Balkanisation de la Rd-Congo ? Mythes et réalités

La balkanisation de la Rd-Congo est un sujet qui se répand régulièrement dans la presse locale et internationale. Il est également sur les lèvres d’un certain nombre de responsables politiques et d’intellectuels congolais. Le journaliste d’investigation Nicaise Kibel’bel Oka dans un livre qu’il vient de publier[1], donne des éclairages sur ce sujet qui ne cesse d’enflammer l’actualité.

 

Même si comparaison n’est pas raison, un petit aperçu montre des ressemblances entre ces deux entités séparées par des milliers de kilomètres.

 

Dans les Balkans comme dans la région des Grands Lacs africains, les discussions et tensions s’enchaînent à coups des cartes ethnographiques partisanes sur les frontières qui font rêver dans la tête de certaines personnes.

 

Comme dans les Balkans, la politique africaine de Clinton a consisté à dire : « Laissons les Africains régler eux-mêmes leurs problèmes. » C’est ainsi que Clinton avait rejeté une demande des Nations-unies en faveur de l’allocation d’un budget permettant d’envoyer sur place un régiment des casques bleus.

 

L’intervention américaine (occidentale) dans les Balkans a été jugée par Henry Kissinger d’erreur (un bourbier). Pour lui, c’était une initiative parfaitement vaine : « Depuis des siècles, les conflits (des Balkans) ont été menés avec une férocité incomparable car aucune de ces populations n’a l’expérience du concept occidental de tolérance[2]. » Cet aveu d’échec d’un haut responsable américain sur les Balkans vaut-il le même pesant d’or pour la région des Grands Lacs africains ?

 

Naturellement et davantage, nous devrions nous interroger sur le rôle des grandes puissances et leurs intérêts dans cet espace.

 

L’idée ne paraît pas d’emblée irréalisable. L’exemple de la partition du Soudan est encore fraîche dans les mémoires. Elle a été réalisée avec l’appui des puissances anglo-saxonnes auxquelles s’est greffé l’Etat hébreu. L’auteur note que  pour Israël, la bataille pour l’Afrique est une « question de vie ou de mort ». Pierre Péan note dans son livre Carnages[3], que le continent africain va faire partie intégrante de la stratégie géopolitique de survie élaborée qui prend le nom de « pacte périphérique » ou « stratégie de la périphérie ». L’idée de ce plan consiste à nouer des alliances avec des nations non arabes situées sur le flanc ou à la périphérie du Proche et Moyen-Orient.

 

L’auteur poursuit : « Le Rwanda de Paul Kagame tel que voulu par les parrains, a été calqué sur le modèle Israël. Petit Etat, sa superficie équivaut à la moitié de la province du Nord-Kivu- coincé entre d’autres États, il ne dispose d’aucune profondeur stratégique à part l’option d’une invasion de son grand voisin. Comme Israël, il est isolé au milieu des voisins majoritairement hostiles qui n’acceptent pas sa politique et dénoncent le caractère va-t’en guerre de son régime. Petit pays, le Rwanda a paradoxalement une démographie galopante, plus forte que celle des voisins qui l’entourent disposant eux d’assez d’espace. Le Burundi avec qui il est continuellement en conflit, la RD Congo qui l’accuse de nourrir des velléités expansionnistes, l’Ouganda qui le traite d’ingrat au regard de leur passé commun, la Tanzanie qui ne supporte pas le langage humiliant des autorités de Kigali ».

 

Et l’auteur de s’interroger, à juste titre : « Comment ce petit pays avec seulement 10 millions d’âmes qui n’a pas encore pansé ses plaies peut-il tenir tête à des adversaires et voisins comptant plus de quarante fois plus d’habitants que lui ? La réponse est peut-être dans la nature des relations qu’il entretient avec ces quelques alliés et parrains solides mais peu nombreux ».

 

Au vu de la pléthore des groupes armés locaux et étrangers qui écument l’est de la RDC et les massacres des populations qui s’y déroulent,  le cardinal Fridolin Ambongo est sorti de sa réserve et a dénoncé ce processus de  balkanisation de la RDC. Ce terme a fait le tour du monde et agite les populations congolaises qui, dans leur mémoire collective, pensent  que l’on veut amputer la RDC d’une partie de son territoire notamment le Kivu pour l’annexer au Rwanda.

 

Comme le dit l’écrivain Didier Mumengi dans la préface, « le livre de Nicaise Kibel’Bel Oka est un pan « d’une monumentale épopée historique qui couvre  page après page les années 2000 de la République démocratique du Congo, et aussi et surtout une vitrine du drame congolais, appelant les esprits épris de paix à exorciser les démons de la discrimination, de la négligence, de l’insouciance, de l’indifférence ou du mépris, qui sévissent encore mieux quand les suppliciés eux-mêmes se taisent. C’est à la fois une sonnette d’alarme et un cri des déshérités Congolais du droit international qui, de plus en plus, se laissent gagner par la certitude qu’ils sont, en réalité, les damnés de l’ONU ». Balkanisation ? Mythes et réalités. Ledit complot international se réalisera-t-il avec ou sans les Congolais ? »

 

Gaspard Musabyimana

 

Pour commander ce livre, envoyez un message à info-éditions-scribe.com
www.editions-scribe.com

 


Notes

[1] Nicaise Kibel’Bel Oka, Balkanisation de la RDC ? Mythes et réalités, Bruxelles, Editions Scribe, septembre 2020
[2] Noam Chomsky, De la guerre comme politique étrangère des États-Unis, Agone, 2004,  p. 132
[3] Péan Pierre, Carnages. Les guerres secrètes des grandes puissances en Afrique, Éditions Fayard, Paris, 2010

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

DJIBOUTI : Trente ans après, « l’attentat du Café de Paris ». La terreur et la mort utilisées comme une arme d’outil de gestion sociale… Un crime d’État.
A la Une
0 partages574 vues
A la Une
0 partages574 vues

DJIBOUTI : Trente ans après, « l’attentat du Café de Paris ». La terreur et la mort utilisées comme une arme d’outil de gestion sociale… Un crime d’État.

Mohamed Qayaad - 20 septembre 2020

Le Jeudi 27 Septembre 1990, à 22h45, un attentat a été commis par quatre hommes arrivés à bord d’un taxi contre deux cafés de la place du…

Padre Nahimana, ou l’éloge de la médiocrité de nos élites
A la Une
0 partages3203 vues
A la Une
0 partages3203 vues

Padre Nahimana, ou l’éloge de la médiocrité de nos élites

Sylvestre Nsengiyumva - 17 septembre 2020

Un billet d'humeur de Sylvestre Nsengiyumva La rumeur saugrenue de la mort de Paul Kagame a pris naissance dans la cervelle en délire d'un prêtre rwandais "défroqué"…

Les sept raisons du fiasco du mini-sommet avorté de Goma
A la Une
0 partages730 vues
A la Une
0 partages730 vues

Les sept raisons du fiasco du mini-sommet avorté de Goma

Jean-Jacques Wondo - 14 septembre 2020

Annoncé en grande pompe par la Présidence congolaise, ses organes de presse et de communication, ainsi que les médias congolais, le mini-sommet des chefs d’Etat de la…

Les plus populaires de cette catégorie