La pandémie: le grand catalyseur pour le Grand Reset

Jusqu’à il y a quelques jours, quiconque avait le moindre doute sur la possibilité que le SARS-CoV-2 soit apparu dans un laboratoire était relégué, plus ou moins diplomatiquement, au bannissement des théoriciens du complot. Et ce malgré le fait que même les scientifiques les plus politiquement corrects reconnaissent qu’ils n’ont pas été en mesure de trouver l’animal intermédiaire qui transmet le virus à l’homme. Mais maintenant, vu l’urgence de freiner la puissance croissante de la Chine, il semble qu’il y ait tellement de données et d’experts qui pointent déjà vers ce qui n’était auparavant que des délires de théoriciens de la conspiration, que le président Biden a donné quatre-vingt-dix jours à la CIA pour enquêter sur cette origine très probable en laboratoire. Un laboratoire chinois, bien sûr.

 

Ce qui ne “sort” jamais à la télévision (et si cela ne “sort” pas à la télévision, on dit que cela n’existe pas), c’est que l’Institut Virologique de Wuhan a bénéficié d’une participation internationale. En 2015, un groupe multinational de 15 scientifiques travaillant à l’Institut a créé un virus chimère à partir de deux coronavirus différents. Le résultat a été une version plus dangereuse que tous les coronavirus précédents, avec le potentiel de devenir pandémique. L’étude a été publiée dans la revue Nature. Ce type de technique de recherche préoccupe depuis longtemps une partie de la communauté scientifique. C’est ce qu’on appelle le gain de fonction.

 

Comme l’a expliqué à BBC Mundo Richard H. Ebright, biologiste moléculaire à l’université Rutgers dans le New Jersey, le gain de fonction augmente les capacités de l’agent pathogène: sa transmissibilité, sa létalité ou sa capacité à surmonter les réponses immunitaires, les vaccins et les médicaments. La recherche par gain de fonction crée de nouveaux agents pathogènes, qui n’existent pas dans la nature, et qui présentent un risque de créer de nouvelles maladies, soit accidentellement, soit délibérément. Dans d’autres travaux similaires à ceux de 2015, les chercheurs ont également recherché de nouveaux virus dans des grottes situées dans des zones rurales, les ont emmenés dans des laboratoires, les ont étudiés et les ont modifiés génétiquement. C’est l’existence d’animaux porteurs de coronavirus dans la région de Wuhan qui a fait de l’Institut un laboratoire international. Cela signifie qu’il est faux de tenir la Chine pour responsable de tout ce qui pourrait se passer là-bas.

 
Comme l’a expliqué le Dr Ebright, les bailleurs de fonds de ces projets comprenaient les NIH, les Instituts Nationaux de la Santé américains, dans lesquels le puissant Anthony Fauci joue un rôle clé. Ce conseiller médical, chef des présidents américains, qui est également directeur de l’Institut National des Allergies et des Maladies Infectieuses, a dû répondre devant le Sénat il y a quelques semaines. Lors d’une audition, il a abordé la question de l’implication des NIH dans les travaux sur le terrain à Wuhan. Il a nié que les fonds avec lesquels ils ont été financés aient été affectés à un soi-disant gain de fonction. Cependant, il a admis qu’il n’y avait aucune garantie que les scientifiques avaient finalement menti sur leurs expériences. “On ne sait jamais”, a-t-il terminé en disant.

 

Mais laissons de côté toute idée de conspiration. Laissons-le pour eux, à ceux qui cherchent aujourd’hui à accuser la Chine d’aussi graves responsabilités, à ceux qui n’ont cessé d’accuser de négationnisme quiconque remet en cause la moindre virgule de la doctrine atlantiste officielle et intouchable sur la pandémie. Eux seuls ont l’autorité scientifique et morale pour modifier jour après jour, selon les besoins, leur doctrine officielle incontestable.

 

C’est ce qui est typique de tout le politiquement correct de l’Occident. Et encore plus dans le cas de cette question très sérieuse de la pandémie actuelle. La doctrine officielle à ce sujet doit être défendue avec tous les moyens disponibles. Et toute dissidence doit être réduite au silence, même avec le contrôle le plus grossier de l’information. Il y a trop de choses en jeu. C’est pourquoi, aujourd’hui, je n’ai pas envie de poursuivre sur cette voie scabreuse qui fait de M. Fauci le fil conducteur d’un surprenant réseau d’intérêts incroyables dont les grandes entreprises pharmaceutiques ne sont pas les seuls acteurs. Il faut laisses laisser du temp au temps.

 

Concentrons-nous exclusivement sur ce qui est désormais indiscutable : le projet de Grand Reset, que la pandémie a rendu inévitable, nous dit-on, lui était antérieur. La pandémie, inextricablement liée à la crise économique qui s’en est suivie (une crise qui concentre de plus en plus le pouvoir et creuse les inégalités) a été l’événement catalyseur dont certaines élites avaient besoin pour mener à bien leur projet antérieur. Mais en réalité, je ne pense pas que le catalyseur ait été la pandémie elle-même, mais la manière dont un événement qui n’était pas en soi si apocalyptique a été géré, prémédité et dosé. Il suffit de voir comment la Chine l’a contrôlé très efficacement.

