L’UE tolérera-t-elle que Kagame assassine même des diplomates européens de haut niveau?

Les politiciens, les “experts”, les universitaires et les grands médias qui sont à la solde de Paul Kagame et de ses puissants parrains savent toujours instantanément qui est l’auteur de tant de crimes terribles qui ont lieu autour de ce personnage cauchemardesque. C’est comme s’ils avaient ce don que l’on appelle souvent la science infuse. Et je dois commencer par préciser que ceux qui croient que certains “grands” hommes politiques, comme Tony Blair (qui, je l’espère, sera un jour sur le banc des accusés, à cause de leurs crimes contre l’humanité), sont les parrains protecteurs de Paul Kagame, se trompent. Non. Ce sont plutôt des laquais à son service.

 

Dans un article intitulé “Le dictateur qui nous a trompé”, sous-titré “Le procès du héros de l’Hôtel Rwanda devrait être un signal d’alarme pour l’Occident”, publié le 23 février, l’auteur Ian Birrell exprime son étonnement face à la surprenante impunité internationale dont jouit Paul Kagame. C’est le même étonnement, et surtout indignation, que j’exprime une fois de plus face à un nouveau crime atroce: celui de l’ambassadeur italien en République Démocratique du Congo, Luca Attanasio, et de ses deux compagnons. Dans son article, Ian Birrell rassemble quelques anecdotes très intéressantes sur ces “illustres” laquais de Paul Kagame:

 

“Pourquoi, m’a-t-il demandé il y a dix ans [Paul Rusesabagina], la Grande-Bretagne soutenait-elle ce despote avec de fortes doses d’aide alors que sa démocratie était une imposture si évidente? […]. Avec cet enlèvement et ce procès, Kagame envoie un message clair à ses détracteurs: personne n’est à l’abri de son emprise, quels qu’ils soient et où qu’ils vivent. Pas plus tard que dimanche dernier, un autre membre éminent de l’opposition a été tué dans la ville du Cap dans une fusillade qui porte toutes les marques d’un assassinat ciblé. […] La présence de Rusesabagina au tribunal de Kigali nous rappelle encore une fois la validité de ses paroles lorsque nous avons parlé il y a dix ans: pourquoi la Grande-Bretagne soutient-elle cette figure barbare? Même maintenant, même aujourd’hui. Il ne devrait plus y avoir maintenant aucun doute sur la véritable nature du régime de Kagame. […] De plus en plus d’anciens loyalistes ont exprimé leur consternation face à la descente de leur nation dans l’obscurité.

 

La Grande-Bretagne verse des sommes énormes à cette petite nation d’Afrique centrale –111 millions de livres sterling rien que pour les deux dernières années– tandis que son président dépense 30 millions de livres sterling pour sponsoriser l’Arsenal FC, son club de football préféré. Nos fonctionnaires produisent des rapports pathétiques qui parlent de ‘construire des institutions gouvernementales efficaces’ et de ‘développer une société ouverte et inclusive’, tandis que Kagame tue ses détracteurs, renverse les limites des peines, emprisonne les ennemis politiques, écrase la liberté d’expression et ferme le moindre espace à la société civile.

 

La semaine dernière encore, il a déclaré à CNN que ‘l’Occident n’est pas celui qui définit ce qu’est la démocratie’. […] Il se prépare maintenant à accueillir des membres de la famille royale, des présidents et des premiers ministres du monde entier, après avoir accueilli la réunion semestrielle des chefs de gouvernement du Commonwealth à Kigali en juin.

 

Mais pourquoi ce monstrueux dictateur a-t-il reçu un événement aussi prestigieux alors que, par exemple, il ne s’est jamais rendu au Ghana, malgré ses liens beaucoup plus étroits avec la Grande-Bretagne, sa véritable démocratie et sa signification symbolique en tant que première nation africaine à obtenir son indépendance?

 

Même si le Rwanda était un succès éclatant, il n’y aurait aucune excuse pour l’ingérence persistante de Kagame dans les États voisins et la répression sauvage. Pourtant, les hommes politiques de tous les horizons sont tombés aux pieds de l’homme fort. Tony Blair a qualifié Kagame de ‘visionnaire’, l’a félicité pour une fausse victoire électorale, a emprunté son jet privé, a défendu son intervention en RDC et a utilisé son lien avec le président pour aider à construire un empire consacré au consulting.

