Le fait génocidaire au Rwanda. Le processus de son expansion en Afrique des Grands Lacs et les stratégies de son éradication

Soucieux de connaître les origines des génocides perlés que connaissent le Rwanda et ses pays voisins de l’Afrique des Grands Lacs, l’auteur du présent ouvrage tente d’abord de décrypter juridiquement, sociologiquement, historiquement et politiquement le phénomène et le concept de génocide. De manière objective, il démontre que le Rwanda est une société par essence violente, criminogène, et, hélas !, « génocidogène ».

Il prouve que le Rwanda, jusqu’à ce jour, a connu plus de sept génocides, dont quatre au cours du 20ème siècle. Il démontre que les réfugiés tutsi rwandais ont répandu le « fait génocidaire » au Burundi où plus de deux génocides ont emporté près d’un million de vies de Hutu burundais, en Ouganda où les Acholi et les Baganda ont été victimes de ce même crime, en République Démocratique du Congo où la théorisation du « fait génocidaire » dans la Région des Grands Lacs a été peaufinée et a permis la commission de deux génocides dirigés contre les Hutu et les Bantous du Congo et qui ont fait plus de sept millions de victimes.

Curieusement, pour renforcer les assises de ce « fait génocidaire » combien porteur de grandes richesses, pour mieux manipuler et obnubiler la conscience de la communauté régionale et internationale afin de camoufler les actes criminels commis sans cesse, le génocide est transformé en fonds de commerce.

Le présent ouvrage est sans doute parmi l’un des premiers écrits à exposer sans détours l’implication des Tutsi dans les génocides à répétition au Rwanda et dans ses pays voisins. Il indique enfin comment il serait possible de guérir le Rwanda et la région des Grands lacs de ce phénomène destructeur qu’est le génocide. Son argumentaire est fort, convainquant et par-dessus tout, solide.

Détenteur d’un Ph.D en Droit International de l’Université de Kiev (Ukraine), spécialiste de l’Afrique des Grands Lacs, chercheur en Gestion des Conflits, Professeur et Doyen honoraire des Facultés de Droit à l’Université Catholique du Graben-Butembo et au Centre Universitaire de l’Ituri à Bunia, extension de l’Université de Kisangani en République Démocratique du Congo, Pierre Claver MUPENDANA est, depuis 2006, Président Fondateur de l’Institut Universitaire pour la Paix et le Développement de l’Afrique au Bénin.

 

Pour commander ce livre , envoyez un message à info@editions-scribe.com

 

Vous pourriez être intéressé(e)

La justice belge devrait bientôt interroger certaines personnalités rwandaises et belges pour des propos diffamatoires à l’encontre de Jambo asbl
A la Une
0 partages175 vues
A la Une
0 partages175 vues

La justice belge devrait bientôt interroger certaines personnalités rwandaises et belges pour des propos diffamatoires à l’encontre de Jambo asbl

Jane Mugeni - 2 août 2020

Jambo ASBL est une association sans but lucratif enregistrée à Bruxelles et regroupant des jeunes d'origine rwandaise vivant principalement en Belgique. La plupart de ces jeunes sont…

France-Rwanda. Affaire Ntiwiragabo ou diversion d’un français agent du dictateur Paul Kagame
A la Une
0 partages1407 vues
A la Une
0 partages1407 vues

France-Rwanda. Affaire Ntiwiragabo ou diversion d’un français agent du dictateur Paul Kagame

Emmanuel Neretse - 30 juillet 2020

Il y a quelques jours un certain Théo Englebert s'est répandu dans la presse en clamant avoir “débusqué un Rwandais recherché qui se cachait en France”. Il…

Suspect du génocide rwandais retrouvé en France: une «justice à géométrie variable», selon Hervé Cheuzeville
A la Une
0 partages566 vues
A la Une
0 partages566 vues

Suspect du génocide rwandais retrouvé en France: une «justice à géométrie variable», selon Hervé Cheuzeville

Christine H. Gueye - 29 juillet 2020

La procédure judiciaire ouverte contre Aloys Ntiwiragabo, ex-chef des renseignements militaires, retrouvé –selon Mediapart– près d’Orléans, marque-t-elle une nouvelle étape dans la traque aux génocidaires rwandais? Au…

Les plus populaires de cette catégorie