Rwanda-Congo : une région qui tue et qui meurt depuis 30 ans!

Je déteste les guerres. Je pense profondément à des populations qui vivent les violences de guerre au quotidien. C’est désolément le cas de nos frères et sœurs de l’Est du Congo. Il n’y a rien de pire que de s’habituer au mal infligé à l’être humain ou de chercher à le normaliser.

 

Le traitement réservé à cette région, depuis trois décennies, mérite largement mieux que cela. Aujourd’hui, des intérêts dits « stratégiques, géopolitiques et multinationaux » prennent le dessus de manière vertigineuse sur les vies humaines. Ces concepts sont chargés de signifiants dans un monde du capitalisme sauvage. On a l’impression de revenir à la vie primitive de la jungle, où le petit sert de proie au grand, la souffrance du premier demeurant davantage tolérée ou inaperçue.

 

Pour revenir au sujet, je rappelle que cette sale guerre a tué des milliers d’enfants, de femmes et d’hommes. Elle est partie du Rwanda et s’est propagée à l’Est du Congo où elle trouve sa demeure. Elle se métamorphose au gré de ses concepteurs. Elle contraint désastreusement des populations à des déplacements massifs, sans répit, entrainant ainsi des conséquences sanitaires dramatiques. Les viols et violences faites aux femmes et aux enfants sont monnaie courante.

 

Doit-on répéter qu’il existe des groupes armés dans cette région, soutenus ou créés par l’un ou l’autre des pays voisins ? Ignore-t-on que différents accords pour le retour de la paix ont été signés mais sont restés lettre morte ? Faut-il redire que c’est une région convoitée par les grandes puissances qui rivalisent de capacités d’influence ? Tout est connu, rien de neuf.

 

Du maintien de la paix au maintien du désordre

 

Les forces régionales ou internationales s’y sont succédé, sans succès. Les violences cycliques montent, redescendent, remontent à nouveau malgré la présence desdites forces. Les jours passent, rien ne change. Tellement les gens sont morts, là-bas, que le monde ne s’y intéresse  plus.

 

Sur le terrain en ce moment, on se congratule, d’un côté, des offensives terrestres massives. De l’autre, on parle de défensives aériennes foudroyantes. Les morts se comptent par dizaines et jonchent les collines et les tranchées. Des images choquantes circulent sur les réseaux sociaux. On n’en peut plus. La tension diplomatique et militaire (Rwanda et Congo) est palpable.

 

La communauté internationale désaxée et perdue gesticule dans un discours flou et approximatif. Elle a l’air d’avoir perdu tous les plans et le contrôle de la région, théâtre des enjeux multiples et contradictoires. Ces derniers paraissent parfois ahurissants. On pense notamment au fameux projet londonien d’envoyer les migrants au Rwanda, pays très pauvre, et pire, qui ne respecte pas les droits humains (Cf. Rapports de Human Rights Watch). Le monde à l’envers !

 

 Une région qui ne sait plus à quel saint se vouer 

 

Tous les plans géopolitiques conçus jusque-là ont visiblement échoué. Il n’est plus possible de maintenir les populations sous la damnation des armes. Les pays influents dans cette région devraient revoir leur copie, un tant soit peu et abandonner le soutien des  logiques militaires. La stratégie suprématiste ne fonctionne plus. Au lieu de concentrer les efforts sur le renforcement de la démocratie et la dissuasion des dictatures, les tendances semblent fatalement s’inverser. Certaines puissances cherchent à fonder un nouvel équilibre mondial en s’appuyant sur des régimes autocratiques impulsifs, qui agissent sans scrupules. Sur un mauvais arbre, peut-on cueillir de bons fruits ?

 

Le retour de « la politique généreuse » (terme emprunté à Dominique De Villepin) et la diplomatie humaine, celle du gagnant-gagnant constituent, à mon sens, l’unique solution qui arrange tout le monde. La militarisation de la région, quelle que soit sa forme, est un échec.

 

Hormis cette vision et perspectives humaines, les solutions de rapport de forces qui semblent fatalement se dessiner, ne pourront que transformer totalement la région, énième fois, en territoire de carnage et de viols.

 

Ma voix, celle du petit homme ne sera surement pas entendue. Elle aura néanmoins rempli sa mission de crier haut et fort  « vox clamantis in deserto ». Le latin au moins toi, tu n’es pas définitivement mort !

 

Faustin Kabanza

 

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Kizito Mihigo, un messager de la foi mais aussi un défenseur de la paix et de la dignité humaine
A la Une
0 partages118 vues
A la Une
0 partages118 vues

Kizito Mihigo, un messager de la foi mais aussi un défenseur de la paix et de la dignité humaine

Echos d'Afrique - 19 février 2024

Déclaration n°03/2024 – En mémoire d’un défenseur de la dignité humaine   Deux ans déjà que l’ami, le frère, le conseiller, le modèle inégalé Kizito Mihigo nous…

Kizito MIHIGO :  L’immortel
A la Une
0 partages348 vues
A la Une
0 partages348 vues

Kizito MIHIGO : L’immortel

Faustin Kabanza - 19 février 2024

L’homme est mort mais son art et son message sont bel et bien vivants.   Le chanteur rwandais très populaire, Kizito MIHIGO a été retrouvé mort en…

Guerre à l’Est du Congo. La RDC n’a plus droit à l’erreur au risque de disparaître comme Etat. Décryptage des événements de ce mois de ce février 2024
A la Une
0 partages1568 vues
A la Une
0 partages1568 vues

Guerre à l’Est du Congo. La RDC n’a plus droit à l’erreur au risque de disparaître comme Etat. Décryptage des événements de ce mois de ce février 2024

Emmanuel Neretse - 17 février 2024

Deux ans après l'invasion du Nord Kivu par les troupes de Paul Kagame sous la couverture d'un groupe terroriste dit M23, la guerre entre dans une phase…

Les plus populaires de cette catégorie