Manifestation contre la visite de Paul Kagame en France

Manifestants à Paris le 12-9-2011

La journée du 12 septembre 2011 fera certainement date dans l’histoire politique du Rwanda. En effet depuis la prise du pouvoir par les armes de Paul Kagame au Rwanda, c’est la première fois qu’une manifestation rassemble un si grand nombre d’opposants à sa dictature. Plus de 1200 manifestants s’étaient donnés rendez-vous au centre de Paris pour dénoncer la visite de celui qu’ils appellent «  l’un des grands criminels de l’histoire » dans la pays des Droits de l’Homme.

Comme prévu, la manifestation a commencé à 14 heures. La colonne de cars venus de Bruxelles avait pu entrer dans Paris sans encombre malgré les embouteillages proverbiaux des rues de la Capitale française et de sa périphérique grâce à la diligence des agents de la circulation qui leur ouvraient l’itinéraire.

Le point de ralliement fut la place du Métro Sèvre Babylone où plus d’un millier de Rwandais furent rejoints par deux centaines de congolais. Quelques temps auparavant, un groupes d’activistes des Droits de l’Homme espagnols qui avaient commencé à manifester contre la visite de Paul Kagame en France dès le matin avait lui aussi rejoint la foule de Rwandais. De là, le cortège emprunta le boulevard Raspail, puis tournant dans la rue du Bac et pris la rue de l’Université vers l’Assemblée Nationale.

La foule brandissait des banderoles et des pancartes sur lesquelles on pouvait lire l’essentiel de ce qu’elle dénonce chez Paul Kagame : des innombrables crimes commis au Rwanda comme en RDC, violation massive des droits de l’homme, emprisonnement des personnalités politiques de l’opposition…Tout cela était ponctué par des chants et des danses rythmés aux sons de sifflets, tam-tams et autres vuvuzéla.

C’est sur la Place du président Edouard Herriot en face de l’Assemblée Nationale que le cortège stoppa. Nous avons pu alors noter la présence de presque tous les ténors des partis d’opposition en exil. En effet, quoique la manifestation fût organisée par la Société civile, ces partis avaient eux aussi appelé à manifester.

Les forces de l’ordre françaises déployées de façon très visible ont alors assisté visiblement agréablement surprises à une chaude animation folklorique de près de deux heures dans une atmosphère bon enfant.

Une délégation de cinq personnes fut autorisée à entrer au Parlement français où elle a remis un mémorandum préparé pour la circonstance.

La foule s’est dispersée vers 16 heures 30 sans aucun incident.

Emmanuel Neretse
Echos d’Afrique

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

DJIBOUTI : Trente ans après, « l’attentat du Café de Paris ». La terreur et la mort utilisées comme une arme d’outil de gestion sociale… Un crime d’État.
A la Une
0 partages650 vues
A la Une
0 partages650 vues

DJIBOUTI : Trente ans après, « l’attentat du Café de Paris ». La terreur et la mort utilisées comme une arme d’outil de gestion sociale… Un crime d’État.

Mohamed Qayaad - 20 septembre 2020

Le Jeudi 27 Septembre 1990, à 22h45, un attentat a été commis par quatre hommes arrivés à bord d’un taxi contre deux cafés de la place du…

Padre Nahimana, ou l’éloge de la médiocrité de nos élites
A la Une
0 partages3245 vues
A la Une
0 partages3245 vues

Padre Nahimana, ou l’éloge de la médiocrité de nos élites

Sylvestre Nsengiyumva - 17 septembre 2020

Un billet d'humeur de Sylvestre Nsengiyumva La rumeur saugrenue de la mort de Paul Kagame a pris naissance dans la cervelle en délire d'un prêtre rwandais "défroqué"…

Les sept raisons du fiasco du mini-sommet avorté de Goma
A la Une
0 partages737 vues
A la Une
0 partages737 vues

Les sept raisons du fiasco du mini-sommet avorté de Goma

Jean-Jacques Wondo - 14 septembre 2020

Annoncé en grande pompe par la Présidence congolaise, ses organes de presse et de communication, ainsi que les médias congolais, le mini-sommet des chefs d’Etat de la…

Les plus populaires de cette catégorie