Actualité des Grands Lacs – Semaine du 26 avril au 2 mai 2014

rdc_google mapEn RDC, ce sont les expulsions de ressortissants congolais de Brazzaville et de Pointe-Noire qui ont occupé le devant de la scène médiatique : l’opposition parle de crime contre l’humanité ou demande la rupture des relations diplomatiques, tandis que le gouvernement congolais tempère et que le maire de Brazzaville déplore et s’excuse.

Dans le domaine de la sécurité, des affrontements ont une fois encore eu lieu entre les FARDC et la milice hunde ACPLS dans les territoires de Walikale et Masisi, tandis que le gouverneur du Nord Kivu appelle une fois encore le chef de milice Cheka (NDC) à déposer les armes : cette milice paralyse les activités et suscite des déplacements de populations dans certaines régions du territoire de Walikale et de Lubero.

En Province Orientale, la mort du chef de guerre Morgan continue à susciter de nombreuses interrogations : une vidéo a été diffusée qui pose question sur les circonstances de sa mort, tandis qu’une information judiciaire a été lancée et qu’un major a été arrêté dans ce contexte. Dans la même province, des militaires sont accusés de tracasseries, de viols, d’extorsion et de pillages dans les territoires de Basoko et de Djugu. Au Kasaï Oriental enfin, des jeunes sont accusés de vandalisme suite à un conflit entre deux chefs coutumiers dans le territoire de Kabinda.

Toujours dans le domaine sécuritaire, on notera qu’un nouveau chef de la brigade d’intervention de la MONUSCO a pris la succession de l’ancien qui est comme lui tanzanien, tandis que le Mécanisme conjoint de vérification et le centre conjoint de renseignement du CIRGL, qui sont censés veiller au maintien de la paix dans la région des Grands Lacs, éprouvent des difficultés financières.

Dans le domaine politique, dix partis politiques ont été temporairement suspendus de la Majorité présidentielle : ils sont accusés d’avoir voulu former des « groupuscules » à l’intérieur de la majorité. Du côté de l’opposition, la plate-forme « Sauvons la RDC » n’a pas réussi à faire avaliser à l’Assemblée nationale sa pétition exigeant le départ du président de la CENI. En province, le sénateur d’opposition, Jacques Djoli, s’est insurgé à son tour contre la suspension des activités de l’assemblée provinciale de l’Equateur prise par le gouvernement central la semaine dernière. On signalera également que les agents de la société publique d’assurance SONAS ont organisé un sit-in : ils protestent contre le fait que leurs salaires ne sont plus versés depuis…2009. Par ailleurs le gouvernement a débloqué un montant important pour la réhabilitation et la construction d’écoles alors que 300.000 enseignants se plaignent de ne pas être payés depuis plusieurs années.

Dans le domaine de la justice, une nouvelle liste d’amnistiés a été publiée qui comprend des membres de la secte Bundu dia Kongo, des ex-combattants du M23, des Bakata Katanga, des proches du député emprisonné Diomi Ndongala, etc.

Au Burundi, l’Assemblée nationale a adopté un code électoral dont le contenu a été salué par l’opposition. Par ailleurs, le président d’un des principaux partis d’opposition, ancien candidat à l’élection présidentielle de 2010, a été interpellé à l’aéroport de Bruxelles et pourrait être refoulé dans son pays où il est recherché pour « organisation d’un mouvement insurrectionnel ».

Au Rwanda, alors que Kigali et Paris traversent une nouvelle crise diplomatique, une délégation française composée entre autres de deux parlementaires se trouve au Rwanda pour resserrer les liens entre les sociétés française et rwandaise.

Eurac

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Niger : l’opposant Hama Amadou condamné à un an de prison ferme
A la Une
0 partages68 vues
A la Une
0 partages68 vues

Niger : l’opposant Hama Amadou condamné à un an de prison ferme

Echos d'Afrique - 24 avril 2017

Ancien candidat à la présidentielle du Niger, Hama Amadou a été condamné lundi 13 mars 2017 à un an de prison ferme pour une affaire de trafic d’enfants.…

Par « excès de zèle » l’ambassadeur Olivier Nduhungirehe se rend coupable de « minimisation du génocide tutsi »
A la Une
0 partages1049 vues
A la Une
0 partages1049 vues

Par « excès de zèle » l’ambassadeur Olivier Nduhungirehe se rend coupable de « minimisation du génocide tutsi »

Emmanuel Neretse - 18 avril 2017

La période de commémoration du génocide rwandais offre l’occasion aux représentants du régime dictatorial de Paul Kagame à l’étranger d’exploiter honteusement ce drame dont il est le…

L’importance pour un peuple d’avoir des modèles
A la Une
0 partages109 vues
A la Une
0 partages109 vues

L’importance pour un peuple d’avoir des modèles

Patrick Mbeko - 17 avril 2017

En analysant le comportent de nos compatriotes qui soutiennent des leaders politiques irresponsables, inconscients et sans vision, à commencer par les Tshisekedistes et autres adeptes du RASSOP,…

Les plus populaires de cette catégorie