Agression de la RDC par le M23. Le dilemme des Etats-Unis

Ou quand les Etats-Unis sont obligés de choisir entre  taper sur les doigts de son enfant gâté Paul Kagame ou alors de le laisser continuer à saccager la Région des Grands Lacs et tout le continent.

 

Introduction

 

Depuis que Paul Kagame a sorti de nulle part (en fait dans son armée) le M23 pour envahir la Nième fois la RDC en mars 2022, l’attitude des Etats-Unis est restée ambiguë. Quand on sait que tout ce que fait Paul Kagame dans la région des Grands Lacs depuis 1990 c’est pour les intérêts des Etats-Unis ou avec leur aval, on ne peut jamais douter que la nouvelle guerre de Paul Kagame faite à la RDC était soit commanditée par les Etats-Unis ou tout au moins tolérée par eux. De ce fait, cette superpuissance possède plus que d’autres des renseignements sur cette invasion (provenance de troupes, de l’armement, le déploiement au jour le jour du M23/Kagame dans le Nord Kivu, …).

 

Mais depuis quelques jours, les mêmes Etats-Unis manifestent des signes de gêne face à cette nouvelle aventure de leur enfant gâté Paul Kagame. Ceci est d’autant plus gênant pour les Etats-Unis que cette superpuissance et derrière elle les pays membres de l’OTAN, est quasiment en guerre avec la Russie. Dans ce cadre, ce bloc occidental fait tout pour contraindre les pays africains à condamner clairement la Russie et à rompre avec elle et donc à sortir de leur neutralité pour laquelle beaucoup de ces pays africains avaient opté. Or en continuant à fermer les yeux et même à encourager les agissements de leur poulain Kagame en RDC qui sont pires que ceux de la Russie en Ukraine, les Etats-Unis perdent toute crédibilité dans l’opinion africaine. Et chaque jour qui passe voit croître le sentiment anti-occidental à cause de son hypocrisie et son jeu de “deux poids deux mesures” quand il s’agit de Poutine en Ukraine ou de Kagame en RDC.

 

L’une des manifestations de ce gêne des Etats-Unis concernant la nouvelle guerre de Kagame en RDC transparaît dans l’entretien téléphonique que le Secrétaire d’Etat Antony Blinken vient d’avoir avec Paul Kagame dimanche 04 décembre 2022 comme le rapporte le Communiqué du Département d’Etat rendu public le lundi 05 décembre 2022. Ce communiqué dit:

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a exhorté le président rwandais Paul Kagame à cesser tout soutien supposé aux rebelles en République démocratique du Congo, selon un communiqué du département d’Etat lundi. Lors d’un appel dimanche, le chef de la diplomatie américaine a « dit clairement que tout soutien externe à des groupes armés non-étatiques en RDC doit cesser, y compris le soutien du Rwanda au M23 », a affirmé le porte-parole du département d’Etat Ned Price”.

 

Pour bien saisir le dilemme auquel sont confrontés les Etats-Unis au regard des gaffes et bourdes de leur enfant gâté Paul Kagame, nous reproduisons le gros des échanges de ce dimanche 4/12/2022 entre A. Blinken et P. Kagame. Chacune des deux personnalités exprime à l’autre ses inquiétudes et ses attentes. Mais surtout Kagame rappelle qu’il a toujours agi comme cela depuis 1990, que ce soit au Rwanda, au Zaïre depuis 1996 et en RDC depuis 1998 à ce jour, et avec les mêmes prétextes (défendre les intérêts des Tutsi dans la région, arrêter le génocide contre les Tutsi, …), sans que cela ne provoque la moindre mise en garde des Etats-Unis.

 

Echanges (fictifs) entre Paul Kagame et Antony Blinken le dimanche 04 décembre 2022

 

Après les formules protocolaires d’usage, voici l’intégralité (fictive) de la conversation entre A. Blinken et P. Kagame :

 

Blinken: Monsieur le président, je vous ai appelé pour vous dire solennellement que vous devez arrêter de soutenir le M23. Autrement dit de dire aux éléments de votre armée déployés en RDC de se retirer .
Kagame: Mais j’ai toujours dit que je ne soutenais pas le M23 et je croyais que beaucoup de pays dont les Etats Unis me croient. Ceci surtout que les grands médias de ces pays relaient systématiquement mes dénégations et donnent la parole à ceux qui ont été mis à la tête du M23 dans ses branches politiques et militaires.

 

Blinken: Mais Monsieur le président, vous savez aussi bien que moi, que les Etats-Unis ont plusieurs moyens de savoir ce qui se passe sur le plan militaire non seulement au Rwanda mais aussi dans la région. Si dans votre cas les Etats Unis ont toujours fermé les yeux, il se trouve qu’actuellement, avec les nouvelles technologies les preuves de votre invasion de l’Est de la RDC crèvent les yeux de telle sorte que les Etats-Unis ne s’opposeraient pas automatiquement à toute demande de vous imposer des sanctions sans perdre notre crédibilité.
Kagame: Pourtant, le prétexte que je donne dans de telles situations est le même, à savoir défendre les intérêts des tutsi (que j’appelle dans ce cas les ”Rwandophones congolais”) et les Etats Unis ont toujours été les premiers à considérer qu’une telle guerre était gitime. Pourquoi ce revirement?

