L’hydroxychloroquine et le Covid-19: efficace ou dangereux? Et les Africains qui en ont pris depuis des décennies ?

La nouvelle a fait la Une des grands médias occidentaux : une étude réalisée sur 96.000 individus ayant contracté le coronavirus montre que ceux traités par l’hydroxychloroquine sont plus susceptibles de souffrir de conséquences cardiaques. L’étude a été publiée dans la prestigieuse revue médicale The Lancet, il y a trois jours. Depuis, tous les médias et leurs « experts-maisons » répètent en chœur que l’hydroxychloroquine est un produit dangereux pour la santé.

 

Quand on est Africain, donc habitué à prendre ce médicament depuis des décennies, on se dit soit ces Occidentaux sont vraiment malades, soit ils sont foncièrement méchants pour avoir laissé les Africains ingurgiter ce produit tout en sachant qu’il est dangereux (bon ça peut se comprendre au regard de ce passé qui ne passe pas). Mais nous savons tous que ce n’est pas le cas. Comme tout médicament, l’hydroxychloroquine peut causer des effets secondaires, mais de là à dire que c’est foncièrement dangereux, il n’y a qu’un pas.

 

En fait, la fameuse étude susmentionnée est un exemple patent de propagande à saveur scientifique d’une efficacité redoutable. Comme l’ont relevé certains scientifiques honnêtes, la méthodologie de cette «étude», qui est en réalité une analyse de registre de données de différents hôpitaux et pays, est questionnable à plusieurs égards. Et puis qui l’a financée ?

 

On notera au passage que Mandeep R. Mehra, professeur à la faculté de médecine de Harvard, à l’origine de cette charmante « étude » participe à des sessions de formation sur la COVID-19 financée par le laboratoire pharmaceutique américain GILEAD. Depuis un moment, cette compagnie tente d’imposer son produit, le médicament antiviral expérimental remdesivir. Or ce dernier est inefficace et semble même plus dangereux que l’hydroxychloroquine. Mais pour le système capitaliste, que vaut la vie face au billet vert ?

 

S’agissant de la revue médicale The Lancet qui a publié la fameuse arnaque scientifique, il convient de souligner qu’elle a déjà été impliquée dans plusieurs controverses par le passé à cause de la scientificité douteuse de certaines études qu’elle a publiées. L’un de ses anciens directeurs a même révélé que les compagnies pharmaceutiques ont exercé des pressions sur la revue pour des raisons faciles à deviner. Si la science est neutre, les scientifiques ne le sont pas toujours. Idem pour certaines revues scientifiques prestigieuses.

 

Quant au monsieur invité par TV5, le professeur Aimé Bonny, cardiologue de son état, il est à l’image de tous ces médecins et scientifiques africains qui, non seulement réfléchissent par procuration, mais répètent comme des robots toutes les âneries qu’ils ont apprises dans les universités occidentales sans un minimum d’esprit critique. À la différence de Didier Raoult qui est infectiologue et professeur, ni lui ni le professeur Mandeep R. Mehra sont des infectiologues. Surprenant tout de même !

 

Patrick Mbeko
25/5/2020


#Source :  Facebook
#Le titre de l’article est de l’administration du site.

 

Vous pourriez être intéressé(e)

DJIBOUTI : Trente ans après, « l’attentat du Café de Paris ». La terreur et la mort utilisées comme une arme d’outil de gestion sociale… Un crime d’État.
A la Une
0 partages411 vues
A la Une
0 partages411 vues

DJIBOUTI : Trente ans après, « l’attentat du Café de Paris ». La terreur et la mort utilisées comme une arme d’outil de gestion sociale… Un crime d’État.

Mohamed Qayaad - 20 septembre 2020

Le Jeudi 27 Septembre 1990, à 22h45, un attentat a été commis par quatre hommes arrivés à bord d’un taxi contre deux cafés de la place du…

Padre Nahimana, ou l’éloge de la médiocrité de nos élites
A la Une
0 partages3125 vues
A la Une
0 partages3125 vues

Padre Nahimana, ou l’éloge de la médiocrité de nos élites

Sylvestre Nsengiyumva - 17 septembre 2020

Un billet d'humeur de Sylvestre Nsengiyumva La rumeur saugrenue de la mort de Paul Kagame a pris naissance dans la cervelle en délire d'un prêtre rwandais "défroqué"…

Les sept raisons du fiasco du mini-sommet avorté de Goma
A la Une
0 partages715 vues
A la Une
0 partages715 vues

Les sept raisons du fiasco du mini-sommet avorté de Goma

Jean-Jacques Wondo - 14 septembre 2020

Annoncé en grande pompe par la Présidence congolaise, ses organes de presse et de communication, ainsi que les médias congolais, le mini-sommet des chefs d’Etat de la…

Les plus populaires de cette catégorie