Rwanda : le corona virus au service de la dictature

L’avènement du corona virus a bouleversé les habitudes de vie dans le monde entier. La Chine fut le premier pays à être touché. Elle a pris une grave décision de maintenir en confinement et en isolement de millions d’habitants dans la ville de Wuhan fin décembre 2019 début janvier 2020. Malgré cela, il lui a été reproché d’avoir  tardé à reconnaître la dangerosité de l’épidémie car ces mesures sont arrivées sur le tard. Elle avait même arrêté des médecins qui tentaient de donner l’alerte fin décembre 2019.

 

Aujourd’hui, la pandémie est mondiale et des mesures de confinement sont généralisées dans tous les pays de la planète Terre.

 

Au Rwanda, le corona virus a été évoqué pour la première fois par le président de la République Paul Kagame. C’était le 16 février 2020 dans son discours d’ouverture de la 17è rencontre des cadres de l’administration publique et du secteur privé.

 

Devant des centaines de participants médusés, Paul Kagame a justifié pourquoi il avait renvoyé du gouvernement Dr Diane Gashumba, ministre de la Santé.

 

Selon le président, Diane Gashumba n’avait pas obtempéré à sa demande de soumettre aux examens préalables du corona virus tous les participants aux assises de Gabiro avant qu’ils se rendent sur les lieux. Evidemment le public a applaudi, mais il n’y a rien compris car aucun cas de corona virus n’avait jamais été officiellement déclaré au Rwanda.

 

Mais le virus était là et le président en était informé. A en croire les réseaux sociaux, les cas du corona virus ont été détectés au Rwanda, mais la consigne était de ne pas divulguer l’information pour ne pas faire capoter le sommet du Commonwealth prévu à Kigali en juin de cette année et dont le Rwanda attend beaucoup de retombées. Aucun doute que dans le cadre du monitoring en usage, la ministre de la santé en avait informé l’OMS, ce qui aurait effarouché le président Kagame jusqu’à la renvoyer.

 

En effet, il a fallu que l’ambassade des Pays Bas à Kigali dénonce le comportement irresponsable des autorités rwandaises de cacher l’avènement de cette pandémie au Rwanda pour que le ministère de la Santé se décide à sortir un communiqué reconnaissant que le pays faisait face à ce fléau.

Evidemment, des mesures spectaculaires furent prises dont celles de fermer des écoles, des universités et des lieux de culte dès le 15 mars et cela jusqu’à nouvel ordre. Dans les administrions publiques et privées, le télétravail est vivement encouragé, ce qui est par ailleurs illusoire dans un pays où l’électricité est rationnée. Les déplacements ont été également réduits, ce qui arrange aussi le système dictatorial qui a instauré, depuis des années, des contrôles sur bon nombre d’axes routiers.

 

Dans une émission à   radioinkingi.com, Kayumba Rugema, un ancien officier de l’armée de Paul Kagame, a fait état de l’utilisation du corona virus à des fins criminelles. Il a révélé que le corona virus est bien présent dans des prisons rwandaises. Or quand on sait que les prisons au Rwanda sont bondées et qu’aucune « distanciation sociale » n’est possible, il est facile de s’imaginer ce qu’il peut advenir comme dégâts en vie humaines.

 

Selon des informations de ses collègues encore au Rwanda, Kayumba Rugema a déclaré que dans la prison de Mulindi, dans les faubourgs de la capitale, on a déjà recensé au moins 20 décès suite au corona virus.

 

Cette révélation de Kayumba Rugema, si elle est confirmée, est inquiétante, car tous les opposants politiques présents dans les geôles rwandaises risquent de périr, sous prétexte de corona virus.

 

Jane Mugeni

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

L’UE tolérera-t-elle que Kagame assassine même des diplomates européens de haut niveau?
A la Une
0 partages366 vues
A la Une
0 partages366 vues

L’UE tolérera-t-elle que Kagame assassine même des diplomates européens de haut niveau?

Joan Carrero - 1 mars 2021

Les politiciens, les “experts”, les universitaires et les grands médias qui sont à la solde de Paul Kagame et de ses puissants parrains savent toujours instantanément qui…

Droit de réponse : Quand le Figaro contribue à la ‘damnatio memoria’ des Gadaboursi
A la Une
0 partages939 vues
A la Une
0 partages939 vues

Droit de réponse : Quand le Figaro contribue à la ‘damnatio memoria’ des Gadaboursi

Mohamed Qayaad - 1 mars 2021

Objet : Droit de réponse à votre article « La Somalie est-elle au bord de la guerre civile ? » parue de votre édition en ligne du…

RWANDA. Rampzalige mensenrechtensituatie in Rwanda: afleiding door pro-RPF-lobby’s
A la Une
0 partages176 vues
A la Une
0 partages176 vues

RWANDA. Rampzalige mensenrechtensituatie in Rwanda: afleiding door pro-RPF-lobby’s

EdA Press - 28 février 2021

De afgelopen dagen stonden de campagnes van pro-RPF-lobby's in de krantenkoppen in verschillende tijdschriften en kranten. Ze zijn alleen bedoeld om de publieke opinie af te leiden…

Les plus populaires de cette catégorie