La RDC a un nouveau gouvernement

Matata_Ponyo_Mapon/wikipédia

Le nouveau Premier Ministre de la RD Congo, Augustin Matata Ponyo Mapon a publié, ce  samedi 28 avril 2012, son gouvernement tant attendu.
Ce gouvernement compte trente-six membres, dont le Premier Ministre lui-même, deux vice-premiers ministres, un ministre délégué à la Primature chargé des Finances, vingt-cinq ministres et huit vice-ministres.Les deux vice-premiers ministres s’occuperont l’un du Budget, et l’autre de la Défense et Anciens combattants.
Il y a également un « ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des Finances », en la personne de Monsieur Patrick Kitebi Kibol Mvul.
Quatre ministres du gouvernement sortant d’Adolphe Muzitu sont reconduits, parmi lesquels le tonitruant et tristement célèbre Lambert Mende Omalanga aux médias (il s’occupera également des relations avec le Parlement et de l’  « initiation à la nouvelle citoyenneté »). Ses trois compères rescapés du gouvernement sortant sont :

  1. Fridolin Kasweshi, qui demeure aux Infrastructures et Travaux publics, et à qui l’on a ajouté l’aménagement du territoire, l’urbanisme et l’habitat ;
  2. Martin Kabwelulu reste au ministère des Mines ;
  3. Maker Mwangu conserve quant à lui l’Education primaire, secondaire et professionnelle.

Trois femmes sont à la tête de ministères :

  1. Wivine Mumba Matipa, ministre de la Justice et Droits humains ;
  2. Louise Munga Mesozi, ministre du Portefeuille ;
  3. Géneviève Inagosi, ministre du Genre, famille et Enfant.

Le reste des membres de ce gouvernement sont :

  1. Affaires étrangères, Coopération internationale et Francophonie : Raymond Tshibanda ;
  2. Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires coutumières : Richard Muyej ;
  3. Plan et suivi de mise en œuvre de la révolution de la modernité : Célestin Vunabandi ;
  4. Economie et commerce : Jean-Paul Nemoyato ;
  5. Transport et Voies de communication : Justin Kalumba Mwana Ngongo ;
  6. Environnement, Conservation de la nature et Tourisme : Bavon N’sa Mputu Elima ;
  7. Ressources hydrauliques et électricité : Bruno Kapanji Kalala;
  8. Hydrocarbures : Crispin Atama Tabe ;
  9. Industrie, Petites et Moyennes Entreprises : Remy Musunganyi Bampale ;
  10. Postes, Télécommunication et Nouvelles technologies : Tryphon Kin-kiey Mulumba ;
  11. Emploi, Travail et Prévoyance sociale : Modeste Bahati Lukwebo ;
  12. Santé publique : Felix Kabange Numbi
  13. Enseignement supérieur et universitaire : Chelo Lotsima ;
  14. Agriculture et Développement rural : Jean-Chrysostome Vahamwiti ;
  15. Affaires foncières : Robert Mbuinga ;
  16. Affaires sociales, Actions humanitaire et Solidarité nationale : Charles Nawej Mundele
  17. Fonction publique : Jean Claude Kibala ;
  18. Jeunesse, Sport et Loisirs, Culture et Arts : Banza Mukalayi Sungu

Ce gouvernement compte aussi huit vices-ministres, dont trois femmes :

  1. Affaire étrangères : Tunda wa Kasende ;
  2. Coopération internationale : Dismas Magbengu ;
  3. Décentralisation et Affaires coutumières : Eugide Ngokoso ;
  4. Droits humains : Sakina Binti ;
  5. Plan : Sadok Bukanza ;
  6. Finances : Roger Shulungu ;
  7. Budget : Abuyuwe Lixa ;
  8. EPSP : Maguy Rwakabuba.

Observation critique :
Le nouveau gouvernement présente quelques points marquants par rapport à ceux qui l’ont précédé durant la première législature, mais je note les principaux (à mon sens) :

  1. C’est un gouvernement réduit (10 membres de moins par rapport à celui de MUZITO) ;
  2. Le PPRD (parti du Président Kabila) se taille la part du lion dans ce gouvernement, et le PALU de Gizenga est en réel déclin, au profit de partis moins connus comme le MSR ;

Autre constat :

–         Aucun membre de l’opposition n’y est entré (l’ADR de François Mwamba y a deux membres, mais rien n’indique qu’il est encore un parti de l’opposition, depuis le rapprochement de son leader avec le camp de la Majorité Présidentielle), ce qui tranche avec les promesses d’ouverture de Monsieur Kabila lors de son discours d’inauguration, en décembre dernier ;

–         Le nombre des femmes n’atteint toujours pas les 30 pourcent (seulement 6 femmes sur 36 membres) ;

–         Le retour d’anciens membres du gouvernement Muzito n’est pas étonnant, mais celui particulier de Monsieur Lambert Mende Omalanga l’est : s’il y avait des sondages sur les personnalités publiques les plus détestées des Congolais, je suis presque sûr qu’il viendrait parmi les premières. Il s’est distingué en effet par ses mensonges patents, ses frasques verbales, sa virulence et ses décisions aussi arbitraires qu’impopulaires (fermeture de médias, interdiction des SMS, propos discourtois, voire injurieux à l’endroit des journalistes, des défenseurs des droits humains ainsi que des personnalités étrangères, …). Son retour ne va plaire ni à l’opposition, ni à la société civile, ni aux journalistes, ni même à certaines puissances étrangères comme la Belgique. Il aurait dû rester au Parlement où il s’était trouvé une place, plus ou moins loin de nos oreilles et de nos regards…
Malgré des points négatifs, je pense qu’il y a une chance à ce que ce gouvernement peut faire la différence, et sauve la face de Kabila salie par une sale élection.
Cependant, je ne suis pas certain que le critère de l’intégrité ait été pris en compte.Parmi les défis urgents qui l’attendent figure notamment le vote du budget 2012 et le retour de la sécurité à l’est du pays (au Nord-Kivu, en particulier).

Envoyé par jean-mobert dans Le blog de Jean-Mobert N’Senga ! le 4/29/2012 06:45:00 PM

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Les Congolais seraient-ils dans une traversée du désert ?
A la Une
0 partages222 vues
A la Une
0 partages222 vues

Les Congolais seraient-ils dans une traversée du désert ?

Patrick Mbeko - 14 août 2017

[caption id="attachment_4982" align="alignleft" width="470"] Sindika Dokolo/photo https://actualite.cd[/caption] Dans l’une de ses chansons (Feu de l’amour), l’artiste JB Mpiana aborde la question du rapport du Kinois — et…

La FIDH se ravise-t-elle au sujet de Paul Kagame?
A la Une
0 partages1076 vues
A la Une
0 partages1076 vues

La FIDH se ravise-t-elle au sujet de Paul Kagame?

Charles Onana - 12 août 2017

[caption id="attachment_4966" align="alignleft" width="300"] photo ingeta.com[/caption] En plus, on n'a pas le temps de faire ce genre de chose, il faut d'abord chercher à gagner sa croûte,…

La presse locale n’en parle pas beaucoup : le feu et le sang au Kenya après les élections présidentielles
A la Une
0 partages336 vues
A la Une
0 partages336 vues

La presse locale n’en parle pas beaucoup : le feu et le sang au Kenya après les élections présidentielles

Echos d'Afrique - 12 août 2017

Soi-disant pour ne pas mettre de l'huile sur le feu la presse kenyanne reste réservée sur ce qui se passe après les élections présidentielles. La consigne est…

Les plus populaires de cette catégorie