François Bugingo : chute d’une icône médiatique ou neutralisation d’un escroc ?

François Bugingo /photo lapresse.ca

François Bugingo /photo lapresse.ca

Les milieux médiatiques du Canada et du monde entier sont secoués par l’affaire « François Bugingo » du nom de ce journaliste rwando-canadien qui vient d’être reconnu comme un affabulateur étant donné que tous les reportages qu’il a vendus pendant des années aux plus grands médias du Québec étaient « bidonnés ». Mais seuls les non-rwandais seraient choqués de découvrir cette supercherie de la part d’un « journaliste » dont les déclarations faisaient autorité non seulement dans les médias mais aussi dans les services de police et la justice du Canada.

Nombre d’observateurs rwandais se demandaient comment les médias canadiens étaient tombés dans le panneau jusqu’à croire aux récits abracadabrantesques de ce Tutsi du Masisi qui n’est arrivé pour la première fois au Rwanda qu’en 1995 dans le sillage de la conquête du Rwanda par le FPR, mais qui a raconté avoir couvert la guerre et le génocide depuis 1990 en décrivant des scènes avec moult détails.

Dans l’affaire Léon Mugesera, les commentaires de François Bugingo ont été d’un poids décisif qui a poussé les instances judiciaires à l’extrader au Rwanda pour un discours prononcé en 1992. Plusieurs Rwandais d’éthnie hutu qui ont eu le malheur de croiser François Bugingo ou dont il connaissait seulement les noms seront harcelés par la police et les services d’immigration du Canada car dénoncés ou accusés par une célébrité journalistique et reporter de guerre dont la parole ne pouvait être jamais mise en doute.

Les Rwandais qui suivent la presse canadienne en étaient arrivés à se demander comment de tels mensonges pouvaient gobés. Et voilà que la bulle éclate et tout le monde feint de s’indigner. Mais entretemps qui va réparer les dégâts causés par l’escroc médiatique François Bugingo et surtout indemniser ses victimes ? Pourtant d’autres journalistes canadiens n’ont pas cessé de répéter « …ça ne s’est pas passé comme ça… »[i], mais leurs voix étaient chaque fois étouffées par le vacarme de François Bugingo.

Ainsi va le monde.

Jane Mugeni
27/05/2015

A lire sur le même sujet :

François Bugingo: des reportages inventés de toutes pièces

 

[i] Allusion faite au livre de Robin Philipot, Ça ne s’est pas passé comme ça à Kigali, Les Intouchables, septembre 2005.

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Interview « imaginaire » de  Stéphane Audoin-Rouzeau au Courrier de l’Idaho
A la Une
0 partages334 vues
A la Une
0 partages334 vues

Interview « imaginaire » de Stéphane Audoin-Rouzeau au Courrier de l’Idaho

EdA Press - 1 avril 2020

L'interview ci-après est imaginaire. Elle est supposée avoir a été réalisée à Paris le 1er avril 2020 sous forme humoristique. En effet, le 1er avril est par excellence le…

République de Djibouti_Covid-19 : le confinement sans accompagnement, un risque pour la paix sociale.
A la Une
0 partages186 vues
A la Une
0 partages186 vues

République de Djibouti_Covid-19 : le confinement sans accompagnement, un risque pour la paix sociale.

Kadar Abdi Ibrahim - 1 avril 2020

La République de Djibouti n’a pas été dotée d’infrastructures sanitaires à même de répondre aux besoins de la population. C’est dans cette situation de faillite totale que…

Déclaration  « imaginaire » à l’AFP du Pr Vincent Duclert de la commission d’historiens chargée d’étudier les archives françaises relatives aux événements du Rwanda
A la Une
0 partages408 vues
A la Une
0 partages408 vues

Déclaration « imaginaire » à l’AFP du Pr Vincent Duclert de la commission d’historiens chargée d’étudier les archives françaises relatives aux événements du Rwanda

EdA Press - 1 avril 2020

La déclaration ci-après est imaginaire. Elle est supposée avoir a été réalisée à Paris le 1er avril 2020 sous forme humoristique. En effet, le 1er avril est par excellence…

Les plus populaires de cette catégorie