Actualité dans les Grands Lacs africains – Semaine du 1er au 7 octobre 2011

En RDC, alors que la CENI déclare faire une course contre la montre pour assurer le rendez-vous électoral de novembre et rassure à ce sujet l’Assemblée nationale, le processus devant mener aux élections se poursuit dans un climat de tension, d’accusations d’irrégularités et de fraudes. Au Kasaï Oriental, le regroupement « Soutien à Etienne Tshisekedi » accuse le secrétaire exécutif régional de la CENI d’avoir sollicité une aide financière en faveur du gouverneur qui est candidat aux élections législatives.

En Province Orientale, certains partis politiques demandent au bureau de l’assemblée provinciale d’invalider les mandats de députés qui ont postulé à la députation pour le compte de partis autres que ceux dont ils ont reçu un mandat. De son côté, l’UDPS, qui a tenu à Mbuji-Mayi une manifestation non autorisée, ce qui a créé une forte tension, accuse le PPRD d’avoir aligné plus de candidats que de sièges à pourvoir, une plainte finalement rejetée pour dépôt tardif par la CSJ laquelle a commencé à examiner un certain nombre de plaintes de partis et de candidats remettant en cause la CENI, mais n’a pas assez de juges pour traiter toutes les plaintes. Par ailleurs, à Kinshasa, une nouvelle manifestation de ce parti a eu lieu pour réclamer des élections plus transparentes : interdite, cette manifestation, qui a fait à nouveau plusieurs blessés, a été réprimée par des tirs à balles réelles et des gaz lacrymogène.

Sur le plan des positionnements politiques, Jean-Pierre Bemba a appelé de La Haye où il se trouve emprisonné tous les candidats de l’opposition politique à s’unir autour d’un candidat (sans préciser lequel). Sur le plan institutionnel, on signalera que l’Assemblée nationale a adopté son calendrier pour la session de septembre qui sera surtout budgétaire

Dans le domaine de la sécurité, les 90 instructeurs militaires belges chargés de la formation d’un nouveau bataillon de commando sont arrivés à Kindu. Sur le terrain, le porte-parole de la MONUSCO affirme que les combattants FDLR sont en débandade dans les deux Kivu, bien que la situation reste volatile dans les territoires de Masisi, Mwenga et Shabunda.

Au Nord Kivu, des accrochages ont eu lieu entre militaires FARDC basés à Rutshuru, tandis que des hommes armés non identifiés ont perpétré des pillages au sud de Butembo et qu’une vingtaine de femmes ont été violées par des Maï-Maï en territoire de Beni. Par ailleurs, le gouverneur de la province a ordonné la fermeture d’une vingtaine de camps de déplacés près de Goma, bien que ces déplacés conditionnent leur retour à la sécurisation de leurs villages.

Au Sud Kivu, des affrontements armés ont eu lieu entre les FARDC et les Maï-Maï Yakutumba en territoire de Fizi, ces mêmes Maï-Maï et des rebelles FDLR ayant aussi attaqué le véhicule d’une ONG au sud de Baraka dans le même territoire.

En Province Orientale, des affrontements entre pygmées et Nande ont eu lieu à 200 km de Bunia en Ituri où la société civile et les acteurs politiques réclament la sécurisation dans la perspective des élections. Par ailleurs, la mort du chef de milice du FPRI, « Cobra Matata », a été annoncée par un commandant des FARDC alors qu’elle a été démentie par l’intéressé. On signalera aussi qu’un système d’alerte-radio a été mis en œuvre par une ONG caritative pour prévenir les attaques de la LRA.

Au Nord Katanga, la résidence d’un conservateur des titres fonciers a été attaquée par des bandits armés à Kalemie où s’est rendu le gouverneur qui a condamné au cours d’un meeting la léthargie des autorités civiles et militaires en matière de sécurité.

Dans le domaine des droits humains, la Fédération internationale des journalistes a dénoncé l’escalade des violences contre les journalistes congolais à l’approche des élections. De son côté, Amnesty International demande au président Kabila de tenir ses promesses quant à la réforme de la justice.

Dans le domaine économique et financier, le FMI exige la transparence sur les contrats miniers au Katanga et met de ce fait en cause la conclusion de la 4ème revue du programme économique du gouvernement (PEG). Toujours dans le secteur minier, le ministre des Mines affirme que les « minerais de sang » n’existent plus en RDC : de son côté, le ministre du Plan évoque les progrès qui restent à accomplir pour améliorer le climat des affaires en RDC. Par ailleurs, l’augmentation des investissements miniers au Katanga a entraîné un déficit important matière de production électrique, un rapport du Sénat mettant en cause la mauvaise gestion de la SNEL. Enfin, la joint venture Randgold Ressources – AngloGold Ashanti, associée à Kilomoto, annonce un retard d’un an dans la mise en route de leur projet et annonce le début du processus de relocalisation des populations qui se trouvent sur ses sites.

Au Burundi, le chef du FNL, Agathon Rwasa, aurait planifié le massacre de Gatumba selon les services secrets burundais.

En Ouganda, trois ministres ont été interpellés pour corruption à des fins privées : le régime Museveni, dont les performances économiques sont mauvaises, est de plus en plus souvent critiqué pour sa corruption rampante.

Au Rwanda, un ancien allié du Président Kagame, passé dans l’opposition et résidant aux Etats-Unis affirme que le président est complice de l’attentat de 1994 qui a induit le génocide. De son côté, le TPIR a condamné à 30 and de prison pour crimes de guerre deux anciens ministres.

Kris Berwouts
EurAC

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Les Congolais seraient-ils dans une traversée du désert ?
A la Une
0 partages231 vues
A la Une
0 partages231 vues

Les Congolais seraient-ils dans une traversée du désert ?

Patrick Mbeko - 14 août 2017

[caption id="attachment_4982" align="alignleft" width="470"] Sindika Dokolo/photo https://actualite.cd[/caption] Dans l’une de ses chansons (Feu de l’amour), l’artiste JB Mpiana aborde la question du rapport du Kinois — et…

La FIDH se ravise-t-elle au sujet de Paul Kagame?
A la Une
0 partages1110 vues
A la Une
0 partages1110 vues

La FIDH se ravise-t-elle au sujet de Paul Kagame?

Charles Onana - 12 août 2017

[caption id="attachment_4966" align="alignleft" width="300"] photo ingeta.com[/caption] En plus, on n'a pas le temps de faire ce genre de chose, il faut d'abord chercher à gagner sa croûte,…

La presse locale n’en parle pas beaucoup : le feu et le sang au Kenya après les élections présidentielles
A la Une
0 partages349 vues
A la Une
0 partages349 vues

La presse locale n’en parle pas beaucoup : le feu et le sang au Kenya après les élections présidentielles

Echos d'Afrique - 12 août 2017

Soi-disant pour ne pas mettre de l'huile sur le feu la presse kenyanne reste réservée sur ce qui se passe après les élections présidentielles. La consigne est…

Les plus populaires de cette catégorie