Jean-François Dupaquier, un journaliste «indépendant» ou un militant du FPR ?

Jean-François Dupaquier/photo France-inter

Jean-François Dupaquier/photo France-inter

 

 

 

 

En réaction à l’article que j’ai publié en août 2014 sur le site http://www.musabyimana.net/, et dans lequel je pointais du doigt la connivence d’un certain Richard Mugenzi souvent requis pour charger les opposants au régime de Paul Kagame devant diverses instances judiciaires, avec le journaliste français Jean François Dupaquier, ce denier a demandé et obtenu un droit de réponse qui vient d’être publié sur le même site. Son droit de réponse appelle cependant quelques observations de ma part et que moi aussi j’ai le droit d’exprimer.

D’abord on notera que :

1. Monsieur Dupaquier se considère au dessus de tous les autres humains surtout les Hutu rwandais. En effet il a le « culot » de verser des larmes de crocodile en prétendant que l’on aurait sali son honneur en soupçonnant qu’il serait au service de la dictature de Paul Kagame et de son parti FPR. Il oublie que cette même année 2014 lors du procès de Pascal Simbikagwa devant la Cour d’Assises de Paris, il avait scandalisé plusieurs rwandais et s’était ridiculisé quand il a passé des heures à clamer que les jeunes hutu rwandais «  subissaient un rite initiatique qui consistait à violer des jeunes filles tutsi ». Certains en ont été tellement choqués qu’ils ont constitués des collectifs pour porter plainte contre cette diabolisation de tout un peuple par un journaliste mû par on sait quelles visées. Et c’est au moment où toutes ces procédures engagées sont encore en cours que le même Dupaquier crie que « l’on s’en prend à son honneur », alors que lui n’avait pas hésité à s’en prendre à l’honneur de toute une ethnie (les Hutu) qualifiées par lui-même de « violeurs par tradition ».

2. En reconnaissant qu’il a écrit un livre grâce aux dires de Richard  Mugenzi, il devrait admettre ainsi que l’on puisse au moins l’assimiler à un escroc notoirement connu qu’est le même Mugenzi.  Si Monsieur Dupaquier ne participe pas aux escroqueries de Mugenzi, il reconnaît au moins qu’il est son acolyte notamment pour la rédaction de son livre plein de mensonges mais dont il recommande la lecture. Or, Richard Mugenzi répond parfaitement à la définition d’un escroc comme même la propose Monsieur Duapquier dans son droit de réponse :  le nom « escroc » caractérise « une personne qui escroque », ce qui renvoie au verbe « escroquer » ainsi défini : « Tirer profit par fourberie, par manœuvre frauduleuse ». Le Petit Robert précise que « l’escroquerie est un délit qui consiste à s’approprier  le bien d’autrui en usant de moyens frauduleux ». En effet Richard Mugenzi parcourt le monde depuis 1994 en se présentant comme « un ancien agent des services secret rwandais du régime de Habyrimana ». Or, c’est totalement faux car il était un simple fonctionnaire « civil » à la préfecture de Gisenyi. Comme il est payé pour ces fonctions usurpées, il s’agit donc bien d’un escroc. Il prétend avoir été un opérateur radio qui était intégré dans le réseau de commandement des FAR. Or, il n’en est rien. Comme il en tire des bénéfices financiers, c’est un escroc. Monsieur Dupaquier lui-même indique qu’outre lui avoir aidé à écrire son livre, il est venu en France pour continuer à raconter ces mensonges et en être rémunéré. Si Monsieur Dupaquier ne peut pas être qualifié d’escroc sur ces faits – ce qui par ailleurs n’a jamais été le cas – il peut tout au moins apparaître comme un complice d’un escroc et affabulateur qu’est Richard Mugenzi ou alors son « caïd ».

