Grands Lacs africains. L’armée rwandaise bombarde des positions FARDC dans le Rutshuru

Lundi 23 mai 2022, l’armée rwandaise (Rwandan Defence Force) a procédé par des bombardements des positions des unités des forces armées de la RDC déployées entre les localités de Kibumba, Rumangabo et Katale dans le territoire de Rutshuru. Les forces de défense rwandaises appuyaient les rebelles du M23 qui venaient d’essuyer de cuisants échecs face à la puissance de feu des FARDC dans la nuit de samedi 21 mai à dimanche 22 mai 2022. Au matin de ce mardi 24 mai, les tirs de mortiers et des bombes se faisaient encore entendre.

 

Tenant à distraire l’opinion internationale, le général rwandais Vincent Nyakarundi s’est empressé à adresser une correspondance à la CIRGL/MCVE dans laquelle il accuse, toute honte bue, les FARDC de lancer délibérément des bombes sur le territoire rwandais. Sous-entendu que le Rwanda userait de la légitime défense pour répliquer. Or, il est dans la guerre par procuration et directement.

 

Dans le même registre, le samedi 22 mai 2022, les rebelles du M23 appuyés par l’armée rwandaise avaient attaqué des positions de l’armée congolaise mais également celles des casques bleus de la MONUSCO dans la zone de Shangi. Après avoir ciblé une position des casques bleus qui ont riposté avec force et qui ont lancé avec les FARDC des opérations conjointes mettant en déroute les rebelles du M23 et libérer la zone, ces derniers ont alors accusé la MONUSCO d’armer les rebelles rwandais de FDLR. En lançant des attaques contre les positions des FARDC la veille de la passation de l’épreuve de dissertation jouant sur le moral des élèves finalistes, les rebelles du M23 ont tenu à perturber son déroulement. Deux centres ont été délocalisés dans les recoins de Jomba.

 

Dans un communiqué du 22 mai 2022, Bintou Keita a condamné avec force les attaques du M23 et a dénoncé de nouveaux déplacements des populations. Il devient clair que le Rwanda est déterminé à saper les efforts du gouvernement congolais de ramener la paix dans cette partie du territoire national.

 

Il n’y a que des gens qui souffrent de cécité politique et qui jouent le jeu de l’ennemi qui appellent à la levée de l’état de siège au lieu d’exiger son renforcement. Plus que jamais, le danger devient imminent. Il faut soutenir l’état de siège en y apportant des éléments de renforcement pour le rendre davantage plus efficace afin de bouter l’ennemi hors du territoire national.

 

Mathias Ikem

 

Source : https://lescoulissesrdc.info/

 

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Rwanda: du rêve à la désillusion- le 1er octobre 1990, le FPR lançait sa guerre de libération
A la Une
0 partages129 vues
A la Une
0 partages129 vues

Rwanda: du rêve à la désillusion- le 1er octobre 1990, le FPR lançait sa guerre de libération

Jean Mitari - 30 septembre 2022

L'article ci-après a été publié sur jambonews.net le 02 octobre 2015. Il garde toue son actualité.   Le matin du 1er octobre 1990, alors que le Président…

Félicien Kabuga décide se séparer de son avocat et de renoncer à se présenter devant ses juges
A la Une
0 partages783 vues
A la Une
0 partages783 vues

Félicien Kabuga décide se séparer de son avocat et de renoncer à se présenter devant ses juges

EdA Press - 28 septembre 2022

COMMUNIQUÉ DE PRESSE   OUVERTURE DU PROCÈS DE FÉLICIEN KABUGA DEVANT LE MÉCANISME INTERNATIONAL APPELÉ À EXERCER LES FONCTIONS RÉSIDUELLES DES TRIBUNAUX PÉNAUX   Le procès de…

Acquittés par le TPIR mais sanctionnés à vie ? Retour sur les défaillances d’une justice internationale
A la Une
0 partages205 vues
A la Une
0 partages205 vues

Acquittés par le TPIR mais sanctionnés à vie ? Retour sur les défaillances d’une justice internationale

EdA Press - 27 septembre 2022

André Ntagerura, 72 ans, Protais Zigiranyirazo, 84 ans, Prosper Mugiraneza, 65 ans, François Xavier Nzuwonemeye, 66 ans et feu Jérome Bicamumpaka, ont été acquittés par le Tribunal…

Les plus populaires de cette catégorie