Burundi : procès pour terrorisme

photo RFI

C’est le premier procès du genre au Burundi, où 23 personnes accusées de terrorisme comparaissent ce jeudi 29 décembre 2011 devant la justice à Cankuzo, dans l’est du pays. Parmi elles, un journaliste burundais, également correspondant de RFI en swahili, Hassan Ruvakuki. Il avait été arrêté le 28 novembre après être allé voir les éléments de la nouvelle rébellion des FRD (Forces pour la restauration de la démocratie) qui sévit au Burundi.

C’est sans aucun doute le procès le plus important jamais organisé devant le tribunal de grande instance de Cankuzo, qui s’est ouvert ce jeudi matin. Le procès retransmis à l’extérieur grâce à des micros installés un peu partout, a commencé par l’identification des prévenus.

Sur le banc des accusés, vingt-trois personnes poursuivies pour la première fois dans l’histoire du Burundi, pour acte de terrorisme, un crime passible de la prison à vie, d’après le nouveau code pénal de ce pays. Dans le groupe, des agriculteurs, des petits commerçants, des anciens membres de parti d’opposition, et un journaliste, le correspondant de RFI en swahili, Hassan Ruvakuki.

Le procureur de Cankuzo, Balbatus Ntakarusho, met les prévenus dans trois grandes catégories. Dix parmi eux sont accusés d’avoir participé directement à l’attaque lancée le 20 novembre dernier depuis la Tanzanie voisine par un nouveau groupe armé, les Forces pour la restauration de la démocratie, dans cette province située à l’extrême est du Burundi.

Neuf autres auraient espionné pour le compte de ce groupe, qualifié de « terroriste » par l’acte d’assignation.

Enfin, les quatre derniers, dont Hassan Ruvakuki, sont accusés d’avoir fait la publicité de ce groupe, et surtout d’avoir donné le coup d’envoi de ces attaques. Le journaliste a toujours clamé son innocence, depuis son arrestation il y a un mois.

La défense a tout de suite récusé trois des cinq juges. Motif : ils avaient déjà donné leur avis sur cette affaire. Le juge président a alors ordonné une suspension de séance de vingt minutes, qui s’est transformée en une longue attente qui va durer près de trois heures. À la reprise, la défense, qui n’a eu accès au dossier que ce matin pendant une heure, a demandé un report du procès, et l’a obtenu.

Source : RFI
29/12/2011

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Rwanda : 2018 une année-test pour Paul Kagame dans plusieurs domaines
A la Une
0 partages857 vues
A la Une
0 partages857 vues

Rwanda : 2018 une année-test pour Paul Kagame dans plusieurs domaines

Emmanuel Neretse - 16 mai 2018

  Introduction   Un an après le tripatouillage de la Constitution pour « légaliser » son maintien à la tête du Rwanda jusqu’en 2034, et au-delà s’il…

Sénégal : Les priorités du PSE
A la Une
0 partages169 vues
A la Une
0 partages169 vues

Sénégal : Les priorités du PSE

Met Gaye - 1 mai 2018

[caption id="attachment_5275" align="alignleft" width="609"] photo www.sec.gouv.sn[/caption] En deux décennies, le PSE (Plan Sénégal Emergent) qui, avec le soutien des grands bailleurs de fonds internationaux (Banque mondiale, Banque…

France-Rwanda : un nouveau procès politique  à Paris?
A la Une
0 partages2143 vues
A la Une
0 partages2143 vues

France-Rwanda : un nouveau procès politique  à Paris?

Emmanuel Neretse - 1 mai 2018

[caption id="attachment_5263" align="alignleft" width="653"] Octavien Ngenzi et Tite Barahira/photo collectifpartiescivilesrwanda.fr[/caption] Du 2 mai au 6 juillet 2018 se tiendra aux assises de Paris le procès en appel…

Les plus populaires de cette catégorie