3. Il est vrai que les agissements de Jean François Dupaquier amènent à se poser la question de savoir s’il s’agit d’un journaliste corrompu ou d’un militant du parti FPR du dictateur Paul Kagame. Sinon comment oserait-il désinformer aussi maladroitement l’opinion ? Il persiste à crier qu’une expertise balistique aurait conclu à la désignation de l’endroit du départ des missiles qui ont abattu l’avion présidentiel comme étant le camp de Kanombe alors tenu par les militaires des FAR. Or, seul une soi-disant expertise acoustique a prétendu que le départ des missiles pouvait se situer dans le domaine militaire de Kanombe sur base des simulations effectuées en… 2011 dans un domaine militaire situé… au centre de la France! Quand le Petit Robert nous dit que «  la balistique est la science du mouvement des projectiles » ; tandis que l’acoustique « est une partie de la physique qui traite des sons et des ondes »,  on se demande pourquoi le « journaliste » Dupaquier confond ces deux notions. Mais surtout on se pose la question de savoir comment peut-il croire que tous ses lecteurs entretiendront aussi cette confusion dans leur esprit.

4. Monsieur Dupaquier étonne également quand il se montre « plus catholique que le Pape » ou quand il se mue en voyant.  Il continue en effet à affirmer que le FPR de Paul Kagame n’est pas responsable de l’attentat du 6 avril 1994, alors que les preuves et les témoignages à charge se sont accumulés malgré les tentatives du dictateur de les faire taire (assassinats, arrestations, corruptions,…). M. Dupaquier oublie même que son idole Paul Kagame a lui-même un jour admis avoir commis ce forfait quand il a lancé : « Cet avion transportait des chefs militaires avec qui j’étais en guerre, donc je devais l’abattre comme eux aussi pouvaient m’abattre s’ils le pouvaient ». Notre ancien maquisard devenu chef d’Etat oublie que l’avion était un aéronef civil même si parmi les passagers il y avait des militaires. Selon sa logique, tous les avions qui sillonnent le ciel seraient à abattre car l’on pourrait trouver à bord de chacun d’un au moins un militaire ou un ancien militaire ! De plus, Paul Kagame n’a jamais su qu’en avril 1994, au Rwanda on était en temps de paix car la guerre avait été déclarée finie en août 1993 avec la signature de l’accord d’Arusha.  Quand Monsieur Dupaquier affirme qu’il sait que le juge Trévidic va prononcer un non lieu général pour les proches de Kagame, ou bien il se mue en voyant ou alors il est dans le secret de l’instruction (ce qui n’est pas plus rassurant) mais en tout cas il n’est plus dans le rôle de journaliste.

Bref, le droit de réponse qu’a exigé et obtenu Monsieur Dupaquier nous laisse sur notre faim  car il ne répond pas aux questions que nous nous sommes toujours posés sur lui : est-il un journaliste corrompu à la solde de Paul Kagame ou un militant de son parti FPR ?

Emmanuel Neretse
07/10/2014

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Kigali/Rwanda : des enfants de la rue brûlés vifs dans des égouts de la capitale
A la Une
0 partages19489 vues2
A la Une
0 partages19489 vues2

Kigali/Rwanda : des enfants de la rue brûlés vifs dans des égouts de la capitale

Emmanuel Neretse - 3 mai 2017

Rwanda. Horreur à Kigali, cynisme à Bruxelles [caption id="attachment_4875" align="alignleft" width="250"] Des restes effets personnels des enfants brûlés vifs[/caption] En date du 28 avril 2017, les services…

Niger : l’opposant Hama Amadou condamné à un an de prison ferme
A la Une
0 partages210 vues
A la Une
0 partages210 vues

Niger : l’opposant Hama Amadou condamné à un an de prison ferme

Echos d'Afrique - 24 avril 2017

Ancien candidat à la présidentielle du Niger, Hama Amadou a été condamné lundi 13 mars 2017 à un an de prison ferme pour une affaire de trafic d’enfants.…

Par « excès de zèle » l’ambassadeur Olivier Nduhungirehe se rend coupable de « minimisation du génocide tutsi »
A la Une
0 partages1449 vues
A la Une
0 partages1449 vues

Par « excès de zèle » l’ambassadeur Olivier Nduhungirehe se rend coupable de « minimisation du génocide tutsi »

Emmanuel Neretse - 18 avril 2017

La période de commémoration du génocide rwandais offre l’occasion aux représentants du régime dictatorial de Paul Kagame à l’étranger d’exploiter honteusement ce drame dont il est le…

Les plus populaires de cette catégorie