 

Bill Clinton a qualifié Kagame de ‘l’un des plus grands leaders de notre temps’. David Cameron a déclaré que le Rwanda était ‘une réussite’ et ‘un modèle pour le développement’. Son ancien ministre du développement, Andrew Mitchell, est toujours aussi enthousiaste et, par coïncidence, il collecte 39.600 livres sterling pour neuf jours de travail par an en tant que conseiller d’une banque de Kigali dirigée par l’ancien ministre des Finances. Pendant ce temps, les grandes organisations caritatives de développement apaisent ce régime brutal par leur silence afin de maintenir le flux de leurs revenus importants.

 

[…]

Dans Do Not Disturb, un livre à paraître de la journaliste Michela Wrong qui enquête sur le meurtre effronté de Patrick Karegeya, ancien chef des services de renseignement et rival politique de Kagame à Johannesburg, il y a une citation de Kagame qui semble appropriée pour expliquer son approche imperturbable pour éliminer les ennemis: ‘Ces wazungus [blancs] font du bruit, mais ils finissent par oublier’. Son régime est devenu si arrogant qu’il cache à peine ses actes. ‘Quand vous choisissez d’être un chien, vous mourez comme un chien, et les nettoyeurs nettoient les ordures pour qu’elles ne puent pas’, a déclaré le ministre de la Défense de Kagame après cet assassinat. Son président, dans l’interview accordée à CNN, affirme de manière absurde que Rusesabagina a été ‘plus ou moins amené’ à Kigali.

 

[…] certains transfuges éminents prétendent que le président se moque en privé de ses partisans occidentaux. ‘Il appelle ces politiciens britanniques qui chantent ses louanges tout le temps mes fous‘, a déclaré David Himbara, qui a passé six ans à travailler avec Kagame en tant que chef politique et secrétaire particulier principal. Il a ajouté que derrière le dos de Blair, Kagame rit de la façon dont il déploie un ancien premier ministre britannique comme son flatteur bon marché”.

 

Oui, c’est aussi surprenant que cela: Tony Blair est un larbin qui vient bon marché à Paul Kagame. On peut en dire autant de sa femme Cherie, avocate de la défense du général Karenzi Karake, arrêtée à Londres en juin 2015 en vertu du mandat d’arrêt émis par le juge Fernando Andreu. Et la même chose que je dis à propos du clan Blair pourrait être dite à propos du clan Clinton, du clan Michel, etc. Pour ceux qui ne savent pas qui sont les membres de ce dernier clan, je vais brièvement préciser: l’actuel président du Conseil européen et ancien Premier ministre belge, Charles Michel, est le fils de Louis Michel, le grand dissimulateur des crimes de Paul Kagame, ancien ministre belge des Affaires Etrangères et ancien commissaire européen au Développement et à l’Aide humanitaire.

 

L’explication de l’étonnante impunité de Paul Kagame et de la dissimulation de tous ses crimes n’est en aucun cas ce que Ian Birrell suggère: “le blâme pour l’échec du monde à arrêter le génocide”. C’est un argument qui est déjà trop fatigué. Ces personnes ne savent pas ce qu’est la culpabilité. Beaucoup d’entre eux savent très bien que le génocide n’est pas quelque chose qu’ils n’ont pas réussi à arrêter, mais qu’ils l’ont simplement laissé se produire en toute conscience afin de ne pas entraver la progression du FPR vers Kigali. Ils savent même qu’ils devraient être encore plus à blâmer pour avoir permis à Paul Kagame de faire un nombre incomparablement plus élevé de victimes que les victimes tutsies au printemps 1994. Pourquoi ne devraient-ils pas être également à blâmer pour avoir permis à Paul Kagame de commettre tous ces crimes sans fin?

 

De mon point de vue, il y a une autre explication à une telle dissimulation. Depuis des années, pour les puissantes “familles” financières anglo-saxonnes qui concentrent réellement le pouvoir de décision à l’Ouest (et qui veulent un unilatéralisme mondial qui n’est plus possible), Paul Kagame est très important, probablement plus important que ces “grands” politiciens qui sont à leur service. J’ai compris cela il y a des années. Je l’ai expliqué il y a dix ans dans le volumineux livre L’heure des grands “philanthropes”. Un tel état de choses est tellement désolant, le sentiment d’impuissance qui a envahi les auditeurs de mes conférences était tel que j’ai été obligé d’écrire un troisième livre: Les cinq principes supérieurs.

