En Côte d’Ivoire, des proches de Gbagbo réclament sa libération

Alassane Ouattara/Reuters-Luc Gnago

Abidjan – Le parti de l`ex-président ivoirien Laurent Gbagbo et ses responsables actuellement en exil au Ghana voisin ont de nouveau réclamé mardi sa libération et dénoncé de « graves violations des droits de l`Homme » en Côte d`Ivoire, désormais dirigée par Alassane Ouattara.

La direction du Front populaire ivoirien (FPI) s`est réunie en fin de semaine dernière à Accra avec les responsables du parti exilés dans ce pays depuis la fin de la crise post-électorale de décembre 2010-avril 2011.

« Constatant avec inquiétude que les conditions de sécurité restent encore précaires dans le pays, les exilés ont demandé avec insistance à la direction du FPI de tout mettre en oeuvre pour la libération du président Gbagbo et de tous les détenus et la fin de l`arbitraire », indique le parti dans un communiqué.

Les partisans du président déchu ont « dénoncé les atrocités et les graves violations des droits de l`Homme (…) qui continuent d`être perpétrées après l`arrêt des hostilités militaires, notamment des « exécutions extrajudiciaires », « arrestations arbitraires » et « attaques » commises selon eux contre des pro-Gbagbo.

Destinées à parachever la délicate normalisation en cours, des élections législatives sont attendues d`ici mi-décembre. Le FPI n`a pas encore annoncé s`il participerait ou non au scrutin.

Laurent Gbagbo a été arrêté le 11 avril par les forces pro-Ouattara, appuyées par la France et l`ONU, après quatre mois de crise, dont deux semaines de guerre, née de son refus de reconnaître sa défaite au scrutin de novembre 2010. La crise a fait au moins 3.000 morts.

M. Gbagbo et son épouse Simone sont en détention préventive dans le nord du pays et inculpés de « crimes économiques ». Plusieurs dizaines de personnalités de leur camp, civiles et militaires, sont également en prison et poursuivies pour atteinte à la sûreté de l`Etat ou « crimes économiques ». D`autres politiques et militaires restent réfugiés dans des pays voisins comme le Ghana.

Source : www.afriscoop.net

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Les partis au pouvoir, protecteurs et opposants des présidents africains
A la Une
0 partages39 vues
A la Une
0 partages39 vues

Les partis au pouvoir, protecteurs et opposants des présidents africains

Carole Kouassi - 20 février 2018

Les présidents africains sont-ils inoxydables comme s'en est convaincue l'imagerie populaire ? Les développements de ces derniers mois prouvent que derrière la toute-puissance présumée de certains chefs…

GÉNOCIDE DES TUTSI : HOLD UP DÉCISIONNEL À L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ONU!
A la Une
0 partages70 vues
A la Une
0 partages70 vues

GÉNOCIDE DES TUTSI : HOLD UP DÉCISIONNEL À L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ONU!

Echos d'Afrique - 18 février 2018

L’ONU a décidé de faire du 07 avril une « Journée internationale de réflexion sur le génocide des Tutsis au Rwanda en 1994 », sans qu’aucun consensus ne se…

Rwanda. Impunité et traitement spécial pour le régime du FPR de Paul Kagame
A la Une
0 partages2522 vues
A la Une
0 partages2522 vues

Rwanda. Impunité et traitement spécial pour le régime du FPR de Paul Kagame

Emmanuel Neretse - 13 février 2018

La « communauté internationale » s’autoculpabilise, non pas pour avoir abandonné les Tutsi, mais bien pour avoir permis qu’une catastrophe annoncée s’abatte sur le pays et le peuple rwandais.…

Les plus populaires de cette catégorie