RDC. Les enfants de Kagame et de Museveni

La Cour internationale de Justice vient de condamner l’Ouganda de Museveni à payer une rondelette somme de 325 millions de dollars $ pour son aventure militaro-criminelle sur le sol congolais se soldant par des massacres des populations civiles et de pillages de ressources naturelles entre 1998 et 2003. Curieusement, certains congolais se sont déclarés déçus quant à la somme exigée, à titre de dommages et intérêts. Ils auraient souhaité voir une ardoise en terme de milliards de dollars $.  Nous sommes un peuple de « malades ». Si le malade, écrivait Frantz Fanon, ne demande pas à guérir, l’entourage le fera.

 

Dans l’élite congolaise, on trouve les enfants de Kagame et de Museveni, ces compatriotes étiquetés rebelles qui ont aidé les deux présidents à violer l’intégrité du territoire congolais, et, par ricochet, à commettre des crimes graves relevant de crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. La guerre faisant semblant de finir, les enfants de Kagame et de Museveni ont trouvé fortune et réputation sur des cadavres, leurs propres compatriotes. Ils ont obtenu, à titre de gratification pour participation à une entreprise criminelle contre leur pays, des postes dans les institutions de la république, la police et l’armée. Les enfants de Kagame et de Museveni, ces marionnettes, ne se sont jamais acquittés de leur responsabilité devant l’histoire. Dans les églises, on leur réserve le premier rang, faisant face aux pasteurs. Si ce que l’Ouganda doit payer est insuffisant, il faut se poser la question simple : « Quel sort la république a réservé à ces compatriotes, enfants de Kagame et de Museveni qui ont permis et accompagné les deux parrains dans la destruction de notre être, de notre fierté ? ». En d’autres termes : « Quand paieront-ils leur dette sur l’occupation rwando-ougandaise à l’est de la RDC ? Comment exiger de Kagame, soutenu par le silence de ses enfants congolais et de la mollesse de tout un peuple, de payer ce qu’il nie avoir commis sur le sol de la RDC ? ».

 

La RDC a développé la stratégie de l’indifférence. Sachant bien que l’indifférence, ça fait des dégâts énormes. Et par définition, ce qui est indifférent ne peut pas se solidariser. Les enfants de Kagame et de Museveni, des personnages ambigus sous le masque d’agneaux, au visage cool, sans aucune haine apparente, extrêmement courtois dans leurs costumes trois pièces, roulant carrosse, indifférents à leur passé et à eux-mêmes, ont porté les habits de prédateurs qu’ils ont changé à celui des « gentlemen ».

 

Comment une nation qui n’exige jamais la justice réparatrice peut-elle se libérer de ses cauchemars afin de briser les chaînes de la malédiction ? Comment peut-elle espérer la paix ? La commission « Vérité et réconciliation » a été bafouée par les enfants de Kagame et de Museveni. Son animateur est retourné dans son village natal du Sud-Kivu. Or, cette commission aurait été un baume pour la nation. Si on n’a plus à se défendre, on finit par se détruire soi-même.

 

Malade, le peuple adule ceux qui continuent à promettre la résurrection à ceux qu’ils ont (fait) tuer. Comment faire confiance à des personnages qui, comme des maudits, ont apporté la violence et la mort dans leur propre village tuant ainsi et dépossédant leurs mères, frères et cousins ?  Un mal qui n’est pas reconnu et dont les auteurs n’ont jamais été sanctionnés prend la forme d’un virus et se métastase. L’est est toujours dans la violence, dans les tueries insensées, dans la négation de la vie. S’il paie ses forfaits en RDC, l’Ouganda aura accompli un acte de repentance, et donc, de rachat de ses fautes. Mais que ferons-nous des enfants de Kagame et de Museveni ? Il faut combattre les criminels hic et nunc si nous voulons espérer voir régner la justice et donc la paix.

 

Nicaise Kibel’Bel Oka

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Rwanda: du rêve à la désillusion- le 1er octobre 1990, le FPR lançait sa guerre de libération
A la Une
0 partages130 vues
A la Une
0 partages130 vues

Rwanda: du rêve à la désillusion- le 1er octobre 1990, le FPR lançait sa guerre de libération

Jean Mitari - 30 septembre 2022

L'article ci-après a été publié sur jambonews.net le 02 octobre 2015. Il garde toue son actualité.   Le matin du 1er octobre 1990, alors que le Président…

Félicien Kabuga décide se séparer de son avocat et de renoncer à se présenter devant ses juges
A la Une
0 partages784 vues
A la Une
0 partages784 vues

Félicien Kabuga décide se séparer de son avocat et de renoncer à se présenter devant ses juges

EdA Press - 28 septembre 2022

COMMUNIQUÉ DE PRESSE   OUVERTURE DU PROCÈS DE FÉLICIEN KABUGA DEVANT LE MÉCANISME INTERNATIONAL APPELÉ À EXERCER LES FONCTIONS RÉSIDUELLES DES TRIBUNAUX PÉNAUX   Le procès de…

Acquittés par le TPIR mais sanctionnés à vie ? Retour sur les défaillances d’une justice internationale
A la Une
0 partages205 vues
A la Une
0 partages205 vues

Acquittés par le TPIR mais sanctionnés à vie ? Retour sur les défaillances d’une justice internationale

EdA Press - 27 septembre 2022

André Ntagerura, 72 ans, Protais Zigiranyirazo, 84 ans, Prosper Mugiraneza, 65 ans, François Xavier Nzuwonemeye, 66 ans et feu Jérome Bicamumpaka, ont été acquittés par le Tribunal…

Les plus populaires de cette catégorie