Rwanda. Le choix du moment par le FPR pour lancer ses guerres

Serment-sC’est toujours quand l’opinion mondiale est distraite que le FPR de Paul Kagame lance ses guerres.

Le 11 juin 2014, de graves incidents armés se sont produits à la frontière rwando-congolaise située à 25 km de la capitale provinciale du Nord Kivu. Le gouvernement rwandais a alors déclaré avoir repoussé des militaires congolais qui étaient entrés sur son territoire et en a tué cinq parmi eux. Le gouvernement de la RDC, quant à lui, parle d’un soldat congolais capturé par l’armée rwandaise sur le territoire congolais et qui par la suite fut exécuté. Il s’en est alors suivi un échange de tirs et un duel d’artillerie qui ont continué le lendemain 12 juin.

Seulement voilà : le 12 juin débute la Coupe du Monde de Football au Brésil et pendant des semaines, le monde entier aura les yeux et les oreilles braqués sur l’Amérique latine. Cet événement (le Mundial) va alors éclipser tous les autres, même les plus dramatiques comme la guerre, que les fauteurs de troubles pourront mener tranquillement et presque à huis-clos. Si donc Paul Kagame nourrissait des intentions de mener une nième guerre au Congo, le moment propice est tout trouvé car ce ne serait pas la première fois qu’il profite de la Coupe du Monde de football pour mener sa guerre à l’abri des projecteurs de l’actualité braqués sur un autre événement majeur, comme nous allons le voir.

1990 

En août 1990, l’Irak envahit le Koweït et l’annexe dans quelques jours. La communauté internationale et le monde entier seront accaparés par cet événement que l’on dirait que le monde s’est arrêté partout ailleurs et que rien ne s’y passe, surtout en Afrique. Eh bien, c’est le moment que choisissent les éléments tutsi de l’armée ougandaise et regroupés sous la bannière du Front Patriotique Rwandais (FPR) pour envahir le Rwanda. Sur le plan régional, le moment choisi pour attaquer correspondait à la période où les principaux chefs d’Etats concernés (Museveni et Habyarimana) se trouvaient à New York lors de l’assemblée générale des Nations-Unies et pour le sommet mondial pour l’enfance.

1991 

Le 17 janvier 1991, après des mois de concertation et de communication tous azimuts, les Etats-Unis lançaient l’opération « Tempête du désert » pour chasser Saddam Hussein du Koweït. Les yeux du monde entier étaient braqués sur les impressionnantes « frappes aériennes » et le monde retiendra son souffle jusqu’en février 1991. C’est le moment que choisit l’astucieux Paul Kagame, devenu entretemps commandant en chef de cette « rébellion tutsi » pour effecteur un raid spectaculaire sur la ville de Ruhengeri. L’impact tactique de ce raid restera insignifiant car la ville ne fut même pas occupée, les assaillants ayant eu juste le temps d’ouvrir la prison, d’opérer des assassinats ciblés dans la ville, de vider les coffres des banques et de repartir avec quelques otages dans le parc des Virunga d’où ils étaient venus. Par contre, cette action permit à Paul Kagame de requinquer le moral de ses combattants qui, après la débâcle du Mutara d’octobre 1990, commençaient à douter de la vision stratégique de leurs leaders qui les ont conduits dans cette aventure sans lendemains et certains commençaient à déserter le front matérialisé par les forêts bordant la frontière rwando-ougandaise. Du même coup, le FPR de Paul Kagame mettait la main sur quelques prisonniers politiques hutu qui purgeaient leurs peines dans cette prison et qui allaient désormais lui servir de preuve comme quoi sa rébellion n’était pas exclusivement tutsi.

1992 

Cette année-là, l’attention du monde est attirée sur la situation en Somalie où règnent le chaos et la famine et où les Etats-Unis viennent d’être humiliés par les insurgés qui ont exhibé au monde entier les corps des GI’s trainés derrière les pick-up dans les rues de Mogadiscio. Aux Etats-Unis-même, la campagne présidentielle qui aboutira à l’élection du démocrate Bill Clinton en novembre bat son plein. C’est le moment que choisit Paul Kagame pour tenter d’occuper une portion du territoire au Rwanda au risque de déplacer des milliers de paysans et de causer des centaines de morts parmi eux. L’offensive sera couronnée de succès, et le FPR put montrer au monde que désormais il avait son Quartier Général au Rwanda à Mulindi, et que donc, on ne devrait plus le lier à l’Ouganda, sa base arrière historique. Mais l’opinion publique mondiale ne saura jamais qu’il est parvenu à s’installer à Mulindi en commettant des pires crimes de guerre et contre l’humanité. Le monde était distrait par autre chose.

1993

Début 1993, une bombe explose au World Trade Center de New York. L’émotion est à son comble et les services de sécurité sont sur les dents. L’actualité internationale est dominée par la fin de la Tchécoslovaquie et la naissance de deux Etats distincts : la République Tchèque  et la Slovaquie. C’est le moment que choisit Paul Kagame pour quitter la table des négociations à Arusha, rompre le cessez-le-feu en lançant une vaste offensive qui lui a permis d’établir une zone tampon dans les préfectures de Byumba et Ruhengeri. C’est suite à cette violation flagrante du cessez-le-feu que près d’un million de déplacés chassés de leurs biens par le même FPR sont venus s’entasser aux portes de Kigali dans des abris de fortune baptisés alors ironiquement des « blindés ». Cette catastrophe humanitaire semblait surprendre les ONG et la communauté internationale comme s’elles découvraient subitement que Kagame ne menait pas une guerre propre comme l’avait répandu sa performante propagande. Mais c’était trop tard !

