Actualité des Grands Lacs – Semaine du 15 au 21 octobre 2011

23 octobre 2011 18 h 21 min Commentaires fermés

En RDC, des doutes se font de plus en plus jour sur la tenue des élections législatives et présidentielle le 28 novembre. En plus de diplomates et d’observateurs, une ONG, qui suit le processus électoral (l’AETA), évoque les difficultés logistiques, techniques aussi bien que politiques) tandis que le Centre Carter parle d’une « menace sérieuse » sur le maintien de la date prévue. Le vice-président de la CENI évoque lui-même à demi-mot la possibilité d’un report des élections législatives.

Par contre, le président de cette même CENI, qui a fait publier la liste définitive des candidats aux législatives, contestée par l’UDPS, qui annonce que 90.000 urnes sur les 186.000 commandées à la Chine sont attendues ce dimanche et qui a seulement lancé cette semaine en Afrique du Sud l’impression des bulletins de vote, dément tout report en dépit des défis énormes qui restent à surmonter entre autres en matière acheminement du matériel électoral : il déclare aussi que le comptage et la compilation des voix se feront manuellement et sans utilisation du serveur utilisé pour l’enregistrement des électeurs.

Pendant ce temps, des retards continuent à avoir lieu dans le paiement des agents électoraux. Signalons aussi que le président Kabila assure qu’il remportera l’élection présidentielle et critique l’UDPS qui, selon lui, « a peur d’aller aux élections » : il dénonce aussi les manifestations pour réclamer l’audit du fichier électoral, ce à quoi l’UDPS, dont une manifestation a une nouvelle fois été réprimée cette semaine à Kinshasa, réplique que le président « ignore la notion de liberté publique ».

De leur côté, le Conseil de Sécurité prône à nouveau « des élections crédibles et pacifiques », tandis que l’Union européenne a procédé au lancement de sa mission d’observation qui comprendra 147 observateurs et 7 parlementaires européens.

Parmi les autres nouvelles politiques, on mentionnera qu’une fondation sur la gouvernance a classé la RDC en 50ème position sur 53 autres pays africains et que l’Assemblée nationale n’a toujours pas commencé à se pencher sur le budget 2012 qui est le principal point à l’ordre du jour de la session.

Dans le domaine de la sécurité, la nouvelle la plus significative est la décision du président américain, qui a toujours fait de l’éradication de la LRA un objectif important de sa politique en Afrique centrale, d’envoyer une centaine de soldats américains équipés pour le combat pour appuyer les armées de la région dans leur lutte contre ce mouvement qui terrorise les populations du Sud-Soudan, de l’Ouganda, de la RCA et de la RDC. Alors que le ministre de l’information congolais se déclare satisfait de cette décision, le président Kabila déclare que « la RDC n’a pas encore été saisie ». De son côté, le secrétaire d’Etat adjoint américain aux affaires africaines a fait savoir depuis Kinshasa que les troupes américaines ne seront présentes que pour former et conseiller et non pour combattre (sauf en cas de légitime défense) : concernant plus spécifiquement la RDC, les Etats-Unis doivent encore consulter les autorités de ce pays sur ce sujet.

Au Kivu, le président de la République a reconnu que les négociations avec le FDLR ont complètement échoué. Au Sud-Kivu, des affrontements à l’arme lourde ont eu lieu à Baraka entre les FARDC et les milices Maï-Maï Yakutumba, lesquelles continuent à sévir sur le Lac Tanganyika, tandis que d’autres Maï-Maï ont accru leurs activités dans les territoires de Shabunda et de Kalehe. Toujours au Sud Kivu, des militaires FARDC ont attaqué un bureau d’encadrement administratif à Kamituga. Au Nord Kivu, des Maï-Maï ont enlevé près de Butembo trois jeunes gens pour lesquelles ils réclament une rançon. À Rutshuru, l’ancien chef Maï-Maï Zabuloni, contesté par la population, a finalement été nommé commissaire principal de police.

En Province Orientale, malgré l’affirmation de la MONUSCO selon laquelle un calme relatif existe dans cette province, à l’exception de « quelques attaques sporadiques de la LRA », les milices du FRPI, dont le chef spirituel est décédé en prison à Bunia, continuent d’être très actives dans la région de Walendu Bindi où elles ont fait fuir les FARDC et provoqué le déplacement de quelque 30.000 personnes : en fin de semaine, on apprenait que plusieurs localités proches de Bunia étaient tombées entre leurs mains. Par ailleurs, la société civile de Bunia dénonce les récents assassinats de commerçants dans la région.

En Equateur, des dizaines de milliers de réfugiés ayant fui la rébellion des Enyele en 2009 se trouvent toujours au Congo-Brazzaville : ils ne souhaitent pas rentrer au pays tant que leur sécurité n’est pas garantie.

Dans le domaine de la justice, le président Kabila, prétendant privilégier la paix sur la justice, refuse d’exécuter le mandat d’arrêt à l’encontre de Bosco Ntaganda inculpé par la CPI.

Dans le domaine économique, on signalera qu’une entreprise angolaise et une entreprise sud-africaine ont soumis un dossier pour l’acquisition de 58 % du capital de la CINAT.

Au Burundi, six personnes ont été tuées par des hommes armés non identifiés dans la province de Ruyigi. Dans le domaine de la justice, cinq journalistes d’une radio communautaire ont été arrêtés pour avoir semé le désordre dans la rédaction de leur radio : ils ont été relâchés peu après, tandis que le procureur de la République a reçu un rapport sur le massacre de Gatumba dont la teneur n’est pas connue.

