Belgique/Rwanda : diplomatie. Que vient faire Vincent Karega à Bruxelles? Décryptage

Vendredi 24 mars 2023, Paul Kagame a procédé à la nomination et à l’affectation de 11 ambassadeurs ainsi que des Hauts Commissaires dans 11 pays. Cet un acte banal qui entre dans les prérogatives constitutionnelles de n’importe quel chef d’Etat. Mais dans le cas présent, notre attention fut attirée par trois de ces nominations ou affectations, compte tenu de la situation géopolitique et sécuritaire de la région actuellement tributaire de Paul Kagame et son régime.

 

Au moins 3 affectations  problématiques

 

C’est ainsi que la nomination de Martin Ngoga à Nairobi ne pourrait pas passer inaperçue. Cet ancien procureur général comme tel a inculpé tous les opposants au régime ayant échappé à la machine à tuer de Paul Kagame. Il a ensuite été président du parlement de l’East African Community siégeant à Arusha en Tanzanie. Maintenant, il est de toute évidence envoyé au Kenya pour mettre dans sa poche les décideurs politiques de l’EAC, maintenant que certains ont commencé à comprendre le jeu de Kagame à l’Est de la RDC et que tous les pays membres y déploient des troupes.

 

La nomination du général Major Charles Karamba comme ambassadeur à Luanda en Angola est à placer dans cette perspective de l’invasion de l’Est de la RDC par Kagame avec son M23. L’Angola constitue le seul espoir de la RD Congo pour faire face au M23/Kagame. Le général major Charles Karamba a donc pour mission de suivre de près ce qui se trame à Luanda et si possible, brouiller les pistes pouvant convaincre l’Angola à ne pas trop s’engager en RD Congo contre le M23/Kagame.

 

Cas particulier de Vincent Karega

 

Enfin, Vincent Karega a été nommé Ambssadeur auprès du Royaume de Belgique et de l’Union Européenne à Bruxelles . Cette affectation est particulière à plus d’un titre.

 

Les origines de Vincent Karega

 

Vincent Karega est en effet un Tutsi passe-partout. Pour être né et avoir grandi au Nord Kivu, il lui est facile de se faire passer pour un “Tutsi congolais” et même “Munyamulenge, cette espèce rare et en voie de disparition” à protéger par le Monde entier. Il se fait ensuite passer pour un “rescapé du génocide commis contre les Tutsi au Rwanda en 1994”, alors qu’au moment des faits il était bien au chaud et en sécurité.

 

Son parcours diplomatique

 

Vincent Karega est déjà un diplomate chevronné et ancien dans la carrière. Mais partout où il est passé comme ambassadeur, il a laissé derrière lui des cadavres d’opposants au régime du FPR de Kagame ayant trouvé asile dans ces pays. Ainsi, en Afrique du Sud, c’est sous ses ordres que les personnalités comme le col Patrick Karegeye ou le général Kayumba Nyamwasa, ainsi que plusieurs autres moins célèbres ont été assassinés ou blessées par les agents secrets venus de Kigali, non seulement en Afrique du Sud, mais aussi dans les pays voisins comme le Malawie, le Zimbabwe et surtout au Mozambique.

 

Réaffecté à Kinshasa venant de Prétoria, Vincent Karega, cette fois-ci en terrain connu car étant “Tutsi congolais”,  va noyauter tous les services de sécurité de la RDC dont l’apothéose sera la résurrection du M23 qui, en quelques mois, va conquérir presque tout le Nord Kivu. Cette fois-ci le gouvernement de la RDC a pris son courage en mains et a enfin expulsé l’agent Vincent Karega.

Voici donc le diplomate qui, avant même d’être remplacé à Kinshasa, vient d’être envoyé à Bruxelles.

 

Sa mission dans la mission au BENELUX

 

Tenant compte de sa fiche signalétique, on peut légitimement se demander ce que vient faire Vincent Karega au BENELUX. Sans hésiter et spontanément, nous pouvons répondre qu’il vient principalement pour jouer sur deux terrains. Sur le terrain sécuritaire, il va, comme il en est spécialiste, faire la chasse aux exilés rwandais vivant au BENELUX, pour les déstabiliser, les terroriser et au mieux les traîner devant les tribunaux et si possible les éliminer physiquement.