 

Quels sont ces cinq principes qui sont inexorablement plus puissants que l’argent, la force des armes ou le contrôle de l’information: le premier est l’interrelation et l’interdépendance profondes entre tout ce qui existe, le second est l’impermanence de tout, et ainsi de suite. Par rapport à ce deuxième principe supérieur, des questions parfois “étranges” me viennent à l’esprit: comme aura été la rencontre post mortem de David Rockefeller et de son grand collaborateur Zbigniew Brzezinski avec les millions d’êtres humains dont la passion et la mort ont été le résultat de leurs grandes stratégies de domination mondiale, comment sera la rencontre post mortem de Paul Kagame avec tous ces êtres humains dont il est responsable du meurtre?

 

Le statut de Paul Kagame a changé si radicalement depuis que ce descendant inconnu de l’aristocratie féodale tutsie rwandaise exilée en Ouganda a été sélectionné par les services secrets américains pour être formé militairement à Fort Leavenworth et renvoyé en Afrique pour diriger la conquête du très riche Zaïre à partir du Rwanda précédemment “libéré”. Le calibre criminel de Paul Kagame a été mis en lumière à l’Audience nationale espagnole par plusieurs témoins qui en avaient une connaissance approfondie. Je l’ai expliqué en 2009 dans la section intitulée “Paul Kagame: un nom maudit” du livre L’Afrique, la mère outragée.

 

Après l’assassinat de Fred Rwigyema, commandant général du FPR et vice-ministre ougandais de la Défense (qui ne voulait pas causer de tort inutile à la population civile et n’était pas suffisamment proanglo-saxon) et celui des commandants Peter Bayingana et Chris Bunyenyezi (les deux obstacles dans la chaîne de commandement pour que Paul Kagame prenne le contrôle du FPR), le monstre Kagame entre en scène. Cependant, même avant cela, Paul Kagame était détesté même par ses propres hommes. En raison de ses tortures, de ses méthodes cruelles et de ses meurtres d’innocents au sein de la DMI (Direction des renseignements militaires) de l’Ouganda de Yoweri Museveni, il a été appelé Pilate.

 

Paul Kagame est quelqu’un d’extrêmement arrogant, rancunier et cruel, que je ne trouve comparable qu’à Adolf Hitler. Je suis sûr que si ce véritable monstre était apparu dans un pays plus puissant, il aurait conduit le monde à un holocauste comme celui de la Seconde Guerre mondiale. Ce qui est incontestable, c’est que son “geste” contre “l’ethnie hutue génocidaire” et contre les dizaines d’”ethnies inférieures” qui composent la population du Zaïre “primitif”, l’actuelle RDC (République démocratique du Congo), n’a rien à envier au génocide nazi en termes d’ampleur, de perversité et de délire. Mais ce facteur humain, la personnalité déséquilibrée et perverse de Paul Kagame, indispensable pour comprendre le dossier Rwanda-Congo, tout comme la personnalité d’Adolf Hitler est indispensable pour comprendre la Seconde Guerre mondiale, sera laissé pour la deuxième partie de cet article. Il est très probable qu’il soit également essentiel pour comprendre l’assassinat de l’ambassadeur et de ses deux compagnons.

 

Le fait est qu’un tel ensemble de laquais-propagandistes de ce Frankenstein, créé par l’actuel empire mondial déjà en déclin, semblent avoir les informations sur la paternité de leurs crimes incessants, afin de la proclamer non pas en quelques jours mais seulement en quelques heures. C’est ce qui s’est passé dans le cas de l’assassinat des trois membres espagnols de Médecins du Monde le 18 janvier 1997, que j’ai vécu en direct. C’était le neuvième jour de mon jeûne devant le Consilium européen au rond-point Schuman à Bruxelles. Tous ceux d’entre nous qui essayaient de mettre fin à la boucherie des réfugiés hutus au Zaïre, y compris la commissaire Emma Bonino, ont été choqués. Mais tout aussi choquant, sinon plus, que le meurtre lui-même était le terrible mensonge éhonté et sans vergogne: le même jour, tous les titres de la presse mondiale ont attribué le triple crime aux “Hutus”. C’est ce que j’ai écrit dans le prologue de la version espagnole du livre inquiétant et courageux Fuir ou mourir au Zaïre, écrit par une réfugiée, Marie-Béatrice Umutesi:

 

