Le Rwanda, la RDC, l’ONU et les USA. Une guerre entre lobbies fait rage, avec des victimes collatérales

Introduction

 

Au cours de cet été 2022, période généralement considérée comme de vacances, non seulement scolaires, mais aussi politiques et parlementaires, certains événements en apparence mineurs, se télescopent en ce qui concerne la région des Grands Lacs en Afrique et leur répercussion risquent de marquer cette région.

 

Il y a eu d’abord la demande du Sénateur américain Robert Menendez, Président de la Commission des Affaires étrangères au Sénat des États-Unis le 22 juillet 2022 dans laquelle il l’exhorte à entreprendre un examen complet de la politique des Etats-Unis envers le Rwanda.

 

Il y a eu ensuite l’audition de Carine Kanimba, la fille de Paul Rusesabagira par le Congrès américain pendant laquelle elle a exposé l’injustice et les traitements inhumains que subi son père depuis son kidnapping par Kagame en 2020.

 

Et puis il y a eu l’annonce officielle comme quoi le Secrétaire d’Etat des Etats-Unis Antony Blinken sera au Rwanda du 10 au 11 août 2022.

 

Enfin, il y a eu cette révélation du rapport des experts des Nations-Unis en RDC concluant à l’invasion de la RDC par l’armée de Paul Kagame, sous couvert du M23.

 

Les matchs en cours

 

Aux Etats Unis

 

Le match oppose les lobbies pro-Kagame à ceux pro-Droits de l’Homme qui ont adopté Paul Rusesabagina pour le défendre. Le score actuel est de 2-0 pour les pro-Rusesabagina.

 

Premier but marqué : avoir pu être auditionné par le Congrès des Etats Unis non seulement comme parlementaire (Sénateur Menendez) mais aussi comme membre de la famille Rusesabagina (sa fille Carine Kanimba).

 

Le deuxième but marqué par ce camp est d’avoir réussi à faire inscrire dans l’agenda officiel du Secrétaire d’Etat des USA Athony Blinken, qui sera à Kigali du 10 au 11 août 2022, la question de la situation de Paul Rusesabagina comme l’un des objets de sa visite au Rwanda.

 

A l’ONU

 

Le match oppose les lobbies pro-Kagame à ceux en gestation pro-RDC/Tshisekedi. Le score actuel est de 1-0 pour les pro-RDC/Tshisekedi.

 

Le but marqué est constitué par le rapport des experts de l’ONU sur l’Est de la RDC qui vient d’être endossé par l’ONU et rendu public alors qu’il affirme clairement, et preuves en appui, que les troupes de Paul Kagame interviennent en RDC avec ou sous couvert du M23 ; ce qui était un secret de polichinelle mais qu’aucune instance n’osait dénoncer.

 

A Kigali

 

Le match  oppose l’opposition politique muselée, aux services de propagande du parti-état, le FPR. Le score actuel est de 2-0 pour les services de propagande du FPR.

 

Le premier but marqué est le fait de faire admettre à l’opinion américaine, via l’ambassade US à Kigali, que le Secrétaire d’Etat Antony Blinken rencontrera à Kigali, les officiels du Gouvernement (ce qui est normal), les partis d’opposition, et la Société civile. Le coup de génie du FPR pour marquer ce but est que ceux qui seront présentés comme partis d’opposition sont ces partis satellites du FPR qu’il maintient sous son boisseau dit “Forum des partis”. Ensuite en guise de Société civile, seront entendus par Antony Blinken; l’Association des Femmes du FPR, des jeunes du FPR (Intore), la soi-disante Commission de défense des droits de l’homme du FPR, la honteuse “Rwanda Media Commission (RMC)” qui, au lieu d’être un organe de régulation des médias, est un des échelons des services de renseignements du régime chargé d’espionner d’autres journalistes au profit du parti-état FPR.

 

Le deuxième but marqué par les services secrets et de propagande du FPR est d’avoir réussi à suggérer à la représentation USA à Kigali que le Secrétaire d’Etat Antony Blinken ne devrait, sous aucun prétexte, rencontrer des politiciens nommément cités que sont Madame Victoire Ingabire, présidente du parti DALFA Umurinzi et Maître Bernard Ntaganda, Président du parti PS Imberakuri. Même les journalistes qui viendront d’Amérique pour couvrir cette visite, seront interdits d’approcher ces personnalités.

