Origines et histoire de la Journée de la femme

Journée de la femme/photo transparent.com
Journée de la femme/photo transparent.com

Journée de la femme/photo transparent.com

Kinshasa, 09/03/2012 / Société/Digitalcongo.net

Le 8 mars de chaque année est dédié exclusivement à la Journée internationale de la femme célébrée dans de nombreux pays à travers le monde entier. C’est une occasion de faire le point sur les luttes et les réalisations passées et surtout, de préparer l’avenir et les opportunités qui attendent les futures générations de femmes.

Voilà un siècle que les femmes sont à l’honneur, tous les ans, le 8 mars. Mais quelles sont les origines, l’histoire et la signification de la Journée de la femme ?

En ce 8 mars 2012 le monde entier célèbre les cent-deux ans de la Journée internationale de la femme. Cette journée de manifestation qui a débuté au Danemark en 1910 s’est peu à peu étendue au monde entier. Depuis sa création, elle a été l’occasion pour toutes les femmes de revendiquer certains droits (notamment le droit de vote et à l’avortement), d’améliorer leur condition et de fêter ensemble leurs victoires.

En République Démocratique du Congo, le thème retenu cette année est : « L’autonomisation des femmes rurales et leur rôle dans l’éradication de la pauvreté et de la faim, le développement et les défis actuels ».

Origines de la journée de la femme

Le 8 mars 1910, à Copenhague, l’internationale socialiste des femmes crée la Journée internationale de la femme sur proposition de la représentante du Parti socialiste d’Allemagne, Clara Zetkin. Le but de cette journée est d’instituer le droit de vote des femmes, de meilleures conditions de travail, et plus généralement une égalité entre hommes et femmes. Le mouvement féministe est lancé et va conquérir année après année tous les pays.

  • Le 8 mars 1914, les Allemandes réclament le droit de vote des femmes, qu’elles obtiendront quatre ans plus tard, en 1918, alors que les Françaises ne l’obtiendront qu’en 1944.
  • Le 8 mars 1915, à Oslo, les femmes manifestent pour défendre leurs droits et obtenir la paix.
  • Le 8 mars 1921, Lénine institue en URSS la journée du droit des femmes, et prône l’égalité entre hommes et femmes.
  • Le 8 mars 1924, la journée est fêtée en Chine.
  • Le 8 mars 1946, tous les pays de l’Est se mettent à célébrer la fête de l’émancipation de la femme.
  • Le 8 mars 1947, Léon Blum salue la place importante des femmes dans la Résistance.
  • Le 8 mars 1948, 100 000 Françaises défilent à Paris, de la République à la statue de Jeanne d’Arc, en l’honneur de la Journée de la femme. Cette manifestation est reprise dans quelques villes de province, et notamment à Lyon et Marseille.
  • Le 8 mars 1977, l’Organisation des Nations unies officialise la Journée internationale des droits des femmes.
  • Le 8 mars 1982, le gouvernement socialiste français présidé par François Mitterrand officialise la célébration nationale de la journée de la femme.
  • Le 8 mars 1986, 100 000 Américaines défilent à Washington contre les conservateurs qui veulent supprimer le droit à l’avortement.
  • Le 8 mars 1998, les Russes peuvent participer au premier concours de beauté en Russie.

Le 8 mars 2001 est lancé le site Web dédié exclusivement à la Journée de la femme. La Journée internationale de la femme est célébrée dans de nombreux pays à travers le monde. C’est un jour où les femmes sont reconnues pour leurs réalisations, sans égard aux divisions, qu’elles soient nationales, ethniques, linguistiques, culturelles, économiques ou politiques. C’est une occasion de faire le point sur les luttes et les réalisations passées, et surtout, de préparer l’avenir et les opportunités qui attendent les futures générations de femmes.

Aucune solution durable aux problèmes sociaux, économiques et politiques les plus pressants de la société ne peut être trouvée sans la pleine participation, et la pleine autonomisation des femmes du monde entier.

En 1975, lors de l’Année internationale de la femme, l’Organisation des Nations Unies a commencé à célébrer la Journée internationale de la femme le 8 mars. Deux ans plus tard, en décembre 1977, l’Assemblée générale a adopté une résolution proclamant la Journée des Nations Unies pour les droits de la femme et la paix internationale à observer n’importe quel jour de l’année par les États Membres, conformément à leurs traditions historiques et nationales. En adoptant sa résolution, l’Assemblée générale a reconnu le rôle des femmes dans les efforts de paix et de développement et a appelé à mettre fin aux discriminations et à renforcer le soutien à la pleine participation des femmes.

La Journée internationale de la femme est apparue dans le contexte des mouvements sociaux au tournant du XXe siècle en Amérique du Nord et en Europe.