” […] ce furent les jours amers où nous avons appris l’assassinat au Rwanda des trois travailleurs humanitaires espagnols membres de Médecins du Monde, Flors, Manolo et Luis. L’époque où, avec une étonnante légèreté, sans aucune sorte de contraste informatif ou de sens critique, pratiquement tous les médias prenaient pour acquis la version, provenant de sources obscures, qui attribuait ce triple crime, comme toujours, aux Interahamwe. L’époque où ces mêmes sources obscures essayaient de convaincre le monde qu’il n’y avait plus de réfugiés au Zaïre, qu’ils étaient tous revenus heureux dans le nouveau Rwanda. L’époque où tant d’autres experts et ONG prenaient si facilement pour acquis cette ‘farce internationale’, comme l’a appelée la commissaire Bonino. Les jours, en somme, où Marie-Béatrice et ses compagnons se sont sentis abandonnés par la communauté internationale, ont fui dans la terreur, sont morts ou ont perdu leurs proches sans comprendre pourquoi ils étaient traités comme des génocidaires, pourquoi ils ont été abandonnés par tous comme s’ils étaient les pestiférés, pourquoi on niait même leur existence.”

 

Bien que, comme le dit Ian Birrell, l’arrogance de Paul Kagame soit telle que maintenant il ne prend même plus la peine de blâmer les autres pour ses propres crimes. Cette fois, ce sont ses laquais congolais qui, en quelques heures, ont imputé le triple crime aux “Hutus”, les Rwandais des FDLR. Ces accusations étaient si légères qu’elles ont forcé le vice-ministre de l’intérieur de la RDC, Innocent Bokele, à suspendre de ses fonctions le directeur adjoint de son cabinet, Bulakali Aristide. Au contraire, lorsque nous osons avancer une hypothèse solidement fondée, comme celle que je signale dans le titre même de cet article, nous le faisons sur la base d’un grand nombre d’indications et d’antécédents a qui, accumulés au fil des décennies, nous conduisent toujours, inexorablement, au même caractère pervers.

 

Tout d’abord, en ce qui concerne à la pàternité de l’assassinat de l’ambassadeur italien en RDC, Luca Attanasio, et de ses deux compagnons, une chose est claire: comme ceux d’entre nous qui s’intéressent vraiment à la grande tragédie dans la partie orientale de la RDC limitrophe du Rwanda (Nord et Sud-Kivu) le savent bien, et comme l’ONU vient de le déclarer dans son récent rapport du 23 décembre, ces riches provinces sont déjà occupées de facto par le Rwanda. Et l’histoire nous apprend que dans toute région contrôlée par Paul Kagame, rien d’important, et encore moins l’assassinat de tout un ambassadeur européen, n’est perpétré sans une décision personnelle de sa part et de son entourage immédiat. C’est ce qui, après de nombreuses années d’enquête, ressort clairement de la décision du juge Fernando Andreu sur la paternité de chacun des meurtres de neuf concitoyens espagnols (cinq au Rwanda et quatre au Sud-Kivu).

 

Il existe également de nombreux indices de cette paternité, qui ont été exposés dans plusieurs articles précédents: la langue kinyarwanda dans laquelle les attaquants se sont exprimés, l’impossibilité qu’ils soient des “génocidaires hutus” étant donné la proximité du lieu de l’attaque avec les positions et les enceintes militaires des forces armées rwandaises et congolaises, etc. Des forces qui sont alliées depuis longtemps “pour mettre fin aux groupes rebelles criminels [soi-disant tous hutus et opposés au régime rwandais] qui opèrent dans cette région”. À cet égard, il convient de mentionner les articles lucides d’Emmanuel Neretse dans The Rwandan, entre autres.

 

Quant aux motivations possibles de ce crime, je vais devoir m’étendre un peu plus. C’est une question clé. Ces jours-ci, à l’occasion de l’assassinat de l’ambassadeur, le journaliste Victor Ternosky vient de m’interviewer pour la station de radio russe Spoutnik. Sa demande initiale était celle d’un grand professionnel: “Je vous demande, Monsieur Carrero, sans nous distraire avec des questions secondaires, d’essayer de m’expliquer le cœur de ce problème. En d’autres termes, aidez-moi à comprendre ce qui se passe dans cette région. Parce que, franchement, beaucoup d’entre nous dans les médias sont incapables de le comprendre”.

