Pourquoi Paul Kagame ne peut faire ni souhaiter du bien pour le peuple rwandais


Introduction

Dans la perspective du simulacre d’élections d’août 2017  qui doit entériner la décision du dictateur Paul Kagamé de rester Président du Rwanda aussi longtemps qu’il le voudrait, ses thuriféraires dont  en tête un certain Olivier Nduhungirehe, son tonitruant « hutu de service » faisant office d’ambassadeur en Belgique en tête, ont initié un faux débat sur Internet en prétendant faire comprendre que seul leur maître Paul Kagame serait la seule personne au monde ayant la capacité de présider aux destinées du Rwanda.  Certains débateurs de bonne foi sont tombés dans le piège et ont laissé les chantres de Kagame étaler leurs arguments à force de statistiques et autres articles de presse orientés: Kagame serait bien inspiré, aurait une vision,  et œuvrerait pour le développement du Rwanda et le bien-être de sa population… Sans tomber dans le même piège de ce faux débat, cet article vise à dire clairement que Paul Kagamé ne peut faire ni souhaiter du bien pour le peuple rwandais.

L’homme

Déjà en avril 2016, nous avions souligné que sa conquête du Rwanda constituait un malheureux accident de l’Histoire.

Cet homme règne donc depuis 1994 sur le Rwanda et il est rongé par plusieurs complexes qui font qu’il se moque du développement du Rwanda et du bien-être de sa population, mais qui, au contraire, le poussent à écraser ce peuple. Ayant connu une enfance et une jeunesse malheureuses mais se retrouvant à moins de 40 ans d’âge à la tête d’un pays qu’il ne connaissait que de nom, son premier réflexe est de « se rattraper » : s’accaparer des richesses mêmes celles dont il n’aurait pas logiquement besoin.  En même temps rattraper son retard de ce qu’il n’a pas pu vivre dans son adolescence et sa jeunesse : des voyages somptueux incessants et sans objets dans ses jets privés et des séjours couteux dans les plus chers hôtels du monde. Se faisant, il pense ainsi prendre sa revanche sur l’Histoire, ce qui est somme toute loin des intérêts du peuple rwandais qui paie de leur sueur tous ses fantasmes.

Paul Kagame n’avait et n’a rien  toujours à offrir au pays

N’ayant pas été scolarisé et étant intellectuellement nul, Paul Kagame n’avait rien à apporter au Rwanda en tant que pays et encore moins à son peuple qu’il haïssait. Conséquence ce de complexe : il devait s’atteler et s’attèle toujours à niveler vers le bas tout son entourage. Celui-ci doit être constitué de « Hutu de service » soumis et dociles qui ne peuvent oser le contredire ou même émettre un avis, ou alors de Tutsi incompétents, malades ou criminels recherchés et donc des hors-la-loi. Parallèlement, ce complexe l’emmène  à vouer une admiration et un culte quasi divin aux magnats mondiaux de la Finance et de l’Industrie. Il les supplie d’être ses maîtres à penser et les vrais patrons de l’entreprise commerciale qu’est son  « Rwanda ».

Paul Kagame n’avait et n’a toujours rien à offrir à la population

A la tête du Rwanda, Paul Kagame est toujours miné par le complexe féodal. Pour lui « un Hutu non soumis est dangereux ». D’où la promotion des seules femmes hutu qui, en plus de ne pas lui causer de problèmes politiques, doivent soumettre leurs maris hutu désormais vivant à leurs basques, et ensuite elles seront présentées comme un signe de « développement »   à cause de cette « promotion de la femme » sur l’échelle de laquelle son régime est classé dans le Top dix mondial. Un leurre  mais bien bénéfique pour sa propagande politique.

L’autre effet des complexes qui rongent Paul Kagame depuis sa venue d’Ouganda,  est celui de penser que les familles ou clans hutu pourraient se sentir solidaires et à la longue sympathiser ou s’entraider pour surmonter les effets de la soumission aux conquérants  de la clique de Paul Kagame venue d’Ouganda. Pour contrer cette menace, il s’emploie à semer la zizanie et la haine dans les familles et clans hutu . C’est pour exacerber cette haine et zizanie qu’une  Loi controversée  sur la succession des héritages a été promulguée. Désormais les familles au sens large du terme sont déchirées car outre les frères et sœurs qui doivent partager les propriétés de leurs parents comme héritage, les beaux-fils, neveux ou nièces de deuxième degré, souvent inconnues des anciens héritiers légitimes, sont poussés par le régime à se manifester pour semer la pagaille dans la famille élargie. Embourbées dans ces chicanes intestines, ils n’auront plus le temps de penser à leur triste sort politique qu’est celui des populations soumises et sans droits politiques dans leur propre pays.

Voici donc pourquoi nous disons sans ambages que Paul Kagame ne peut faire ni souhaiter du bien au peuple rwandais.

Enfin, son atout mais qui sera aussi son talon d’Achille, c’est son armée. Paul Kagame se prostitue aux multinationales en leur servant de bras armés dans la région. Pour ce faire, son armée n’est qu’une milice prête à être déployée ouvertement (ONU) ou secrètement (Special Forces dans les services de sécurité civiles des multinationales) pour défendre les intérêts de ces multinationales. Quid si son opposition parvenait à faire comprendre à ces multinationales qu’en investissant dans le seul criminel Paul Kagame, elles se trompent ; que les autres politiques peuvent mieux garantir les intérêts des mêmes puissances qui dirigent le monde  et que ces mêmes milices jouant  actuellement office de son armée ne perdraient rien de leurs privilèges pourvu qu’elles laissent le peuple se déterminer même sans Paul Kagame?

Emmanuel Neretse

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Rwanda 2017 : Le paroxysme dans le sacrifice d’un peuple sur l’autel de la géopolitique.
A la Une
0 partages783 vues
A la Une
0 partages783 vues

Rwanda 2017 : Le paroxysme dans le sacrifice d’un peuple sur l’autel de la géopolitique.

Emmanuel Neretse - 15 juillet 2017

Introduction   Que se passera-t-il au Rwanda le 04 août 2017 ? RIEN, sauf que tous les médias du monde rappellerons à l’opinion que Paul Kagame avait été…

Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose !
A la Une
0 partages1026 vues
A la Une
0 partages1026 vues

Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose !

Hervé Cheuzeville - 5 juillet 2017

En histoire, on dit souvent qu’un mensonge mille fois répété finit par devenir une vérité. Ce fut le cas depuis l’antiquité. Le récit des guerres puniques, puis…

Pour en finir avec les accusations mensongères d’un état criminel et terroriste
A la Une
0 partages675 vues
A la Une
0 partages675 vues

Pour en finir avec les accusations mensongères d’un état criminel et terroriste

Michel Robardey - 1 juillet 2017

[caption id="attachment_4897" align="alignleft" width="601"] Hassan Jallow et Paul Kagame[/caption] "Au moment où la propagande visant à instrumentaliser le génocide rwandais via les médias pro-FPR fait rage en…

Les plus populaires de cette catégorie