Visite d’Hillary Clinton en Côte d’Ivoire

Hillary Clinton/wikipédia

Visite d’Hillary Clinton en Côte d’Ivoire : 25 ans après Houphouët, Ado reçoit un secrétaire d’Etat américain.

Le 14 janvier 1987, le secrétaire d’Etat américain d’alors Georges Pratt Shults rencontrait le président Félix Houphouët-Boigny. 25 ans plus tard, c’est Alassane Ouattara qui reçoit Hillary Clinton, l’actuelle secrétaire d’Etat américaine. Qui est cette personnalité politique de premier plan qui foulera le 16 janvier 2012 le sol ivoirien. Portrait.

Une riche carrière

Hillary Diane Rodham Clinton, née le jour le 26 octobre 1947 à Chicago (Illinois), est actuellement la secrétaire d’État des États-Unis, au sein de l’administration du quarante-quatrième président des États-Unis, Barack Obama. De 2001 à 2009, elle était sénatrice démocrate de l’État de New York. Elle fut également la première dame des États-Unis d’Amérique de 1993 à 2001 en tant qu’épouse du quarante-deuxième président, Bill Clinton.
Dans « La puissance et la gloire », Graham Grenne dit qu’il ya toujours dans notre vie, un moment où la porte s’ouvre sur l’avenir. Pour la jeune Hillary Rodham c’est en 1969, quand elle intègre la prestigieuse Yale Law School, où elle fera la rencontre de son futur époux Bill Clinton. Pour elle, tout allait changer. Elle rentre aux comités éditoriaux de la Yale Law Review et de Social Action et s’investit dans les quartiers déshérités de New Haven. En 1971, elle effectue un stage au cabinet d’avocats Walker-Treuhaft et Burnstein. À sa sortie de Yale, Hillary Rodham devient une avocate brillante, conseillant le Fonds de défense des enfants de Cambridge avant de rejoindre l’équipe de juristes qui conseillait la commission judiciaire (Judiciary Committee) des représentants lors de la procédure d’impeachment du président Richard Nixon dans l’affaire du Watergate. Elle déménage en Arkansas pour suivre Bill Clinton qui commence sa carrière politique à Little Rock. Ils se marient en 1975 et ont une fille, Chelsea Clinton, en 1980. Hillary Clinton devient professeure à l’école de droit de l’université de l’Arkansas. Elle fait alors la connaissance de Vince Foster qui est responsable du comité de l’association des avocats de l’Arkansas, lequel gère l’assistance juridique. Foster travaille ainsi avec Hillary Rodham Clinton, avocate stagiaire chargée de l’aide juridique. Foster favorise l’entrée de Hillary Rodham Clinton au « cabinet juridique Rose », où elle devient peu de temps après, la première femme associée. Foster et son collègue, Webster Hubbell, contribuent à surmonter la réticence des autres associés à embaucher une femme. En 1978, le président Jimmy Carter la nomme au conseil de la Legal Services Corporation, alors que Bill Clinton devient gouverneur de l’État de l’Arkansas.

Première dame

Lorsque son époux est élu à la Maison Blanche en 1992, Hillary Clinton devient la première dame des États-Unis et probablement, parmi celles-ci, la plus impliquée dans la vie politique fédérale. Le couple Clinton est aussi le premier couple présidentiel issu du baby-boom. Clinton nomme son épouse dans le groupe de conseillers de la Maison Blanche chargés de réfléchir aux réformes du système de santé. Le groupe de travail adopte un plan de réforme compliqué qui n’arrive d’ailleurs jamais devant les instances législatives et est définitivement abandonné en septembre 1994.
Hillary Clinton obtient de nombreux soutiens en raison de sa défense incessante du droit des femmes à travers le monde et de son engagement pour les enfants. Elle défend toujours son projet d’extension du régime d’assurance maladie, les campagnes de vaccinations obligatoires pour les enfants et une sensibilisation plus forte de la population aux problèmes de santé. Elle travaille aussi sur d’autres projets moins renommés tels le CHIP, Children’s Health Insurance Program ou Programme d’Assurance Maladie pour les Enfants, et un financement pour le dépistage du cancer du sein.

Une femme influente

Hillary Clinton se présente pour le siège de sénatrice de New York aux élections de 2000, et prête serment au Capitole dans la chambre de l’ancien Sénat en tant que sénatrice de New York le 3 janvier 2001. En gagnant son siège, elle devient la première Première dame des États-Unis à être élue à un poste officiel et la première femme, élue sénatrice de l’État. Le 1er décembre 2008, le président élu Barack Obama nomme Hillary Clinton, secrétaire d’État des États-Unis de son futur cabinet présidentiel. Le 15 janvier 2009, la nomination d’Hillary Rodham Clinton est validée par la commission des Affaires étrangères du Sénat américain, dirigé par John Kerry. Le 22 janvier 2009, Hillary Rodham Clinton devient officiellement secrétaire d’État des États-Unis. Lors de son discours d’entrée en fonction, elle rappelle que l’une des priorités de la politique étrangère américaine est la paix entre Israël, la Palestine et les voisins arabes d’Israël. Elle est choisie cinq fois par le Time pour figurer sur la liste des cent personnes les plus influentes au monde. En 2011, Forbes la classe au deuxième rang de la liste des femmes les plus puissantes du monde.

Publié le 15-01-2012    Source : Lebanco.net     Auteur : Sery Pouamon à Washington ,DC

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Faut-il condamner la négation des génocides?
A la Une
0 partages33 vues
A la Une
0 partages33 vues

Faut-il condamner la négation des génocides?

Anne Staquet - 21 septembre 2017

Faut-il condamner la négation des génocides ? Anne Staquet Professeur de philosophie Université de Mons Le MR vient de déposer à la chambre un projet de loi…

LA DÉPORTATION DE MUNYAKAZI EST UN ÉCHEC MORAL ET UNE OCCASION QUI CONFORTE P. KAGAME DANS LA CHASSE À SES OPPOSANTS POLITIQUES
A la Une
0 partages57 vues
A la Une
0 partages57 vues

LA DÉPORTATION DE MUNYAKAZI EST UN ÉCHEC MORAL ET UNE OCCASION QUI CONFORTE P. KAGAME DANS LA CHASSE À SES OPPOSANTS POLITIQUES

Gaspard Musabyimana - 21 septembre 2017

      L’article ci-après a été rédigé à partir d’un billet de Bill Zlatos, un écrivain indépendant vivant à Ross, USA.     Léopold Munyakazi était…

RWANDA : ON NE PEUT PEUT PAS ÉCHAPPER DEUX FOIS AUX ESCADRONS DE LA MORT DE PAUL KAGAME. LE CAS DE THÉOPHILE NTIRUTWA
A la Une
0 partages97 vues
A la Une
0 partages97 vues

RWANDA : ON NE PEUT PEUT PAS ÉCHAPPER DEUX FOIS AUX ESCADRONS DE LA MORT DE PAUL KAGAME. LE CAS DE THÉOPHILE NTIRUTWA

Jean-Jacques Karamira - 14 septembre 2017

                Théophile Ntirutwa était responsable du parti FDU-Inkingi dans la ville de Kigali jusqu’au 06/09/2017, date où il fut arrêté…

Les plus populaires de cette catégorie