Actualités des Grands lacs – Semaine du 10 au 16 septembre 2011

Mbusa Nyamwinshi, Paul Kagame et Emmanuel Ndahiro au milieu

En RDC, les nouvelles de la semaine concernent au premier titre l’enregistrement des candidats aux élections présidentielles et législatives qui s’est poursuivi au delà de l’échéance prévue du 11 janvier et qui a donné lieu à des fortunes diverses au Katanga, à Kindu, à Kisangani et à Mbuji-Mayi : selon le vice-président de la CENI, seulement 2.000 candidats à la députation se ont inscrits pour beaucoup en dernière minute (contre 10.000 en 2006), alors que son président évoque quant à lui le bon déroulement des opérations.

On notera aussi qu’une ONG qui suit le processus électoral a demandé à la CENI, qui vient de réceptionner un premier lot de matériel électoral en provenance de plusieurs pays, d’exclure de la députation les candidats qui n’auraient pas démissionné de leurs fonctions, au gouvernement, dans les forces de l’ordre, dans la magistrature, etc.

Du côté des candidats à la présidence, onze personnalités au total (contre 33 en 2006), dont plusieurs indépendants et un député du MLC, un riche homme d’affaires et ancien candidat au gouvernorat de Kinshasa, qui a été immédiatement exclu de son parti, ont été validées par la CENI et certains, dont l’ancien ministre de la décentralisation, Mbusa Nyamwisi, qui est passé à l’opposition, ont tenu des conférences de presse pour présenter leur programme.

Quant au président Kabila, que des câbles Wikileaks révèlent comme un personnalité indécise et sous influence de son principal conseiller, il s’est inscrit en grande pompe comme candidat indépendant et a présenté positivement son bilan : il a également procédé à un léger remaniement du gouvernement dans lequel les observateurs notent l’entrée de l’ancien patron de l’ANR et la disparition du poste de ministre de la décentralisation.

Parmi les autres nouvelles politiques, on signalera que les corps des militants de l’UDPS morts la semaine dernière au cours de la manifestation à Kinshasa auraient été retirés de la morgue par des hommes  en uniforme.

Dans le domaine de la sécurité, les FDLR ont pris en otage une cinquantaine de personnes en territoire de Shabunda au Sud Kivu où l’on observe la naissance de nouveaux groupes armés dirigés par des déserteurs de la police et/ou de l’armée, particulièrement dans le territoire d’Uvira.

À Bukavu, des rumeurs ont circulé sur un soulèvement des FARDC : le commandant de l’opération Amani Leo a demandé à la population de conserver son calme.

Au Nord Kivu, la société civile évoque une fois encore l’insécurité liée à des attaques de FDLR et de Maï-Maï et à des coupeurs de route sur l’axe Butembo-Kanyabayonga. Elle dénonce aussi la présence de l’ancien chef Maï-Maï Zabuloni qui est à la tête d’une police parallèle à quelques km. de Masisi.

De son côté, OCHA annonce la suspension des opérations humanitaires sur certains axes des territoires de Lubero et de Walikale.

Toujours pour ce qui regarde le Kivu, on signalera la visite à Bukavu du commandant en chef de la MONUSCO dans le cadre de la préparation d’un plan pour la protection des civils en période électorale.

Enfin, à Lubumbashi, il apparaît que les tirs entendu la semaine dernière dans un camp militaire de Lubumbashi seraient liés à la spectaculaire évasion des 900 détenus de la prison de la Kasapa dans le contexte de la libération du chef Maï-Maï « Gédéon » dont la tête est mise à prix.

Dans le domaine de la justice, trois militaires sont poursuivis pour le meurtre de civils en territoire de Dungu. Par ailleurs, les magistrats de Kinshasa ont entamé un mouvement de grève : ils se plaignent de promesses non tenues en matière salariale et contestent de ce point de vue la discours-bilan du président de la République. Enfin, le secrétaire général exécutif des FDLR a comparu à la CPI pour la première audience de confirmation des charges de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité pesant à son encontre.

Dans le domaine économique, l’ONG européenne EURAC dénonce le bradage des concessions minières en faveur d’acteurs privés avec lesquels sont passées des transactions opaques et à des prix très inférieurs au prix du marché.

Au Burundi, le conseil des Sages (Bashingantahe) a plaidé pour un processus de réconciliation et contre la poursuite des tueries dans le pays.

En Ouganda, la justice a reconnu coupables les deux auteurs présumés dans l’attentat des islamistes Shebab de Somalie de l’an dernier, mais abandonné les poursuites contre cinq suspects : les deux auteurs de l’attentat, qui ont reconnu leurs responsabilités, ont été condamnés respectivement à des peines de 25 et 56 ans de prison.

En ce qui concerne le Rwanda, la visite du président Kagame en France fait couler beaucoup d’encre. Un certain nombre de personnalités refusent de le recevoir, tandis que des ONG internationales regrettent que l’on développe un tapis rouge devant un dirigeant dont le régime est marqué par de nombreuses atteintes aux droits humains.

Dans le domaine de la justice, le procès contre l’opposante Victoire Ingabire se poursuit : l’intéressée est accusée d’avoir levé une armée en RDC, ce que dément le porte-parole du gouvernement.

Enfin, lors de son passage à Paris, la ministre des Affaires Etrangères a évoqué la question d’une possible extradition (sauf en RDC où la peine de mort est toujours en vigueur en théorie) du chef rebelle Laurent Nkunda actuellement en liberté surveillée au Rwanda.

Kris Berwouts
EurAC

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Kigali/Rwanda : des enfants de la rue brûlés vifs dans des égouts de la capitale
A la Une
0 partages19403 vues2
A la Une
0 partages19403 vues2

Kigali/Rwanda : des enfants de la rue brûlés vifs dans des égouts de la capitale

Emmanuel Neretse - 3 mai 2017

Rwanda. Horreur à Kigali, cynisme à Bruxelles [caption id="attachment_4875" align="alignleft" width="250"] Des restes effets personnels des enfants brûlés vifs[/caption] En date du 28 avril 2017, les services…

Niger : l’opposant Hama Amadou condamné à un an de prison ferme
A la Une
0 partages206 vues
A la Une
0 partages206 vues

Niger : l’opposant Hama Amadou condamné à un an de prison ferme

Echos d'Afrique - 24 avril 2017

Ancien candidat à la présidentielle du Niger, Hama Amadou a été condamné lundi 13 mars 2017 à un an de prison ferme pour une affaire de trafic d’enfants.…

Par « excès de zèle » l’ambassadeur Olivier Nduhungirehe se rend coupable de « minimisation du génocide tutsi »
A la Une
0 partages1438 vues
A la Une
0 partages1438 vues

Par « excès de zèle » l’ambassadeur Olivier Nduhungirehe se rend coupable de « minimisation du génocide tutsi »

Emmanuel Neretse - 18 avril 2017

La période de commémoration du génocide rwandais offre l’occasion aux représentants du régime dictatorial de Paul Kagame à l’étranger d’exploiter honteusement ce drame dont il est le…

Les plus populaires de cette catégorie