 

Très bonne question, qui m’a permis de me concentrer plus facilement sur l’essentiel. Et de le faire à partir de l’expérience, et non de théories académiques. Des théories issues d’un monde universitaire dans lequel les “grands” professeurs sont aussi perdus que les professionnels du journalisme. Deux mondes dans lesquels règne ce que les maîtres zen appellent l’ignorance empoisonnée. Cela diffère de la simple ignorance en ce sens que les personnes concernées non seulement ne savent pas mais ignorent aussi qu’elles ne savent pas; elles pensent savoir quelque chose dont elles ne savent vraiment rien.

 

Je lui ai donc expliqué la confiance qu’un membre important de l’opposition au régime totalitaire et criminel de Paul Kagame m’avait confiée il y a des années: un membre haut placé de l’administration américaine lui avait proposé de l’amener aux postes de pouvoir politique les plus importants du Rwanda si, en échange, il collaborait avec eux à l’opération d’annexion de l’est de la RDC. À partir de là, nous pouvons mettre en place le reste des pièces de ce puzzle complexe, énorme et sanguinaire. Une autre des confirmations les plus convaincantes de l’existence de ce projet est la lettre que Paul Kagame a adressée à Jean Baptiste Bagaza le 10 août 1994. Il y fait également référence à ce dont je souhaite maintenant discuter: le grand obstacle que représente tout observateur international, et plus encore un ambassadeur européen, pour un tel plan.

 

En 2009, Christopher Black, avocat de la défense au Tribunal Pénal International pour le Rwanda, nous a envoyé à certaines personnes une lettre que son assistant avait trouvée parmi les dizaines de milliers de documents “perdus” dans les archives du Tribunal Pénal International pour le Rwanda. Bien que nombre de ces documents soient très importants, comme c’est le cas du Rapport Gersony, ils n’ont jamais été pris en compte par les décideurs de cette haute cour de l’ONU, une cour totalement manipulée par les États-Unis et la Grande-Bretagne (comme l’a dénoncé publiquement son ancien procureur, la Suissesse Carla del Ponte). Il s’agissait d’une lettre personnelle de Paul Kagame, alors chef du FPR, à son ami, son collègue extrémiste tutsi et dictateur burundais Jean Baptiste Bagaza. C’était une lettre dans laquelle il donnait des détails sur son “plan pour le Zaïre”; une lettre dans laquelle il déclarait que la présence des réfugiés hutus au Zaïre, et, surtout, la présence de la communauté internationale à leurs côtés, pouvaient faire échouer le plan; une lettre dans laquelle il évoquait également le travail que ses alliés américains, britanniques et belges faisaient pour mener à bien un tel projet; une lettre que j’ai recueillie dans mon livre L’Afrique, la mère outragée:

 

“Soyez assurés que notre plan se poursuivra comme nous en avons convenu après notre dernière réunion à Kampala. La semaine dernière, j’ai pris contact avec notre grand frère Yoweri Museveni et nous avons décidé d’apporter quelques modifications au plan. En effet, comme vous l’avez noté, la prise de Kigali a immédiatement provoqué la panique chez les Hutus, qui ont pris la route de Goma et de Bukavu. Il nous a semblé que la présence d’un grand nombre de réfugiés rwandais à Goma et, surtout, de la communauté internationale, pouvait faire dérailler notre plan pour le Zaïre. Nous ne pourrons traiter avec le Zaïre qu’après le retour des Hutus. Tous les moyens ont été mis en œuvre pour les ramener le plus rapidement possible. Cependant, nos services de renseignements extérieurs continuent de fouiller l’est du Zaïre et nos collaborateurs belges, britanniques et américains le reste du pays. Les rapports sur ces activités seront examinés dans les prochains jours.

 

En ce qui concerne le Plan Burundi, nous sommes très heureux du travail que vous avez accompli pour faire tomber la politique du FRODEBU[1]. Nous devons continuer à paralyser le pouvoir du FRODEBU jusqu’à ce que la situation soit complètement pourrie, afin que nous puissions justifier vos actions, qui ne doivent pas rater la cible. Nos soldats seront déployés, à cette occasion, non seulement à Bujumbura mais aussi dans des endroits que vous considérez comme stratégiques. Nos éléments stationnés au Bugesera sont prêts à intervenir à tout moment. Le plan pour le Burundi doit être exécuté rapidement, avant que les Hutus rwandais ne se ressaisissent”.

