Actualité des Grands-Lacs – Semaine du 14 au 20 janvier 2012

photo radio okapi

En RDC, les contestations, les promesses de sanctions contre les fraudes et/ou le constat effectif de falsifications contribuent à marquer la compilation des résultats des élections législatives au Maniema, à Mbuji-Mayi, où des cas d’enlèvement sont dénoncés par la société civile, et au Kasaï Occidental. En conséquence, l’annonce des résultats a été postposée d’abord au 18 puis au 26 janvier, tandis que les deux experts américains chargés d’envisager la faisabilité d’une vérification des compilations et d’assister éventuellement pour ce faire la CENI ont quitté sans explication officielle la RDC. Parallèlement, les demandes d’annulation des élections législatives se multiplient : elles émanent d’ONG ou de députés de la majorité comme de l’opposition, tandis que trois candidats à la présidence demandent au président Kabila la convocation d’une table ronde avant la publication des résultats définitifs.

De son côté, l’UDPS d’Etienne Tshisekedi est préoccupée par le dispositif policier autour de la résidence de son chef, tandis que des militants du parti se disent traqués par l’agence nationale de renseignement à Mbandaka. Pendant ce temps, en Belgique, une manifestation anti-Kabila a encore eu lieu dans une ville de Flandre orientale : à ce propos, les services de renseignement européens surveillent étroitement la nébuleuse de ces groupes de protestation dans la diaspora congolaise qui sont peu nombreux et qui n’ont pas été désavoués par le parti d’Etienne Tshisekedi.

Du côté officiel, interpellé à la Chambre, le ministre des Affaires Etrangères confirme qu’il ne se rendra pas en RDC avant que les résultats des législatives soient publiés. Par ailleurs, l’ambassadeur de Russie à Kinshasa estime quant à lui qu’il ne convient pas de recommencer les élections et que la démission de la CENI, à laquelle ne souscrit pas non plus le vice-président de cette institution, est inappropriée. Enfin, parmi les autres nouvelles politiques, on signalera que dans le parti de Vital Kamerhe, un conflit s’est déclaré au sein de la section du parti en Ituri avec  la demande d’exclusion du secrétaire fédéral exécutif de l’UNC.

Dans le domaine de la sécurité, certaines informations font état d’un état de tension et des rumeurs de déstabilisation au sein des FARDC. De son côté, la MONUSCO a démenti que le Secrétaire général des N.U. ait annoncé la prolongation de sa mission qui ne devrait porter que sur la prolongation du plan de stabilisation et de reconstructions dans l’est sur pays. Sur le terrain, des affrontements entre les FARDC et des hommes armés non identifiés en territoire de Rutshuru tandis que ces mêmes FARDC, qui envisagent de rétablir l’ordre dans le carré minier d’Omate dans le territoire de Walikale, se sont affrontés à des rebelles ougandais de l’ADF/NALU dans la région de Beni. Par ailleurs, le HCR estime que plus de 100.000 personnes ont fui la région de l’est du pays depuis l’élection présidentielle.

Dans le domaine de la justice, une quarantaine d’ONG accusent le pouvoir politique d’avoir la mainmise sur le pouvoir judiciaire. De son côté, le ministre de la Justice est décidé de lutter contre les « kulunas », ces jeunes bandits armés d’armes blanches qui ont été jusqu’ici instrumentalisés par les partis politiques.

On signalera aussi qu’une autre radio-télévision de Lubumbashi a été suspendue par la commission de l’audio-visuel pour avoir insulté des personnalités du pays et que le procès à Bruxelles contre la Banque centrale congolaise impliquée dans un blanchiment d’argent a été reporté au mois de mai.

Dans le domaine économique, la police des frontières a saisi 600 kg de cassitérite au poste frontalier de Goma : elle nie toute implication dans la fraude minière.

Au Burundi, l’arrestation d’un chef de l’opposition à Dar es-Salaam a été confirmée. Dans le domaine de la coopération internationale, le ministre belge de la coopération, faisant état d’une amélioration dans la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption, a débloqué une tranche de 50 millions d’euros sur les 150 annoncé pour la période 2010-2013.

En Ouganda, le principal opposant au président Museveni, Kizza Besigye, a annoncé qu’il quitte la direction de son parti pour se consacrer à la mobilisation contre son adversaire. Besigye a été brièvement arrêté cette semaine ainsi que d’autres membres de son parti à l’entame d’une manifestation dans la capitale.

Au Rwanda, quatre généraux, accusés d’être impliqués dans le trafic minier avec la RDC et dont trois sont sous mandat d’arrêt pour crimes de guerre, ont été arrêtés, tandis que dix personnes ont été condamnées à des peines de prison à vie pour leur implication dans les attaques à la grenade qui ont eu lieu à Kigali depuis deux ans.

Au TPIR, dont les travaux auraient du se terminer à la fin 2010, on paraît faire confiance à la justice rwandaise : un certain nombre de cas de poursuites pour crimes de guerre ou de génocide lui seront remis en dépit de craintes émises par des associations de défense des droits de l’homme.

Enfin, le président Kagame ne s’est guère montré enthousiasmé par le dernier rapport des juges français sur l’attentat de 1994 qui fait toujours beaucoup de vagues en France : le président n’apprécie pas le fait que le Rwanda et le continent africain en général soient jugés par des étrangers.

Kris Berwouts
EurAC

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Les Congolais seraient-ils dans une traversée du désert ?
A la Une
0 partages232 vues
A la Une
0 partages232 vues

Les Congolais seraient-ils dans une traversée du désert ?

Patrick Mbeko - 14 août 2017

[caption id="attachment_4982" align="alignleft" width="470"] Sindika Dokolo/photo https://actualite.cd[/caption] Dans l’une de ses chansons (Feu de l’amour), l’artiste JB Mpiana aborde la question du rapport du Kinois — et…

La FIDH se ravise-t-elle au sujet de Paul Kagame?
A la Une
0 partages1114 vues
A la Une
0 partages1114 vues

La FIDH se ravise-t-elle au sujet de Paul Kagame?

Charles Onana - 12 août 2017

[caption id="attachment_4966" align="alignleft" width="300"] photo ingeta.com[/caption] En plus, on n'a pas le temps de faire ce genre de chose, il faut d'abord chercher à gagner sa croûte,…

La presse locale n’en parle pas beaucoup : le feu et le sang au Kenya après les élections présidentielles
A la Une
0 partages351 vues
A la Une
0 partages351 vues

La presse locale n’en parle pas beaucoup : le feu et le sang au Kenya après les élections présidentielles

Echos d'Afrique - 12 août 2017

Soi-disant pour ne pas mettre de l'huile sur le feu la presse kenyanne reste réservée sur ce qui se passe après les élections présidentielles. La consigne est…

Les plus populaires de cette catégorie