 

Blinken: Mais monsieur le président c’est que le contexte géopolitique est en pleine recomposition. En plus votre justification de “défendre les intérêts des rwandophones congolais” est dénué de tout fondement, fait qui est souligné par tous les congolais et même par ces “Rwandophones”. En effet, vous savez comme moi que la majorité des 500.000 déplacés de Rutshuru et de Nyiragongo chassés de leurs biens par votre armée dite M23 sont “Rwandophones”. En plus, ceux qui sont massacrés par ce M23 sont rwandophones en plus d’être hutu. Comment prétendre défendre les intérêts d’une communauté que l’on massacre et que l’on chasse de ses biens? Non , Monsieur le président c’est indéfendable.
Kagame: Mais tout n’est pas perdu car je me réserve la dernière carte à jeter sur la table et qui est imparable pour chasser ceux qui sont au pouvoir en RDC. Je dois déclarer que j’y vais pour y arrêter le génocide qui est en train de se commettre. J’espère que comme toujours les Etats-Unis vont me soutenir pour hâter la conquête du Nord et du Sud Kivu à défaut de Kinshasa comme en mai 1997.

 

Blinken: Monsieur le président , là aussi sur ce point, il semble que les autorités de la RDC soient en avance sur vous. Vous avez suivi dans la presse comme moi, que les autorités à tous les niveaux, du Président jusqu’au maire de commune, exhortent la population de ne stigmatiser aucune communauté surtout les Tutsi au risque d’être lourdement sanctionné. Donc il nous serait difficile d’accuser ce gouvernement de “génocide contre les Tutsi” comme nous l’avons fait avec succès au Rwanda après le 6 avril 1994, vous vous en souvenez.
Kagame: Vous avez certainement suivi comme moi que le gouvernement de la RDC demande à la CPI de se saisir des cas des massacres au Nord Kivu, surtout celui de Kishishe qui aurait fait plus de 120 morts le 29/11/2022. Si la CPI s’en saisit, elle risque, de fil en aiguille, de remonter la pente jusqu’à mon armée au nom de qui se bat le M23. Et c’est le moment que choisissent les Etats-Unis pour me demander de me retirer du Nord Kivu?

 

Blinken: Sur ce point, rassurez-vous Monsieur le président. Comme le Rwanda n’est pas partie prenante de la CPI, sur conseil des Etats-Unis vous vous rappelez, cette Cour ne peut rien décider contre vous. Ceci vaut pour les Etats-Unis et Israël qui eux aussi ont refusé d’adhérer au Traité de Rome. C’était pour ça. Donc tranquillisez-vous. Par contre nous continuerons à user de notre influence pour que tes ennemis hutu tant redoutés acquittés par le TPIR ou ayant purgé la totalité de leur peine ne trouvent aucun pays au monde pour les accueillir. Ainsi donc ils resteront inoffensifs envers vous mais surtout à votre portée car vous pourriez toujours leur mettre la main dessus et les avoir au Rwanda en les kidnappant s’il le faut, comme le fameux Paul Rusesabagina, pour les y incarcérer à mort car déjà tous très âgés. Les Etats Unis vous le garantissent. Les demandes des avocats de leurs familles vivant en Occident relayées par les juges de ce qui a succédé au TPIR pour qu’ils rejoignent leurs familles, ne passeront pas au Conseil de Sécurité. Et les pays susceptibles de les accueillir seront systématiquement mis en garde par nous.

Kagame:  Très bien. Alors si c’est ainsi, je vais donner ordre aux unités déployées au Nord Kivu de reculer et de rentrer dans leurs casernes  à la frontière avec la RDC. Il reste à trouver la formule pour annoncer ce retrait à la presse sans paraître que je perds la face en obligeant le M23 d’abandonner les zones deux fois étendues que le Rwanda, que nous avions conquises en moins de six mois. Mais pour cela, j’ai des “techniciens” qui vont s’y atteler sous l’égide de mon actuel ministre des Affaires étrangères et de sa prédécesseure à ce poste aujourd’hui à Paris à la tête d’une organisation couvrant 54 pays à travers le Monde.

 

Alors suivront les formules protocolaires d’usage pour se quitter.

 

Quelques temps après, le M23 annonçait accepter de se retirer de zones conquises. Mais au moment où nous rédigeons ces lignes (07/12/222), aucun mouvement de troupes n’était observable et les combattants Tutsi de Paul Kagame campaient toujours dans Rutshuru, Nyiragongo et Masisi. Encore un coup de bluff ou une réelle désescalade? Avec Paul Kagame, on ne sait jamais!

 

Emmanuel Neretse

 

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

FPR Inkotanyi : 1994-2024, trente ans au pouvoir. Quel bilan ?
A la Une
0 partages403 vues
A la Une
0 partages403 vues

FPR Inkotanyi : 1994-2024, trente ans au pouvoir. Quel bilan ?

Vestine Mukanoheri - 11 avril 2024

Il y a trois décennies, le FPR INKOTANYI a conquis le pouvoir par des armes au Rwanda, à l’issue d’une violence indescriptible et un chaos sans précédent,…

Rwanda. 30ème commémoration du «Génocide»: La Vérité sacrifiée sur l’autel du mensonge!
A la Une
0 partages162 vues
A la Une
0 partages162 vues

Rwanda. 30ème commémoration du «Génocide»: La Vérité sacrifiée sur l’autel du mensonge!

Tharcisse Semana et Amiel Nkuliza - 11 avril 2024

Nous sommes le 6 avril 2024. Cela fait déjà 30 ans, jour après jour, que le Front patriotique rwandais (FPR), au pouvoir depuis 1994, se dit «sauveur…

Rwanda. Kwibuka30. Le président Macron a-t-il fait un dérapage?
A la Une
0 partages454 vues
A la Une
0 partages454 vues

Rwanda. Kwibuka30. Le président Macron a-t-il fait un dérapage?

Echos d'Afrique - 9 avril 2024

La presse française a publié des déclarations du président Emmanuel Macron comme quoi  « La France aurait pu arrêter le génocide avec ses alliés occidentaux et africains…

Les plus populaires de cette catégorie