 

Les victimes collatérales

 

Aux Etats Unis, c’est l’ambassadeure du Rwanda à Washington ainsi que son Conseiller chargé des Renseignements qui risquent de payer pour ne pas avoir réussi à empêcher aux lobbies pro-Rusesabagina de ne pas faire entendre leur voix, malgré les moyens alloués à cette mission.

 

A l’ONU, le tout nouvel ambassadeur à New-York, Claver Gatete, risque d’encaisser et de payer pour ne pas avoir réussi à faire enterrer le rapport des experts sur l’Est de la RDC quand il met en cause le régime Kagame comme le réussissait si bien sa prédécesseure Valentine Rugwabiza. C’est à se demander si cette dernière, qui est actuellement Chef des Casques Bleus de l’ONU (MINUSCA) en Centrafrique, ne sera pas renvoyée au siège des Nations Unies. Reste à savoir si ce serait une promotion ou une rétrogradation.

 

En RDC, l’ambassadeur à Kinshasa et surtout son Conseiller du Service des Renseignements, conjointement avec le Chef des Renseignements militaires des RDF, risquent d’être des boucs émissaires pour expier ce but marqué dans le camp Kagame par la diplomatie de la RDC. Il leur sera reproché de ne pas avoir approché ces experts pour les convaincre (moyennant “kitu kidogo”!) de rayer de leur rapport les passages incriminant le régime et l’armée de Kagame comme leurs prédécesseurs l’avaient toujours réussi.

 

En conclusion, nous pouvons affirmer, sans risque de nous tromper, qu’après la sortie du rapport des experts de l’ONU qui conclut à l’invasion de la RDC par l’armée de Kagame sous couvert du M23, et la fin de la visite du Secrétaire d’Etat des Etats Unis Antony Blinken à Kigali, les têtes vont tomber. Et ceci dans les domaines de la diplomatie, des Services des Renseignements et au sein du parti-état, le FPR.

 

Malheureusement ces petits événements (rapport des experts, visite du Secrétaire d’Etat US), au lieu de constituer un avertissement, un électrochoc et un appel au bon sens au régime dictatorial du FPR de Paul Kagame, comme tout dictateur borné, ils vont plutôt le corser au grand dam du peuple opprimé. Tel est le drame rwandais!

 

Emmanuel Neretse

 

 

 

 

 

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

FPR Inkotanyi : 1994-2024, trente ans au pouvoir. Quel bilan ?
A la Une
0 partages400 vues
A la Une
0 partages400 vues

FPR Inkotanyi : 1994-2024, trente ans au pouvoir. Quel bilan ?

Vestine Mukanoheri - 11 avril 2024

Il y a trois décennies, le FPR INKOTANYI a conquis le pouvoir par des armes au Rwanda, à l’issue d’une violence indescriptible et un chaos sans précédent,…

Rwanda. 30ème commémoration du «Génocide»: La Vérité sacrifiée sur l’autel du mensonge!
A la Une
0 partages158 vues
A la Une
0 partages158 vues

Rwanda. 30ème commémoration du «Génocide»: La Vérité sacrifiée sur l’autel du mensonge!

Tharcisse Semana et Amiel Nkuliza - 11 avril 2024

Nous sommes le 6 avril 2024. Cela fait déjà 30 ans, jour après jour, que le Front patriotique rwandais (FPR), au pouvoir depuis 1994, se dit «sauveur…

Rwanda. Kwibuka30. Le président Macron a-t-il fait un dérapage?
A la Une
0 partages453 vues
A la Une
0 partages453 vues

Rwanda. Kwibuka30. Le président Macron a-t-il fait un dérapage?

Echos d'Afrique - 9 avril 2024

La presse française a publié des déclarations du président Emmanuel Macron comme quoi  « La France aurait pu arrêter le génocide avec ses alliés occidentaux et africains…

Les plus populaires de cette catégorie