Communiqué de presse d’AMANI sur la situation politique au CONGO-Kinshasa, après les élections du 28 novembre 2011

Kabila-Tshisekedi/photo fsddc.wordpress.com

Mesdames, Messieurs,

Démocrates, Humanistes, et Bienfaiteurs de la Paix,

Notre Alliance AMANI, est une organisation humanitaire pour la promotion de la paix et le développement durable dans la sous-région des Grands Lacs d’Afrique, regroupant les forces vives des Nations Burundaise, Congolaise et Rwandaise, et s’identifiant des Communautés Hutu, Tutsi, Nande, Hunde, Banyanga, Bashi, Bakongo, Bahavu, Bangala, Bafulero ; et tant d’autres non citées.

La création d’AMANI est fondée sur le constat que la problématique sécuritaire est si complexe que la Communauté internationale et les pays de la région n’ont pas pu trouver, à ce jour, le meilleur moyen de l’appréhender. Le constat, faut-il le rappeler est la prédominance de violences cruelles et humiliantes que les peuples continuent à s’infliger sous le regard passif de la Communauté internationale. Nous citons entre autres les massacres des populations au Burundi qui datent de lustre, les crimes de génocide au Rwanda depuis le mois d’octobre 1990, crimes qui atteignirent une ampleur inimaginable en 1994, et les massacres en masses des populations en République Démocratique du Congo, depuis 1996 à ce jour.

C’est la raison pour laquelle les membres d’AMANI ont jugé nécessaire d’adopter une démarche régionale qui seule sera à même fédérer les différents efforts consentis par chacun d’entre nous, individuellement, en groupes ou communautés, de manière disparate. Notre démarche consiste, d’une part à faire prendre conscience aux ressortissants des pays de la sous-région des Grands Lacs d’Afrique de leur responsabilité personnelle dans la résolution de la situation. D’autre part, nous agissons pour amener la Communauté internationale à entreprendre plus d’actions positives pour l’instauration de la démocratie seule à même d’apporter des solutions durables aux crises institutionnelles multiformes qui prévalent dans nos pays, et qui sont en partie la base de la situation dramatique qui y prévaut à ce jour.

AMANI veut que chaque être humain soit rétabli dans ses droits” tels qu’ils lui sont reconnus par la Déclaration Universelle des Droits de l’homme de 1948 et garantis par sa propre communauté, par son Etat et par la Communauté internationale dont les pays ayant des intérêts géopolitiques dans notre sous-région.

En regard de la situation politique et sociale actuelle au Congo-Kinshasa, après les élections présidentielles et législatives du 28 novembre 2011, au cours desquelles des irrégularités massives et des dysfonctionnements et de graves incidents ont été constatés et signalés tant par les populations locales électrices que par les observateurs internationaux et locaux comme le Centre Carter ou l’Eglise catholique au Congo ; nous osons affirmer que ces carences en matières d’organisation portent un sérieux coup sur la crédibilité et la validité de ces scrutins du 28 novembre 2011, quelque soit le vainqueur investi ou auto-proclamé.

AMANI déclare que ce processus électoral non inclusif, élaboré à dessein par le pouvoir sortant en complicité active ou passive des partis politiques de l’Opposition parlementaire sortante et celle dite extra-parlementaire par leur attitude va-t-en guerre envers contre tout, qui ont laissé passer la révision intempestive de l’article 71 de la Constitution et de la Loi électorale N° 06/006 du 09 mars 2006, qui a modifié le mode du scrutin présidentiel « à majorité absolue en majorité simple des suffrages exprimés » par la promulgation de la LOI N°11/003 du 25 juin 2011, marquant ainsi le déficit démocratique et politique dans le chef de ces acteurs sociaux de la classe dite politique de la Nation Congolaise, qui se préoccuppe uniquement de ses privilèges.