 

Normalement et en toute logique, l’agent Vincent Karega ne devrait pas obtenir l’agrément de la Belgique pour qu’il soit ambassadeur à Bruxelles. Mais comme on sait que la Belgique est prête à avaler toutes les couleuvres face à Kagame (expulsion de ses diplomates à Kigali sans mesure de réciprocité, intervention de la police politique de Kagame pour perquisition dans les domiciles particuliers de citoyens belges, cas Paul Rusesabagina, …), Vincent Karega a eu son agrément, car sinon le Rwanda aurait attendu pour annoncer sa nomination.

 

Sur le plan purement diplomatique, Vincent Karega a la mission de plaider pour la cause du M23, une rébellion à dominance Tutsi. Il est en effet le mieux placé pour plaider la cause du M23, car il est lui-même Tutsi, natif du Nord-Kivu.

 

Mise en garde

 

Ceci constitue un appel et une mise en garde à tous les ressortissants rwandais surtout ceux qui sont visibles et identifiables par leurs actions, certes légitimes, mais qui énervent Paul Kagame, que le nouvel ambassadeur Vincent Karega est envoyé pour les faire taire et si possible les faire disparaître. C’est sa spécialité.

 

Quelle attitude adopter face à la menace que constitue Vincent Karega siégeant désormais au Rwanda House en Woluwé Saint Pierre?

 

Paradoxalement et sans être suicidaire, nous recommandons aux militantes et militants des Droits humains ayant trouvé asile au BENELUX de ne pas baisser les bras ni se cacher craignant les escadrons de la mort de Kagame commandés sur la terrain par Vincent Karega. Au contraire de noter et de dénoncer chaque fois tout acte contraire aux valeurs dont se réclame l’Union Européenne qui viendrait de l’ambassade du Rwanda à Bruxelles. Même si les résultats ne seraient pas immédiats, mais le temps est du côté des justes et des victimes. Donc ceux qui écrivent doivent continuer à écrire, ceux qui diffusent dans des radios TV doivent continuer à diffuser et ceux qui manifestent par des “ Sit-In” doivent continuer à le faire sans tenir compte de la présence de l’’’agent due Kagame’’ dont la dangerosité n’est plus à démontrer qu’est Vincent Karega au BENELUX.

 

Emmanuel Neretse.

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

FPR Inkotanyi : 1994-2024, trente ans au pouvoir. Quel bilan ?
A la Une
0 partages766 vues
A la Une
0 partages766 vues

FPR Inkotanyi : 1994-2024, trente ans au pouvoir. Quel bilan ?

Vestine Mukanoheri - 11 avril 2024

Il y a trois décennies, le FPR INKOTANYI a conquis le pouvoir par des armes au Rwanda, à l’issue d’une violence indescriptible et un chaos sans précédent,…

Rwanda. 30ème commémoration du «Génocide»: La Vérité sacrifiée sur l’autel du mensonge!
A la Une
0 partages227 vues
A la Une
0 partages227 vues

Rwanda. 30ème commémoration du «Génocide»: La Vérité sacrifiée sur l’autel du mensonge!

Tharcisse Semana et Amiel Nkuliza - 11 avril 2024

Nous sommes le 6 avril 2024. Cela fait déjà 30 ans, jour après jour, que le Front patriotique rwandais (FPR), au pouvoir depuis 1994, se dit «sauveur…

Rwanda. Kwibuka30. Le président Macron a-t-il fait un dérapage?
A la Une
0 partages553 vues
A la Une
0 partages553 vues

Rwanda. Kwibuka30. Le président Macron a-t-il fait un dérapage?

Echos d'Afrique - 9 avril 2024

La presse française a publié des déclarations du président Emmanuel Macron comme quoi  « La France aurait pu arrêter le génocide avec ses alliés occidentaux et africains…

Les plus populaires de cette catégorie