro et Paul Kagame

En RDC, la CENI, dont le travail a été salué par l’ambassadeur des Etats-Unis à Kinshasa, a publié le calendrier définitif des élections présidentielles et législatives. L’appel à candidatures lancé par la CENI a laissé apparaître que ce sont surtout des candidats indépendants, et non de membres de partis, qui sont venus retirer les formulaires ad hoc au Katanga et à Kinshasa : au vu du peu d’engouement pour le dépôt des candidatures, le Sénat a demandé à l’unanimité à la CENI le report au 15 septembre de ce dépôt qui doit normalement se terminer le 5 septembre. Cette semaine, le PPRD a investi le président Kabila comme son candidat unique, tandis que le fils de l’ancien président Mobutu a été intronisé par son parti et que le président du Sénat a été désigné par son parti, l’UFC, comme candidat à la présidence tout en appelant au dépôt d’une candidature unique de l’opposition. Du côté de cette opposition, 24 petits partis ont proposé la candidature d’Etienne Tshisekedi comme candidat unique à la présidence, au grand dam des autres partis d’opposition (UFC, UNC, MLC) qui ont réaffirmé la poursuite de leur concertation et la nécessité d’un programme commun qui permette de dégager la personne qui représente mieux l’opposition.

Parmi les autres nouvelles politiques, on signalera l’investiture par le président de la République des 15 membres du Conseil supérieur de l’audio-visuel et de la communication qui remplacera la Haute autorité des médias (HAM).

Dans le domaine de la sécurité, les bandes armées demeurent toujours très actives surtout au Sud Kivu où le commandant de l’opération Amani Leo a annoncé le redéploiement de troupes nouvellement formées : attaque d’hommes armés non identifiés à Uvira, affrontements entre des éléments FARDC contre un chef de groupement, accusé d’appartenance au Maï-Maï Yakutumba, en territoire de Fizi, occupation d’une chefferie du territoire de Shabunda par des FDLR qui pillent, tuent et violent, rébellion des FARDC à Baraka, mécontents de la mort d’un de leur officier tué par des Maï-Maï Yakutumba, violents affrontements entre FARDC et divers groupes armés (FDLR, FNL, Maï-Maï, déserteurs) en territoire d’Uvira, conflits armés entre deux familles qui se disputent un carré minier dans le territoire de Walungu.

Au Nord Kivu, l’arrestation à Goma d’un chauffeur de la MONUSCO qui transportait plus d’une tonne de cassitérite à destination du Rwanda a fait grand bruit : ce chauffeur et le commerçant qui était de mèche avec lui ont écopé de trois ans de prison. Par ailleurs, l’ancien chef Maï-Maï Zabuloni, qui bloque l’axe routier Goma – Masisi, refuse sa nomination comme commandant de police à Goma. Enfin, la Voix des sans voix dénonce la justice populaire qui sévit à Butembo. On trouvera aussi dans cette livraison une analyse critique de la législation américaine sur les minerais de conflit au Kivu.

Au Nord Katanga, les FARDC ont repris à une coalition de groupes armés (FDLR, FNL, Maï-Maï) un bastion de cette coalition.

En Province Orientale, le Haut Uélé n’en finit pas de recevoir des déplacés suite aux attaques de la LRA : le commandant américain d’Africom promet à ce sujet une assistance militaire aux FARDC pour aider à la traque du mouvement rebelle. Au Kasaï Oriental, vols à main armée et viols se multiplient à Mbuji-Mayi. Enfin, à Kinshasa, les personnes enlevées la semaine dernière par des hommes armés ont été libérées après avoir été interrogées par l’ANR et après avoir été dépouillées de leurs biens.

Dans le domaine de la justice et des droits humains, le procès du chef de milice Lubanga, coupable « au-delà de toute doute » selon le procureur, touche à sa fin à La Haye, tandis que la CPI poursuit ses auditions dans l’affaire Bemba, ce dernier n’ayant toujours pas reçu l’autorisation de se rendre à Kinshasa pour s’inscrire comme candidat à l’élection présidentielle. On signalera aussi qu’un tribunal pour enfants, créé il y a trois mois à Goma, a surtout reçu des dossiers pour violences sexuelles. Enfin, une « marche de colère » a été organisée par des journalistes pour protester contre les violences physiques et verbales contre les journalistes.

Dans le domaine économique, le gouvernement a démis le conseil d’administration de la SNEL suite aux coupures d’électricité récurrentes qui seraient cependant liées selon les techniciens au bas niveau d’eau à Inga. Par ailleurs, le Premier ministre a annoncé que le petit commerce sera exclusivement réservé aux Congolais, sauf dans l’hôtellerie, les supermarchés, le transport aérien et les pièces de rechange.

Au Burundi, un bras de fer a lieu entre le pouvoir et les compagnies pétrolières qui n’importent plus d’essence depuis environ un mois.

Au Rwanda, deux défenseurs congolais des droits de l’homme, en route pour Bujumbura où ils devaient assister à une réunion de la Ligue des droits de l’homme des Grands Lacs, ont été arrêtés à Kigali, puis relâchés. Par ailleurs, les deux principaux partis d’opposition, interdits au Rwanda, ont appelé à une manifestation à Paris contre la prochaine visite du président Kagame.

Kris Berwouts
EurAC

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Rwanda : quand un président se vante publiquement d’avoir été mercenaire!
A la Une
0 partages5630 vues
A la Une
0 partages5630 vues

Rwanda : quand un président se vante publiquement d’avoir été mercenaire!

Jean-Charles Murego - 3 novembre 2017

[caption id="attachment_5137" align="alignleft" width="658"] P. Kagame prononçant un discours à Unity Club le 27/10/2017 à Kigali (photo Youtube)[/caption]           Le général Paul Kagame…

Avec des services de sécurité américanisés, Paul Kagame bafoue les droits de l’homme à sa guise
A la Une
0 partages661 vues
A la Une
0 partages661 vues

Avec des services de sécurité américanisés, Paul Kagame bafoue les droits de l’homme à sa guise

Jean-Jacques Karamira - 27 septembre 2017

[caption id="attachment_5124" align="alignleft" width="431"] Préparatifs US Army-Rwanda Defense Forces[/caption] Paul Kagame, président du Rwanda, a misé sur le bon cheval en se mettant au service du pays…

Faut-il condamner la négation des génocides?
A la Une
0 partages517 vues
A la Une
0 partages517 vues

Faut-il condamner la négation des génocides?

Anne Staquet - 21 septembre 2017

Faut-il condamner la négation des génocides ? Anne Staquet Professeur de philosophie Université de Mons Le MR vient de déposer à la chambre un projet de loi…

Les plus populaires de cette catégorie