 

Cette situation est déjà suffisamment grave sans qu’il soit nécessaire d’aborder une autre question possible: s’agissait-il d’un simple événement spontané, d’un événement provoqué ou même d’un événement sous faux drapeau (comme tant d’autres dans l’histoire récente des États-Unis) que l’on attribue maintenant à la Chine ? Le président Biden, reprenant la rhétorique du “libérateur” de l’Irak, son prédécesseur le président Bush, vient de placer la Chine “autocratique” au centre de l’”Axe du mal” du XXIe siècle. Avec la Russie non moins autocratique de Poutine, bien sûr. Comment, à ce stade, peut-on être aussi ridicule ? Mais laissons les conspirationnistes à eux, les vrais et ridicules conspirationnistes.

 

Lors de la récente réunion du Cercle d’Economia à Barcelone, plusieurs représentants du gratin de l’IBEX 35 (Banco Santander, Inditex, Telefónica) ont été très explicites: la pandémie sera l’énorme catalyseur qui leur permettra de réaliser tout ce qu’ils avaient déjà prévu de faire. Le président de Telefónica, José María Alvarez Pallete, semblait faire référence à l’urgence de la digitalisation. Mais c’est sûrement tout ce à quoi il faisait référence ? Parce que s’il ne voulait pas faire référence à un Grand Reset beaucoup plus généralisé et global, d’autres l’ont fait plus tôt à Davos. Bien qu’ils prétendent se référer uniquement à un nouveau capitalisme responsable, durable et même inclusif!

Mais ce qui m’intéresse maintenant, c’est la qualification de grand catalyseur. Ce qui pourrait se cacher derrière ce nouveau capitalisme inclusif “plein d’espoir”, à la gestation duquel même le Vatican va participer, est en soi un sujet qui mérite un article entier à lui seul. Ce qui m’importe maintenant, c’est que notre élite nationale, dans un cadre officiel solennel comprenant la présence du roi (et de Pere Aragonés, soit dit en passant), a utilisé la semaine dernière l’adjectif Grand Catalyseur pour parler de la pandémie. Une chose qui, jusqu’à présent, n’était que l’affaire des théoriciens de la conspiration. Ou quelque chose de lointain de dieux mondialistes réunis dans l’Olympe de Davos. Ou quelque chose, remontant à la véritable origine, du défunt David Rockefeller, qui, il y a près d’un demi-siècle, défendait qu’un grand événement mondial était nécessaire pour tout recommencer. Et puis Bill Gates et ses “prophéties” plus qu’exactes. Il est donc évident que ce qui est décidé dans ces clubs et forums élitistes et “philanthropiques” finit par être exécuté dans toutes nos nations occidentales “souveraines”.

 

Les guerres mondiales ne peuvent plus jouer le rôle de choc ou de catalyseur. Les armes de l’actuel Axe du Mal ne sont pas comme celles de la Libye ou de la Syrie. Ils sont trop puissants et tout finirait sûrement par une apocalypse totale. La pandémie est maintenant le grand catalyseur. Mais il y a un “petit détail”, un “petit problème” qu’ils n’ont pas pris en compte, eux, si sages et si puissants : aussi bien eux, “ceux qui comptent” – comme l’a dit Aznar aux Açores pour faire référence à Bush et Blair – que les millions d’êtres humains “jetables” dont la vie aura été brisée après cette grande crise, sont des êtres immortels revêtus d’une dignité inestimable. Une immortalité et une dignité que ces grands hommes sont incapables de voir, mais qui finiront par transformer leur vie “réussie” en le plus grand des égarements : “Imbécile, ce soir on te demandera ton âme, et ce que tu as accumulé, à qui appartiendra-t-il?” (Luc 12:20-32).

 

Je termine donc cet article de la même manière que, le 10 mars 2020, j’ai commencé le premier de toute une série d’entre eux sur COVID 19: en demandant à Dieu que je ne sois jamais indifférent à la guerre (y compris la guerre biologique), qui est un grand monstre qui piétine durement toute la pauvre innocence des gens.

 

Joan Carrero, 24.06.2021

Source : I-Hora

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Rwanda. Dernière trouvaille des lobbies pro-Kagame : imposer la solidarité ethnique à tous les Tutsi
A la Une
0 partages1297 vues
A la Une
0 partages1297 vues

Rwanda. Dernière trouvaille des lobbies pro-Kagame : imposer la solidarité ethnique à tous les Tutsi

Emmanuel Neretse - 13 septembre 2021

Introduction   Depuis quelques mois, les milieux politiques du Rwanda, que ce soit de l'intérieur ou en exil, sont traversés par un courant controversé : des uns le…

RDC: Faut-il réhabiliter le maréchal Mobutu?
A la Une
0 partages287 vues
A la Une
0 partages287 vues

RDC: Faut-il réhabiliter le maréchal Mobutu?

Patrick Mbeko - 9 septembre 2021

Le 7 septembre 1997 décédait au Maroc le maréchal Mobutu du Zaïre (actuelle RDC), quatre mois après avoir été chassé du pouvoir. 24 ans plus tard, le…

Rwanda. L’interventionnisme militaire tous azimuts de l’armée de Paul Kagame. Essai d’explication.
A la Une
0 partages805 vues
A la Une
0 partages805 vues

Rwanda. L’interventionnisme militaire tous azimuts de l’armée de Paul Kagame. Essai d’explication.

Emmanuel Neretse - 7 septembre 2021

Introduction   Depuis les années 2010, bon nombre de militaires de l’armée de Paul Kagame, à coups de lobbies, sont passés sous la bannière des Nations Unies…

Les plus populaires de cette catégorie