Biographie d’Ali Bongo Ondimba, Président de la République Gabonaise

Ali Bongo Ondimba entre dans la vie politique gabonaise en 1981. Ministre des Affaires Etrangères de 1989 à 1991 puis député à l’Assemblée Nationale, il occupe ensuite le poste de Ministre de la Défense de 1999 à 2009. En juillet 2009, il est désigné candidat officiel du Parti Démocratique Gabonais (PDG) pour l’élection présidentielle anticipée à la suite du décès du Chef de l’Etat. Elu Président de la République Gabonaise le 30 août 2009, il prête serment le 16 octobre 2009.

Fils du défunt Président Omar Bongo Ondimba et de Patience Dabany, Ali Bongo Ondimba est né à Brazzaville le 9 février 1959. En 1965, il quitte le Gabon pour poursuivre ses études primaires et secondaires en France. Après son baccalauréat, il étudie le droit à l’université de Paris Panthéon-Sorbonne et obtient un doctorat en droit sur le sujet du domaine public.
Après ses études, il entre au Cabinet présidentiel et devient Représentant personnel puis Haut Représentant du Chef de l’Etat. Il milite activement au PDG dès 1981, dont il est élu d’abord au Comité Central avant d’entrer en 1984 au Bureau Politique en qualité de Représentant du Secrétaire Général fondateur. Il y sera confirmé en 1986 à l’issue d’un congrès du Parti où il conduit l’aile réformiste.
En 1989, il est nommé Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération. Il se présente ensuite comme candidat du PDG lors des élections parlementaires de 1990, le premier scrutin organisé après le retour au multipartisme au Gabon. Il est élu dans la province du Haut-Ogooué et devient député à l’Assemblée Nationale.
Parallèlement, le Conseil Supérieur des Affaires Islamiques du Gabon (CSAIG) le porte à sa tête en 1996 et en décembre de la même année, il est réélu député pour la province du Haut-Ogooué.
Après avoir siégé plus de sept ans, Ali Bongo Ondimba retourne au gouvernement en 1999 en qualité de Ministre de la Défense Nationale. Il prend alors l’initiative de multiples projets : la création du Prytanée militaire destiné à l’éducation des futures recrues, la réalisation de l’hôpital d’instruction des armées, structure de performance dans le secteur de la santé publique également ouverte aux populations civiles, de nombreuses dispositions pour revaloriser la condition militaire telles que le renouvellement des équipements, le renforcement des capacités de Défense, la construction de nouveaux casernements et l’amélioration de la vie quotidienne des militaires.
Candidat du PDG pour les élections présidentielles du 30 août 2009, Ali Bongo Ondimba est élu Président du Gabon et prête serment le 16 octobre suivant. Depuis son investiture, il a lancé plusieurs grands projets économiques et d’infrastructures, ainsi qu’une série de réformes administratives et politiques, avec l’ambition de faire du Gabon un pays émergent.
Le Président Ali Bongo Ondimba est marié à Sylvia Bongo Ondimba, et est père de quatre enfants : une fille, Malika, et trois fils Noureddine, Jalil et Bilal, adopté par le couple. Féru d’histoire, il cultive deux passions, le football et la musique, et affectionne particulièrement la musique classique, le jazz et la bossa nova, au point d’être lui-même compositeur de créations musicales comme la bande annonce du film « Orega », du réalisateur Marcel Sanja.Tiré de : http://www.presidentalibongo.com

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Les Congolais seraient-ils dans une traversée du désert ?
A la Une
0 partages232 vues
A la Une
0 partages232 vues

Les Congolais seraient-ils dans une traversée du désert ?

Patrick Mbeko - 14 août 2017

[caption id="attachment_4982" align="alignleft" width="470"] Sindika Dokolo/photo https://actualite.cd[/caption] Dans l’une de ses chansons (Feu de l’amour), l’artiste JB Mpiana aborde la question du rapport du Kinois — et…

La FIDH se ravise-t-elle au sujet de Paul Kagame?
A la Une
0 partages1114 vues
A la Une
0 partages1114 vues

La FIDH se ravise-t-elle au sujet de Paul Kagame?

Charles Onana - 12 août 2017

[caption id="attachment_4966" align="alignleft" width="300"] photo ingeta.com[/caption] En plus, on n'a pas le temps de faire ce genre de chose, il faut d'abord chercher à gagner sa croûte,…

La presse locale n’en parle pas beaucoup : le feu et le sang au Kenya après les élections présidentielles
A la Une
0 partages351 vues
A la Une
0 partages351 vues

La presse locale n’en parle pas beaucoup : le feu et le sang au Kenya après les élections présidentielles

Echos d'Afrique - 12 août 2017

Soi-disant pour ne pas mettre de l'huile sur le feu la presse kenyanne reste réservée sur ce qui se passe après les élections présidentielles. La consigne est…

Les plus populaires de cette catégorie