1994

En 1994, le monde entier fête la fin de l’Apartheid en Afrique du Sud et la victoire de l’ANC de Nelson Mandela désormais président d’une Afrique du Sud démocratique et multiraciale. L’Afrique est alors perçue dans les médias internationaux à travers cette image idyllique de la nouvelle  Afrique du Sud  dansante, tolérante et prometteuse. Autre événement marquant : les Etats-Unis organisent la Coupe du Monde de football et toute la presse mondiale est mobilisée pour couvrir cet événement planétaire organisé de surcroit par la seule super puissance de ce 20° siècle finissant.  C’est le moment que choisit Paul Kagame pour mener l’assaut final dans sa conquête du Rwanda entreprise quatre ans auparavant. Dans la soirée du 6 avril 1994, il assassine le président Habyarimana, il fait sortir ses troupes de leur cantonnement de l’immeuble abritant le parlement rwandais, il donne ordre à ses commandos infiltrés dans Kigali depuis des mois de passer à l’action et il lance une offensive militaire sur tout le front tout le long de la frontière avec l’Ouganda d’où des colonnes de bataillons lourdement armés partant des casernes de l’armée ougandaise convergent vers Kigali. En trois mois,  Paul Kagame se rend maître de tout le Rwanda vidé de plus de la moitié de sa population, mais de cela il en a cure ! Le 17 juillet 1994, il proclame un gouvernement dont il est l’homme fort. Le monde découvrira alors a postériori l’hécatombe qu’aura constitué la guerre éclaire de Paul Kagamé pour s’emparer du pays à l’abri des regards curieux.

…2014

Le coup d’envoi de la Coupe du Monde de Football a été donné ce 12 juin 2014 au Brésil avec le match d’ouverture Brésil-Croatie. Le monde entier aura désormais les yeux tournés vers cette fête mondiale du football pendant au moins un mois. Mais depuis ce 11 juin, le Rwanda a aussi lancé les hostilités contre la RDC en s’attaquant aux Forces Armées de ce pays et l’armée rwandaise déclare fièrement en avoir tué une demi-douzaine dès le premier jour ! Cet incident survenant en plein processus de reddition de la rébellion hutu des FDLR qui annoncent l’abandon de la lutte armée ne peut que provoquer des inquiétudes. En effet, le régime de Paul Kagame a toujours pris pour prétexte l’existence des FDLR pour justifier ces occupations répétitives de la RDC, la création et le soutien aux multiples rébellions qui ont déstabilisé l’Est de la RDC, ainsi que pour jouir de l’impunité pour les crimes commis au Rwanda et en RDC par l’armée tutsi de Paul Kagame. Il est à craindre que, comme à son habitude, Paul Kagame ne vienne de déclencher en ce 11 juin 2014, à la veille de la Coupe du Monde de football, un événement qui retiendra toute l’attention du monde et qui éclipsera tous les autres pendant des semaines : une nouvelle guerre contre la RDC et dont on ne mesurera l’ampleur que beaucoup plus tard.

Last but not least ! Paul Kagame a organisé l’assassinat du général Kayumba Nyamwasa en Afrique du Sud quand ce pays organisait la coupe du monde de football en 2010. Et l’assassinat du colonel Patrick Karegeya fut opéré dans le même pays durant les fêtes de fin d’année 2013. Dans les deux cas, le monde était préoccupé par autre chose.

Le gouvernement congolais devrait savoir que l’austère Paul Kagame, loin d’être distrait par la coupe du monde, profite de cette période de black-out médiatique sur le reste des évènements à travers le monde, pour lancer ses conquêtes. Le Rwanda, dont il est maître depuis 20 ans, ne l’a-t-il pas conquis pendant la période de la Coupe du Monde de football organisée aux Etats-Unis en 1994 quand le monde était distrait comme en ce mois de juin 2014? Les Rwandais l’ont appris à leurs dépens. A bon entendeur, Salut !

Emmanuel Neretse
13/06/2014

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Vers l’effondrement de la RDC ?
A la Une
0 partages469 vues
A la Une
0 partages469 vues

Vers l’effondrement de la RDC ?

Echos d'Afrique - 7 juin 2017

L'article ci-après a été rédigé par Andrew Korybko, un  commentateur politique américain et publié sur le site Katehon.com. Sa traduction en français a été publiée sur lesakerfrancophone.fr. L'idée générale est que…

Kigali/Rwanda : des enfants de la rue brûlés vifs dans des égouts de la capitale
A la Une
0 partages20167 vues2
A la Une
0 partages20167 vues2

Kigali/Rwanda : des enfants de la rue brûlés vifs dans des égouts de la capitale

Emmanuel Neretse - 3 mai 2017

Rwanda. Horreur à Kigali, cynisme à Bruxelles [caption id="attachment_4875" align="alignleft" width="250"] Des restes effets personnels des enfants brûlés vifs[/caption] En date du 28 avril 2017, les services…

Niger : l’opposant Hama Amadou condamné à un an de prison ferme
A la Une
0 partages301 vues
A la Une
0 partages301 vues

Niger : l’opposant Hama Amadou condamné à un an de prison ferme

Echos d'Afrique - 24 avril 2017

Ancien candidat à la présidentielle du Niger, Hama Amadou a été condamné lundi 13 mars 2017 à un an de prison ferme pour une affaire de trafic d’enfants.…

Les plus populaires de cette catégorie