 

Nous savons que c’est précisément pour cette raison que les missionnaires et les humanitaires espagnols ont été tués. Mais en outre, dans l’attribution de ces crimes aux “Hutus génocidaires”, nous pouvons trouver une autre motivation, qui complète la précédente, pour le récent triple meurtre: la justification de l’intervention permanente du Rwanda en RDC avec l’excuse de la stabilisation et de la sécurité. Depuis octobre 1996, ils ont toujours utilisé ce mensonge pour justifier la poursuite de leurs agressions contre le pays voisin. Ils l’ont même utilisé pour atteindre des objectifs en Europe. C’est le prétexte utilisé par l’équipe d’experts de l’ONU, sous la direction de Rakiya Omaar, un agent au service de Paul Kagame, pour désamorcer les quarante mandats d’arrêt émis par le juge Fernando Andreu: accuser notre Fondation, et moi en particulier, d’être le financier des FDLR.

 

Le but officiel du voyage de l’ambassadeur est également une information importante pour déterminer quels pourraient être les motifs de son assassinat. Selon la note officielle envoyée par l’ambassade italienne au Ministère des Affaires Etrangères de la RDC, la raison du voyage était “de visiter la communauté italienne à Goma et Bukavu”. Dès que j’ai reçu la copie de cette demande, j’ai commencé à rassembler les éléments de ce dossier: la visite aux missionnaires italiens Xavériens dans les Kivus serait certainement un élément fondamental de ce voyage. Avec leurs dénonciations continues, ils sont aussi ennuyeux pour Kagame que nous le sommes nous-mêmes. C’est pourquoi, dans le rapport de l’ONU de 2009, ils ont été accusés avec nous d’être les principaux partisans des “terroristes génocidaires hutus” des FDLR. Nous, en tant que leurs financiers, eux en tant que leurs complices sur le terrain.

 

Deux jours plus tard, j’ai trouvé la confirmation de mes craintes. L’altruiste et généreux Luca Attanasio avait passé les trois derniers jours de sa vie dans la communauté xavérienne. Avec sa position diplomatique “sensible”, il devenait très dangereux pour le Grand Mensonge que Kagame-Ouest a créé et maintenu pendant des décennies. Ces événements méritent une analyse plus approfondie dans la deuxième partie de cet article.

 

Joan Carrero
01.03.2021

 

Source : https://l-hora.org/

 


Note

[1] Front pour la Démocratie au Burundi, légalisé en 1992. Comme nous l’avons déjà vu, son candidat, Melchior Ndadaye, a remporté la présidence mais a été assassiné en octobre 1993, quatre mois après son investiture.

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Pourquoi il est illusoire de s’obstiner à continuer de croire qu’une « pacification des mémoires » avec l’Algérie et le Rwanda est possible
A la Une
0 partages125 vues
A la Une
0 partages125 vues

Pourquoi il est illusoire de s’obstiner à continuer de croire qu’une « pacification des mémoires » avec l’Algérie et le Rwanda est possible

Bernard Lugan - 17 avril 2021

Emmanuel Macron s’obstine à refuser de voir que la France, l’Algérie et le Rwanda ne parlent pas de la même chose quand est évoquée la question mémorielle.…

Relations France-Rwanda. La tête de Madame Agathe Kanziga la veuve du Président Juvénal Habyarimana proposée par Vincent Duclert  et Alain Gauthier comme monnaie d’échange.
A la Une
0 partages1205 vues
A la Une
0 partages1205 vues

Relations France-Rwanda. La tête de Madame Agathe Kanziga la veuve du Président Juvénal Habyarimana proposée par Vincent Duclert  et Alain Gauthier comme monnaie d’échange.

Emmanuel Neretse - 16 avril 2021

Depuis son accession au pouvoir en 2017, Emmanuel Macron a inscrit dans ses priorités l'amélioration des relations entre la France et le régime en place au Rwanda…

Les autres clés du Rapport Duclert – Étayant d’urgence à la fois le régime rwandais et le globalisme made in USA
A la Une
0 partages469 vues
A la Une
0 partages469 vues

Les autres clés du Rapport Duclert – Étayant d’urgence à la fois le régime rwandais et le globalisme made in USA

Joan Carrero - 13 avril 2021

L’objectif du rapport commandé à la commission présidée par Vincent Duclert semble clair. Selon les mots d’Emmanuel Macron lui-même, un “rapprochement” entre la France et le Rwanda…

Les plus populaires de cette catégorie