Rwanda-Union Européenne : Cacophonie diplomatique ?

Les positions des représentants successifs de l’Union Européenne à Kigali sont-elles réellement celles de cette institution qu’ils sont censés représenter ?

Michael Ryan et Paul Kagame/igihe.com

Sur le site pro-gouvernemental rwandais « igihe.com » dans son édition du 23 mars 2015, le journaliste Deus Ntakirutimana rapporte en Kinyarwanda les propos du représentant de l’Union Européenne au Rwanda, l’ambassadeur Michael Ryan. Pour ce diplomate, l’Union Européenne ne s’offusquerait pas à ce que Paul Kagame fasse amender la Constitution pour se maintenir au pouvoir.

Répondant au journaliste qui lui demandait comment l’Union Européenne accueillerait l’amendement de la Constitution pour permettre à Paul Kagame de briguer un troisième voire un quatrième mandat, Michael Ryan aurait  répondu que l’Union Européenne n’y verrait aucun problème dès lors que le peuple rwandais souhaite que Kagame reste leur chef. Il aurait ajouté que même au sein de l’Union Européenne qui comprend 29 pays, les constitutions de certains pays ne limitent pas les mandats de leurs présidents ou chefs de gouvernement.

Contexte régional

Ces propos, tenus par un diplomate en poste dans la région des Grands Lacs où justement le débat fait rage pour décourager les chefs d’Etats qui tenteraient de trafiquer leurs constitutions afin de se maintenir indéfiniment au pouvoir, semblent pour le moins  étonnants et certainement méprisants envers le peuple rwandais. En effet, comment comprendre que l’Union Européenne, qui ne mâche pas ses mots pour exprimer au président en fonction en RD-Congo de ne pas tenter de briguer un autre mandat, qui exerce des pressions énormes sur le président sortant du Burundi voisin de ne pas se représenter pour un autre mandat, ose dire que Kagame peut briguer autant de mandats qu’il voudrait et que l’Union Européenne n’aurait rien à y redire ?

Quand on pense que les pays où la même Union Européenne est très engagée pour décourager les chefs d’Etats qui voudraient s’accrocher au pouvoir sont nettement plus démocratiques que le Rwanda sous le régime dictatorial de Paul Kagame, l’on se demande si l’UE, dans un agenda caché, voudrait promouvoir des dictatures « à la Kagame » en Afrique contrairement à sa position officielle, celle de promouvoir la démocratie partout dans le monde.

Incompréhension sur le comportement du Représentant de l’UE au Rwanda

Quiconque connaît un peu les usages et les déclarations publiques des diplomates, commencerait à dédouaner l’ambassadeur Michael Ryan. On pourrait penser qu’ il aurait peut-être été piégé par un journaliste zélé prêt à déformer ses propos pour les besoins de la propagande qui fait rage au Rwanda en vue de l’amendement de la Constitution. Mais d’autres parleraient d’un dérapage d’un diplomate qui confond ses convictions personnelles et la position de l’institution qu’il représente.

Précédent

Le prédécesseur de Michael Ryan, l’ambassadeur Michel Arrion, avait lui aussi surpris l’opinion publique quand, en 2010, il a salué l’arrestation de l’opposante Victoire Ingabire qui, rentrant d’un exil de plus de 16 ans, venait au Rwanda pour mener une lutte politique pacifique. Michel Arrion n’avait pas hésité à déclarer que cette femme (Victoire Ingabire) méritait son sort car elle venait mettre l’huile sur le feu au Rwanda. Nous avions à l’époque dénoncé cette prise de position d’un représentant d’un des plus puissants blocs politiques et économiques de ce monde qu’est l’Union Européenne et de surcroît un des plus grands bailleurs de fonds du Rwanda, mais qui n’hésite pas à dénier au peuple rwandais le droit à la démocratie et à la liberté et fait plutôt la promotion d’une des dictatures les plus féroces d’Afrique.

Interrogations

Aujourd’hui le représentant de l’UE déclare, selon la presse officielle de Kigali en langue Kinyarwanda, que l’institution qu’il représente, n’aurait rien à redire si Kagame changeait la Constitution afin de se maintenir indéfiniment au pourvoir.

Face à ce constat l’on est en droit de se poser quelques  questions :

1. Quelle est la position officielle de l’Union Européenne sur le respect des principes démocratiques et la liberté d’opinion en ce qui concerne le Rwanda ? Quand il a affirmé que l’opposante Victoire Ingabire n’avait pas à rentrer au Rwanda pour exercer ses droits politiques, l’ancien représentant de l’UE à Kigali Michel Arrion, exprimait-il la position de l’UE ou plutôt sa propre position ?

2. Quelle est la position de l’Union Européenne quant aux velléités du président Paul Kagame d’amender la Constitution afin de se maintenir indéfiniment au pouvoir ? Doit-on prendre la position exprimée par l’actuel représentant de l’UE à Kigali comme la position de cette organisation européenne ou comme son propre point de vue ?

Nous posons ces questions sans nous faire d’illusion quant aux éventuelles réponses de la part des concernés.

Emmanuel Neretse
25/03/2015

 

Vous pourriez être intéressé(e)

CONGO-RWANDA : La difficile recherche de la vérité
A la Une
0 partages23 vues
A la Une
0 partages23 vues

CONGO-RWANDA : La difficile recherche de la vérité

Luc Marchal - 22 janvier 2020

Contribution externe: Article d’opinion soumis pour publication par le Colonel Luc Marchal, Ancien commandant Secteur Kigali/MINUAR.   Alors que l’attentat sur l’avion du président Habyarimana, le 6…

Rwanda. Le génocide est devenu une arme de tous les calibres. Le cas de Jacqueline Mukangira en est une bonne illustration
A la Une
0 partages2587 vues
A la Une
0 partages2587 vues

Rwanda. Le génocide est devenu une arme de tous les calibres. Le cas de Jacqueline Mukangira en est une bonne illustration

Jules Akapatcho - 20 janvier 2020

Au Rwanda, le génocide est mêlé à toutes les sauces. Être rescapé du génocide est devenu un statut convoité car il donne accès à l’avoir et au…

Rwanda. Juvénal Habyarimana. La ligne de crête de sa trajectoire. Mémoires du colonel Laurent Serubuga
A la Une
0 partages345 vues
A la Une
0 partages345 vues

Rwanda. Juvénal Habyarimana. La ligne de crête de sa trajectoire. Mémoires du colonel Laurent Serubuga

Gaspard Musabyimana - 16 janvier 2020

Le 06 avril 1994, le président Juvénal Habyarimana est assassiné dans le ciel de Kigali alors qu’il rentre de Dar es Salam où il a participé à…

Les plus populaires de cette catégorie