En Ouganda, le principal opposant au président Museveni a été arrêté une nouvelle fois pour être relaxé par la suite.

En ce qui concerne le Rwanda, ce pays arrive en troisième position des pays les plus favorables aux entreprises selon le rapport « Doing Business » publié par la Banque mondiale.

Kris Berwouts
EurAC

 

Les commentaires ont été clôturés

Derniers articles...

  • A la Une Kizito Mihigo : des paroles qui ont fâché ?

    Kizito Mihigo : des paroles qui ont fâché ?

    Kizito Mihigo, chanteur (rescapé du génocide des Tutsis) très populaire, aussi bien pour son style et les paroles de ses chansons, que par sa beauté physique… D’abord porté disparu il y a de cela une semaine, avant que la police rwandaise n’annonce aujourd’hui son arrestation  »depuis vendredi », avec deux « complices » (dont un journaliste qui était également porté disparu), pour appartenance au réseau FDLR/RNC, planification de renverser le gouvernement par la force, etc. Il y a peut-être d’autres raisons qui justifient ses ennuis… […]

    Lisez la suite →
  • A la Une Burundi. Alerte prémonitoire

    Burundi. Alerte prémonitoire

    Les Tutsi s’apprêtent à reprendre le pouvoir au Burundi par la force sous le prétexte de… « arrêter le génocide » comme cela s’est réalisé au Rwanda en 1994.

    Lisez la suite →
  • Actualités Pourquoi Paul Kagame se doit logiquement de narguer les puissances occidentales

    Pourquoi Paul Kagame se doit logiquement de narguer les puissances occidentales

    A la veille de la commémoration du 20° anniversaire du génocide à Kigali, le président rwandais, le général Paul Kagame a récidivé dans ses invectives dont il a le secret contre le France et la Belgique.

    Lisez la suite →
  • Actualités Lettre ouverte à Madame Christiane Taubira, ministre de la Justice, garde des Sceaux

    Lettre ouverte à Madame Christiane Taubira, ministre de la Justice, garde des Sceaux

    Cette lettre avait été écrite avant que le gouvernement français ne décide de ne pas être représentée à Kigali, suite à l’interview du président Kagame mettent en cause ce pays dans le génocide rwandais. Mais elle garde toute saveur et sa portée.

    Lisez la suite →
  • Actualités La France serait-elle prête pour une nouvelle humiliation au Rwanda ?

    La France serait-elle prête pour une nouvelle humiliation au Rwanda ?

    La ministre de la justice et Garde des sceaux, Christiane Taubira, représentera la France, le 7 avril à Kigali lors des célébrations du 20e anniversaire du génocide rwandais, écrit le journal Le Monde. Depuis l’avènment du FPR au pouvoir au Rwanda en 1994, les relations entre la France et le Rwanda ont été toujours tumultueuses. La France fustigée à chaque anniversaire de commémoration du génocide Le 07/04/2004, la France délégua le secrétaire d’Etat Renaud Muselier aux cérémonies de commémoration du 10èanniversaire du  génocide. […]

    Lisez la suite →
  • Actualités Conférence de presse de Faustin Twagiramungu à Bruxelles le 19/03/2014

    Conférence de presse de Faustin Twagiramungu à Bruxelles le 19/03/2014

      Mercredi 19 mars 2014 a eu lieu àBruxelles une conférence de presse organisée par Faustin Twagiramungu, président du parti RDI-Rwanda nziza. Sur le podium, il était avec le docteur Paulin Murayi président du parti Union Démocratique Rwandaise.       Les représentants des autres partis de la coalition, à savoir les FDRL et le PS Imberakuri étaient absents faute de visas comme cela a été expliqué par les conférenciers.           Un parterre de journalistes avait répondu […]

    Lisez la suite →
  • Actualités France-Rwanda. Le verdict dans le procès Pascal Simbikangwa ou la démonstration de la primauté des intérêts politiques sur les principes juridiques

    France-Rwanda. Le verdict dans le procès Pascal Simbikangwa ou la démonstration de la primauté des intérêts politiques sur les principes juridiques

    Il était généralement admis que c’est seulement dans les républiques bananières que le pouvoir judiciaire se trouve dans le giron de l’Exécutif, que c’est seulement dans des dictatures ubuesques que des simulacres de procès étaient organisés alors que les prévenus avaient déjà été condamnés par le pouvoir, que c’était seulement dans les pays sous-développés, sans juges formés et expérimentés que le Ministère Public pouvait manipuler la Cour à sa guise, etc. Le procès qui vient de se clôturer ce 14 […]

    Lisez la suite →
  • Actualités France-Rwanda . Le comble : l’association « SURVIE » partie civile dans le procès Simbikangwa !

    France-Rwanda . Le comble : l’association « SURVIE » partie civile dans le procès Simbikangwa !

    L’Association basée en France était présidée fin des années 80 par Monsieur Jean Carbonare. Sous le couvert de défense des droits de l’homme , elle entendait servir de vitrine respectable à la rébellion du FPR qui venait d’attaquer le Rwanda venant d’Ouganda, diaboliser le régime en place en l’accusant de violer les droits de l’homme, couvrir les crimes de guerre que commettait la rébellion en les attribuant au régime en usant de la technique dite « d’accusation en miroir » et enfin, récolter les fonds et faire le lobbying en faveur de cette rébellion.

    Lisez la suite →