Considérant que l’autorité de l’Etat ne peut se construire sur la fraude, les mensonges et les brimades de tout genre, et que toute LOI FONDAMENTALE qui régit la vie d’une Nation est élaborée sur base des valeurs éthiques et spirituelles afin de garantir les droits et les libertés de chaque citoyen et les obligations de celui-ci vis-à-vis à la Nation, et ce conformément à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948;

Considérant que les faits dénoncés de fraudes et irrégularités massives dont cetains ayant conduit même à la duplication des bulletins de vote dans le chef des dignitaires du pouvoir sortant et réelu, en dehors ou en complicité de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI);

Considérant que le Peuple Congolais, le souverain primaire, a été trahi, par la révision de la Constitution et  l’oganisation à dessein de la CENI pour se maintenir au pouvoir, en violation même de l’esprit de la Constitution adoptée par le Peuple Congolais lors du référendum organisé du 18 au 19 décembre 2005, et promulguée par le Président de la République de la Transition, Joseph KABILA, le 18 février 2006 à Kinshasa ; et faisant par voie des faits entorse aux idéaux de liberté, de fraternité, de solidarité, de justice et de paix portés par cette Constitution du 18 février 2006;

L’Alliance AMANI porteuse des idéaux de dignité, de fraternité et de paix pour construire le VIVRE ENSEMBLE entre les individus, les communautés et les peuples, considère que la légitimité du pouvoir sortant ces élections du 28 novembre 2011 au Congo-Kinshasa est fortement mise en cause et celle-ci n’a aucune valeur morale, sociale et politique.

De part son caractère rassembleur de forces vives et sociales du Congo-Kinshasa, l’Alliance AMANI se donne ce devoir de déclarer « nuls et non avenus ces scrutins entachés d’effroyables irrégularités » faisant fi aux valeurs éthiques et spirituelles sensées organiser la vie d’une communauté des êtres humains.

Nous appelons la Communauté internationale à agir en faveur de la Paix au Congo-Kinshasa, pour que les décideurs de l’Amérique, de l’Europe et de l’Afrique soutiennent le Peuple Congolais à instaurer un nouvel ordre politique et institutionnel rassembleur, qui permettra de restaurer chaque individu dans ses droits inaliénables conformément à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948. Il est aussi question de protéger les populations civiles de l’oppression de la part des autorités politiques et militaires en place, qui ont les moyens de l’Etat.

Nous appelons nos frères et soeurs Congolais de ne pas sombrer dans la xénophobie, en cherchant à s’attaquer aux innocents, parce qu’ils sont Rwandais ou qu’ils en ont la morphologie. Et nous demandons à nos frères et soeurs Rwandais de ne pas sombrer dans la victimisation et d’avoir une attitude constructive en aidant le Peuple Congolais dans sa quête de reconnaissance de sa dignité et de ses droits.

L’Etat de Droit que nous aspirons tous bâtir a pour fondement la spiritualité et l’éthique, qui se traduisent dans l’amour de l’autre être humain, dans le respect de l’autre et dans l’esprit de fraternité et de justice. AMANI veut une société fraternelle et s’oppose à la barbarie et à toute forme d’impunité.

Ainsi fait à Bruxelles, le 20 décembre 2011.

Alliance AMANI
Le Porte-parole
Mr Michel RUDATENGUHA NSAMIRA

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Kigali/Rwanda : des enfants de la rue brûlés vifs dans des égouts de la capitale
A la Une
0 partages19589 vues2
A la Une
0 partages19589 vues2

Kigali/Rwanda : des enfants de la rue brûlés vifs dans des égouts de la capitale

Emmanuel Neretse - 3 mai 2017

Rwanda. Horreur à Kigali, cynisme à Bruxelles [caption id="attachment_4875" align="alignleft" width="250"] Des restes effets personnels des enfants brûlés vifs[/caption] En date du 28 avril 2017, les services…

Niger : l’opposant Hama Amadou condamné à un an de prison ferme
A la Une
0 partages218 vues
A la Une
0 partages218 vues

Niger : l’opposant Hama Amadou condamné à un an de prison ferme

Echos d'Afrique - 24 avril 2017

Ancien candidat à la présidentielle du Niger, Hama Amadou a été condamné lundi 13 mars 2017 à un an de prison ferme pour une affaire de trafic d’enfants.…

Par « excès de zèle » l’ambassadeur Olivier Nduhungirehe se rend coupable de « minimisation du génocide tutsi »
A la Une
0 partages1467 vues
A la Une
0 partages1467 vues

Par « excès de zèle » l’ambassadeur Olivier Nduhungirehe se rend coupable de « minimisation du génocide tutsi »

Emmanuel Neretse - 18 avril 2017

La période de commémoration du génocide rwandais offre l’occasion aux représentants du régime dictatorial de Paul Kagame à l’étranger d’exploiter honteusement ce drame dont il est le…

Les plus populaires de cette catégorie