Chronologie des événements les plus marquants

  • 1909 : Conformément à une déclaration du Parti socialiste américain, la première Journée nationale de la femme a été célébrée sur l’ensemble du territoire des États-Unis le 28 février. Les femmes ont continué à célébrer cette journée le dernier dimanche de février jusqu’en 1913.
  • 1910 : L’Internationale socialiste réunie à Copenhague a instauré une Journée de la femme, de caractère international, pour rendre hommage au mouvement en faveur des droits des femmes et pour aider à obtenir le suffrage universel des femmes. La proposition a été approuvée à l’unanimité par la conférence qui comprenait plus de 100 femmes venant de 17 pays, dont les trois premières femmes élues au Parlement finlandais. Aucune date précise n’a été fixée pour cette célébration.
  • 1911 : À la suite de la décision prise à Copenhague l’année précédente, la Journée internationale de la femme a été célébrée pour la première fois, le 19 mars, en Allemagne, en Autriche, au Danemark et en Suisse, où plus d’un million de femmes et d’hommes ont assisté à des rassemblements. Outre le droit de voter et d’exercer une fonction publique, elles exigeaient le droit au travail, à la formation professionnelle, et la cessation de la discrimination sur le lieu de travail. Moins d’une semaine après, le 25 mars, le tragique incendie de l’atelier Triangle à New York a coûté la vie à plus de 140 ouvrières, pour la plupart des immigrantes italiennes et juives. Cet événement a eu une forte influence sur la législation du travail aux États-Unis, et l’on a évoqué les conditions de travail qui avaient amené cette catastrophe au cours des célébrations subséquentes de la Journée internationale de la femme.
  • 1913-1914 : Dans le cadre du mouvement pacifiste qui fermentait à la veille de la Première Guerre mondiale, les femmes russes ont célébré leur première Journée internationale de la femme le dernier dimanche de février 1913. Dans les autres pays d’Europe, le 8 mars ou à un ou deux jours de cette date, les femmes ont tenu des rassemblements soit pour protester contre la guerre, soit pour exprimer leur solidarité avec leurs sœurs.
  • 1917 : Deux millions de soldats russes ayant été tués pendant la guerre, les femmes russes ont de nouveau choisi le dernier dimanche de février pour faire la grève pour obtenir « du pain et la paix. » Les dirigeants politiques se sont élevés contre la date choisie pour cette grève, mais les femmes ont passé outre. Le reste se trouve dans les livres d’histoire : quatre jours plus tard, le tsar a été obligé d’abdiquer et le gouvernement provisoire a accordé le droit de vote aux femmes. Ce dimanche historique tombait le 23 février dans le calendrier julien qui était alors en usage en Russie, mais le 8 mars dans le calendrier géorgien utilisé ailleurs.

Depuis ces premières années, la Journée internationale de la femme a pris une nouvelle dimension mondiale dans les pays développés comme dans les pays en développement. Le mouvement féministe en plein essor, qui avait été renforcé par quatre conférences mondiales sur les femmes organisées sous l’égide de l’ONU, a aidé à faire de la célébration de cette Journée le point de ralliement des efforts coordonnés déployés pour exiger la réalisation des droits des femmes et leur participation au processus politique et économique. De plus en plus, la Journée internationale de la femme est le moment idéal pour réfléchir sur les progrès réalisés, demander des changements et célébrer les actes de courage et de détermination de femmes ordinaires qui ont joué un rôle extraordinaire dans l’histoire des droits des femmes.

Les Nations Unies et l’égalité des sexes

Rares sont les causes dont l’ONU assure la promotion qui aient suscité un appui plus intense et plus vaste que la campagne menée pour promouvoir et protéger l’égalité des droits des femmes. La Charte des Nations Unies, signée à San Francisco en 1945, était le premier instrument international à proclamer l’égalité des sexes en tant que droit fondamental de la personne humaine. Depuis, l’Organisation a aidé à créer un patrimoine historique de stratégies, normes, programmes et objectifs convenus au plan international pour améliorer la condition de la femme dans le monde entier.

Au fil des ans, l’action menée par l’ONU en faveur de la promotion de la femme a pris quatre orientations précises :

  • promotion de mesures juridiques;
  • mobilisation de l’opinion publique et de l’action internationale;
  • formation et recherche, y compris compilation de statistiques ventilées par sexe;
  • et assistance directe aux groupes désavantagés.

Gisèle Mbuyi/MMC

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Kigali/Rwanda : des enfants de la rue brûlés vifs dans des égouts de la capitale
A la Une
0 partages19589 vues2
A la Une
0 partages19589 vues2

Kigali/Rwanda : des enfants de la rue brûlés vifs dans des égouts de la capitale

Emmanuel Neretse - 3 mai 2017

Rwanda. Horreur à Kigali, cynisme à Bruxelles [caption id="attachment_4875" align="alignleft" width="250"] Des restes effets personnels des enfants brûlés vifs[/caption] En date du 28 avril 2017, les services…

Niger : l’opposant Hama Amadou condamné à un an de prison ferme
A la Une
0 partages218 vues
A la Une
0 partages218 vues

Niger : l’opposant Hama Amadou condamné à un an de prison ferme

Echos d'Afrique - 24 avril 2017

Ancien candidat à la présidentielle du Niger, Hama Amadou a été condamné lundi 13 mars 2017 à un an de prison ferme pour une affaire de trafic d’enfants.…

Par « excès de zèle » l’ambassadeur Olivier Nduhungirehe se rend coupable de « minimisation du génocide tutsi »
A la Une
0 partages1467 vues
A la Une
0 partages1467 vues

Par « excès de zèle » l’ambassadeur Olivier Nduhungirehe se rend coupable de « minimisation du génocide tutsi »

Emmanuel Neretse - 18 avril 2017

La période de commémoration du génocide rwandais offre l’occasion aux représentants du régime dictatorial de Paul Kagame à l’étranger d’exploiter honteusement ce drame dont il est le…

Les plus populaires de cette catégorie